Discours du Président de l’UNIFA – Graduation 2018

Jean Nahum CONSTANT

Distingués Membres du Conseil d’Administration de l’UNIFA,

Distingués Membres du Rectorat, des Décanats et du Corps professoral,

Très chers amis du 11e Département,

Distingués invités, chers parents,

Très chers récipiendaires, très chers étudiants,

Mesdames, Messieurs,

Nous, Minouche et moi, avons l’insigne honneur de vous adresser une salutation chaleureuse et une cordiale bienvenue à notre première cérémonie de collation de diplômes. 18 Mars 2018 et 18 Mars 2011 sont désormais écrits en lettres d’or dans les annales de l’UNIFA. Après 7 années d’exil, il a fallu ce retour au bercail pour rallumer la flamme de l’éducation au campus. Une histoire fascinante et indissociable de l’accueil historique qui nous a été réservé de l’aéroport Toussaint Louverture à la maison.

Jan nou wè l, 18 Mas 2018 ak 18 Mas 2011 se 2 dat marasa.

Plizyè milyon mèsi pou plizyè milyon moun ki te swaf retou a.

Yon bèl bèl kouwòn remèsiman pou chak moun ki te met men

Pou ansanm, nou wouze jaden edikasyon an ak dlo lapli retou a.

M sèten Minouche ak tout manm Konsèy Administrasyon an

Kontan admire bèl semans espwa kap fleri, boujonnen, donnen

Pou fè Inivèsite a rekòlte anpil anpil diplòm lisans ak doktora.

Konpliman ! Onè, Respè pou nou tout ! Bravo pou nou tout!

Oui, la reconnaissance est la mémoire du cœur. Chers récipiendaires, chers étudiants, que toutes les fibres de nos cœurs entonnent une symphonie de gratitude en l’honneur des Membres du Conseil, du Rectorat, des Décanats, du Corps professoral, des Conseillers juridiques, de tous les employés et amis de notre communauté universitaire ! Si le Conseil symbolise une source lumineuse, le Rectorat, le Décanat et le Corps professoral représentent les trois premiers neurones de la voie visuelle de l’UNIFA. Sans la synchronisation de ces instances hiérarchiques, UNIFA serait atteinte d’achromatopsie ; c’est à dire, ces couleurs éclatantes de notre première cérémonie de graduation n’auraient pas brillé à nos yeux. Nous leur adressons donc un merci spécial en ce jour combien mémorable.

Comme vous, chers récipiendaires, les Unifaristes rayonnent de bonheur. Ici, ils découvrent le goût du savoir scientifique. C’est bien ce que nous proposons aux jeunes de toute origine géographique, économique ou sociale : Educare sine exclusione ! Education sans exclusion ! Bienvenue à vous tous, jeunes filles et jeunes gens avides du savoir scientifique et brûlants du désir de contribuer à la renaissance de notre chère Haïti. Que le parfum de cette graduation, d’ores et déjà, embaume votre avenir !

Le 25 Septembre 2011, Minouche et moi avons éprouvé une joie indicible en accueillant au seuil de la maison 126 étudiants en médecine. Indélébiles sont les empreintes laissées par ce beau matin où nous avons exploré les grands axes de la neurolinguistique. Sept années après, je m’adresse à 138 récipiendaires et 1687 étudiants en Médecine, Odontologie, Sciences infirmières, Physiothérapie, Sciences Juridiques et Politiques, Génie civil et Education Permanente. Avec raison, nous tressaillons d’une joie débordante en adressant nos plus sincères félicitations à vous, chers récipiendaires.

Pour avoir assumé votre responsabilité face à vos parents dont les cœurs s’ouvrent au parfum de la fête, vos études sont aujourd’hui couronnées de succès. Vous voilà debout, fiers et prêts à rejoindre la grande famille des professionnels du droit et de la santé ! L’éclosion des roses de fierté aux fronts de vos parents s’accompagnent bien sûr des sacrifices innombrables endurés au cours des différents cycles de vos études. Puissent vos mains exprimer votre gratitude à leur endroit par un applaudissement nourri ! Bravo à Papa, Maman, à tous ceux et celles qui vous ont permis d’atteindre ce noble objectif !

Chers récipiendaires, nés avec deux yeux qui s’ouvrent et se ferment, vous devez renaître avec deux yeux qui s’ouvrent et ne se ferment jamais. Comment définir ces yeux spéciaux? Des organes ? Non. Des yeux indispensables ? Oui. Voici leur nom : Science et Conscience. A l’échelle planétaire, la science progresse, la conscience régresse. Puisse votre conscience professionnelle contribuer à l’éveil de la conscience sociale.

Pour y parvenir, je vous exhorte à retenir ces trois mots célèbres puisés au Berceau de l’Humanité : Umuntu ngumuntu ngabantu. Yon moun se yon moun atravè moun yo. La quintessence de la conscience sociale se retrouve clairement à travers cette philosophie de l’Ubuntu. Je suis parce que nous sommes. L’intelligence de nos Ancêtres nous invite à relire l’histoire d’Haïti avec les yeux de la conscience. En fait, un mot perçu consciemment ou inconsciemment n’a besoin que de 275 millisecondes pour parcourir la voie rétinothalamique et la radiation optique. Mais ! Mais ! Si le mot perçu inconsciemment disparaît rapidement, le mot qui est lu avec les yeux de la conscience poursuit son voyage à travers le cortex cérébral. Un exemple : en 575 ms il arrive au cortex pariétal. Je souhaite ardemment que ces précisions relatives à la base biologique de la conscience nous incitent à relire notre histoire avec des yeux nouveaux. Nous y découvrirons, non « shithole », mais la sève de la dignité humaine. Respè pou diyite tout moun. La dignité est inhérente à la nature humaine. Du scientifique à l’analphabète, du Nègre au Blanc, nous sommes tous nés libres, égaux, en dignité et en droit.

Se sa k fè nou di ak anpil konviksyon :

Pou lanp edikasyon nou an klere byen,

Fò l gen mèch lasyans ak gaz konsyans.

Wi ! Gaz konsyans ou petrokonsyans.

Petrokonsyans pou veye petrokaribe.

Chers récipiendaires, vous pouvez, oui vous pouvez contribuer effectivement et humblement à l’éveil de la conscience collective. Après avoir obtenu de bonnes notes pour les examens d’anatomie, examens de droit constitutionnel, examen d’éthique… il faut aussi de bonnes notes pour l’examen de conscience.

Conformément à l’Article 6 de notre Acte Constitutif, la conscience critique n’est pas une matière ordinaire mais une matière première. Vous en aurez besoin « semper et ubique » c’est-à-dire, toujours et partout. Ce n’est pas facile d’éradiquer le mal à l’échelle macro. Mais, à l’échelle micro, vous pouvez le combattre rationnellement.

Combattre la corruption à travers les écoles, les universités, les secteurs privé et public relève d’abord de l’éthique. Il nous revient à nous, éducateurs et éducatrices d’accomplir notre devoir de conscience. Comme un cancer métastatique, la corruption institutionnalisée dévore notre tissu social, l’avenir de nos enfants et de la jeunesse haïtienne. L’exode de nos jeunes provient de ce cancer. Là où pullulent des corrupteurs atteints de négligence spatiale unilatérale et des corrompus anosognosiques, il faut en urgence, prévenir l’effondrement social. « Non impedire malum, favet.» Qui n’empêche pas le mal, le favorise, » s’exclama Cicéron.

Chers Sœurs et Frères, Haïti n’a pas pu éviter le séisme du 12 Janvier 2010. Mais cet effondrement ou séisme social, nous devons absolument le conjurer puis, honorer Haïti dans la Dignité. Science et conscience conduisent à la cohésion sociale, à l’économie solidaire et bien sûr à l’éducation sans exclusion. Ces deux phares illuminent la voie royale devant conduire l’humanité à une civilisation d’Amour.

En vous renouvelant mon Amour et ma détermination d’être toujours à votre service, permettez-moi de conclure avec ce souhait : Chers récipiendaires, nés un jour avec deux globes oculaires, puissiez-vous renaître chaque jour à travers ces deux globes lumineux : Science et Conscience. A vous donc, Succès ! Bonheur et Beaucoup d’Amour !

Merci

Dr Jean-Bertrand Aristide

Leave us a Comment