Début de la deuxième session de l’année académique 2023-2024 à l’Université de la Fondation Dr Aristide

La deuxième session de l’année académique 2023-2024, à l’Université de la Fondation Dr Aristide, a débuté, sous les auspices d’une ambiance empreinte d’enthousiasme et de détermination. Les couloirs, peu fréquentés durant la « période carnavalesque », s’animent, ce lundi 19 février, du murmure joyeux des étudiants, contents d’entamer une nouvelle étape de leur parcours académique.

Ce début de session est marqué par la découverte de nouvelles matières, l’exploration de nouveaux horizons académiques et la rencontre avec de nouveaux visages qui deviendront des guides et des mentors pour les étudiants. Ces derniers se nourrissent de cette effervescence intellectuelle, trouvant dans l’université un havre de savoir et de créativité.

Alors que le pays traverse une période de turbulences politiques, l’Université de la Fondation Dr Aristide se lève comme un phare d’espoir, offrant aux étudiants un refuge intellectuel où les idées peuvent s’épanouir et les esprits s’élever. Fidèle à sa vocation d’institution éducative engagée, elle a redoublé d’efforts pour soutenir ses étudiants et maintenir la continuité de l’enseignement. Des professeurs et le personnel administratif ont fait un effort considérable pour adapter les méthodes d’enseignement et fournir un soutien supplémentaire aux étudiants confrontés à des défis multiples.

En dépit des incertitudes qui persistent à l’extérieur, l’Université de la Fondation Dr Aristide reste un bastion de progrès, offrant à ses étudiants un environnement propice à l’épanouissement personnel et académique. À travers leur engagement et leur détermination, les Unifaristes continueront à façonner l’avenir de leur pays, faisant de chaque journée une nouvelle opportunité de transformation et de croissance.

Malgré des défis persistants, l’Université de la Fondation Dr Aristide demeure une source d’inspiration et d’espoir pour la communauté éducative en Haïti. Sa capacité à s’adapter et à innover dans des circonstances difficiles témoigne de sa résilience et de son engagement envers l’éducation et le progrès.

Examens de la première session

La semaine dernière, l’atmosphère sur le campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide a été chargée d’une tension palpable. Les couloirs empreints d’effervescence, les salles de classe emplis de silence, et les visages anxieux des étudiants ont créé une toile complexe d’émotions pendant cette période d’examens.

Débutées le lundi 29 janvier, les épreuves de la première session offrent l’opportunité aux Responsables des différentes facultés d’évaluer les connaissances acquises par les étudiants au cours de la période allant du mois d’octobre 2023 au mois de janvier 2024. Pour ces derniers, elles représentent, par contre, une étape cruciale dans leur parcours académique, une opportunité de démontrer non seulement leur compréhension des sujets, mais aussi leur capacité à les appliquer de manière réfléchie.

Les salles de classe, d’habitude bruyantes de discussions et d’échanges, ont été plongées dans un silence profond. Les étudiants se sont retirés dans leurs manuels, leurs cahiers et leurs ordinateurs, cherchant à consolider les connaissances accumulées au fil des mois. Les pauses entre les examens ont été des moments de réunion. Des groupes de camarades en ont profité pour partager des révisions de dernière minute et des encouragements mutuels.

                     

La fin de chaque examen a engendré une gamme d’émotions. Certains étudiants ont célébré avec exubérance, convaincus d’avoir relevé le défi avec succès. Tandis que pour d’autres, ce moment a été accompagné de sentiments plus nuancés, reflétant peut-être des instants d’incertitude ou de difficultés rencontrées pour répondre aux questions.

Selon Came-suze Pompée, étudiante en 5ème année de médecine, les épreuves ont exigé du bon sens et ont largement porté sur le matériel enseigné en classe. C’est un avis partagé par de nombreux étudiants qui estiment que la préparation approfondie dans les salles de cours était la clé pour avoir de bons résultats.

Cependant, tous les étudiants n’ont pas pu se concentrer pleinement sur leurs examens, en raison du contexte d’insécurité qui prévaut dans la capitale. Certains ont exprimé que les inquiétudes liées à la sécurité ont été une source de distraction pendant leurs révisions, impactant potentiellement leurs performances lors des évaluations.

Alors que la dernière journée d’examens approche, l’optimisme règne parmi la majorité des étudiants, qui espèrent clôturer cette première session avec succès. La date butoir du samedi 3 février a marqué la fin de cette période intense d’évaluation académique.

En définitive, les examens de la première session à l’UNIFA ont été bien plus qu’une simple épreuve académique. Ils ont été le reflet de la détermination, de la résilience et de la diversité qui caractérisent cette institution d’enseignement supérieur. Les étudiants ont fait preuve de courage face aux défis, laissant derrière eux une semaine mémorable où le campus s’est transformé en un terrain d’apprentissage intense et stimulant.

Cérémonie de prise de coiffe et d’habit à l’Université de la Fondation Dr Aristide

L’Université de la Fondation Dr Aristide a organisé, ce jeudi 18 janvier 2024, une cérémonie de « prise de coiffe et d’habit » pour 122 étudiants issus des promotions 2023-2027 et 2022-2026 de la Faculté des Sciences Infirmières (FSI). Cet événement empreint de solennité marque leur accès officiel au milieu hospitalier. Sous le regard bienveillant des Responsables de la FSI, de leurs parents et amis, ces futurs professionnels de la santé ont franchi un nouveau cap vers leur carrière prometteuse.

 

La cérémonie a débuté par une procession des étudiants vêtus de leurs uniformes blancs. Dans son allocution, la Directrice de la FSI, Miss Marjorie Gaussaint, a souligné l’importance cruciale de cette étape dans leur carrière. Elle a ensuite mis l’accent sur le rôle essentiel des infirmiers et infirmières dans des équipes soignantes multidisciplinaires. « Vous êtes à l’aurore de votre carrière professionnelle, et tout au cours de l’exercice de votre profession, vous serez aux premières lignes de la prestation de service, apportant une réponse aux besoins sanitaires des individus et des communautés. Les infirmiers, les infirmières sont les membres clés, souvent les chefs de file d’équipes soignantes multidisciplinaires. Ils assurent une vaste gamme de services à tous les niveaux du système de santé », a-t-elle déclaré.

Miss Gaussaint a également mis en lumière la diversité des soins infirmiers, allant de la promotion de la santé à la prise en charge des malades et des personnes à besoins spéciaux. Elle a insisté sur la nécessité pour les futurs-es infirmiers-ères de faire preuve d’empathie, de cultiver la compassion, et de placer la qualité et la sécurité des soins comme boussole de leur pratique. « La prise de coiffe est une cérémonie solennelle marquant votre entrée officielle dans la profession infirmière. Le pays, les patients, UNIFA attendent beaucoup de vous, de vos compétences. Soyez toujours fiers de votre profession, chers étudiants. Exercez-la avec passion. Cultivez la compassion. La qualité et la sécurité des soins en tout temps seront votre boussole. Vous aurez, infirmiers, infirmières, à administrer des soins continus », a-t-elle dit.

De son coté, Mme Maritza Firmin, infirmière, ancienne étudiante de l’UNIFA et professeure à la FSI, a pris la parole pour présenter Marie Emilie Damier comme modèle dans la pratique de cette profession. Selon elle, Mme Damier, experte en santé publique, a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la profession infirmière en Haïti, incarnant les valeurs d’excellence et de dévouement. « Experte en santé publique, gestionnaire et spécialiste en communication, Marie Emilie Damier née à Maïssade le 16 avril 1948 et décédée le 11 octobre 2009 à Montréal. Elle a travaillé tant au Canada qu’en Haïti », a-t-elle indiqué.

Après ces émouvantes allocutions, les responsables de la FSI ont procédé à la coiffe des étudiantes et à la remise d’habit aux étudiants, marquant ainsi le début d’un nouveau chapitre dans leur parcours professionnel.

                           

La Faculté des Sciences Infirmières de l’Université de la Fondation Dr Aristide se distingue comme un établissement dédié à la formation de professionnels de la santé engagés et compétents. Son programme d’études est connu pour son excellence académique et sa rigueur. Grâce à un cursus axé sur des stages pratiques à l’Hôpital Universitaire Dr Aristide, elle s’efforce de façonner la prochaine génération d’infirmiers-ères, les préparant à relever les défis complexes du secteur de la santé.

Commémoration, à l’UNIFA, du quatorzième anniversaire du séisme du 12 janvier 2010

La communauté de l’Université de la Fondation Dr Aristide s’est réunie avec émotion à la « Place Dignité », ce 11 janvier, pour commémorer les quatorze ans du séisme de 2010. Organisé chaque année par l’UNIFA, cet événement est une occasion pour les proches des disparus de la grande famille unifariste de se recueillir et de se souvenir.

La cérémonie a démarré à 11 heures par une traditionnelle marche pleine de solennité. Celle-ci a débuté à l’auditorium et s’est dirigée vers la Place Dignité. Des étudiants portant des ballons gonflables blancs et des bougies allumées ont guidé la procession.

Sur la Place Dignité, les participants ont formé un cercle, déposant des bougies sur une table recouverte d’un tissu blanc, en signe de respect. Le Révérend Père Wesner Nérée, Responsable de discipline à l’Université de la Fondation Dr Aristide, a ouvert la cérémonie avec des mots empreints de réflexion et de mémoire.

« 2010-2024, cela fait quatorze ans déjà depuis qu’un tremblement de terre ravageur qui n’a duré que 35 secondes avait frappé notre pays à travers les départements de l’Ouest et du Sud-Est. En effet, il a fallu 35 secondes pour que nous enregistrions plus de deux cent cinquante mille personnes tuées ou portées disparues. Il a fallu 35 secondes pour assister à l’effondrement de bâtiments et locaux symbolisant l’Etat, le monde religieux, le monde politique, éducatif, hospitalier et j’en passe », a rappelé le prêtre.

   

« A la veille de cette date qui ne doit pas être oublié, la grande famille de l’UNIFA se rassemble sur cette place pour un exercice et un devoir de mémoire. Exercice de mémoire pour nous souvenir et rendre hommage à toutes les victimes de ce séisme : nos parents, nos amis, nos collègues, nos confrères, nos collaborateurs, nos collaboratrices, mais aussi celles et ceux dont nous ignorions leur existence », a-t-il ajouté.

Le Responsable de discipline a également souligné l’importance de l’exercice de mémoire pour rester vigilant face aux catastrophes naturelles qui menacent Haïti. « Un exercice et un devoir de mémoire pour nous inciter à la vigilance et nous aider à prendre conscience et nous sensibiliser davantage au comportement à adopter pour réduire au maximum les conséquences ou limiter les dégâts dans l’éventualité d’autres catastrophes naturelles, puisque notre pays est traversé de plusieurs failles sismiques et placé sous la trajectoire des cyclones, tempêtes et ouragans. »

Père Nérée a, par la suite, cité les noms de proches de l’Université de la Fondation Dr Aristide qui ont été victimes du séisme. À chaque nom, un ballon a été lâché. Et, à la fin de la commémoration, des étudiants ont relâché des colombes. « Les colombes de couleur blanche symbolisent la pureté de nos rêves », précisa-t-il.

Cette cérémonie de commémoration à l’UNIFA n’est pas seulement une occasion de se souvenir du passé douloureux, mais aussi un appel à l’action pour construire un avenir plus fort et résilient.

                                       

Célébration de la dignité à l’UNIFA : une journée inoubliable de joie et de partage

Distingués Membres du Rectorat, des Décanats et du Corps professoral,
Chers Unifaristes,

Unie au Président de l’Université et à nos deux filles, Christine et Michaëlle, j’ai le plaisir de vous souhaiter une chaleureuse bienvenue à notre célébration de la dignité.
Il s’agit en vérité d’un sujet crucial. Comment célébrer la dignité là où cette dignité est bafouée par les autorités étatiques?
Figi lari Pòtoprens kouvri ak fatra endiyite.
Lontan se te abdenwèl.
Kounye a se fatra de nwèl.
Ce tableau hideux reflète une violation flagrante de la dignité humaine.
Les droits fondamentaux tels le droit à la nourriture, droit à l’éducation, droit à la sécurité sont aussi violés au quotidien.
La lutte pour le respect de la dignité humaine nous invite à construire un monde où la justice et l’égalité se dressent comme des piliers inébranlables.
Voilà pourquoi nous sommes fiers-es de célébrer la dignité inhérente à la nature humaine.
A vous, chers-es Unifaristes qui avez préparé cette célébration, mes sincères félicitations!
A vous tous ici présents, nos vœux les meilleurs pour une bonne et heureuse année année 2024!
Bravo! Bravo unifaristement!
Merci

Mme Mildred Aristide

 

Le vendredi 22 décembre 2023, l’Université de la Fondation Dr Aristide a vécu une journée mémorable empreinte de dignité, de musique douce et charmante, de danses frénétiques et de moments de partage inoubliables. La célébration de la dignité à l’UNIFA a transcendé les frontières académiques pour devenir une déclaration passionnée sur l’importance des valeurs humaines dans la formation des leaders de demain.

La cérémonie a débuté avec un discours d’accueil poignant de Mme Mildred Aristide. Elle a questionné la célébration de la dignité dans une société où cette dernière est sans cesse bafouée et a mis en lumière les défis persistants auxquels elle est actuellement confrontée en Haïti. « Il s’agit en vérité d’un sujet crucial. Comment célébrer la dignité là où cette dignité est bafouée par les autorités étatiques ? « Figi lari Pòtoprens kouvri ak fatra endiyite. Lontan se te ab de nwèl, kounya se fatra de nwèl. » Ce tableau hideux reflète une violation flagrante de la dignité humaine. Les droits fondamentaux tels que le droit à la nourriture, droit à l’éducation, droit à la sécurité sont aussi violés au quotidien », a déclaré l’épouse du Président de l’UNIFA. Elle a, par ailleurs, appelé à la construction d’un monde où la justice et l’égalité constituent des piliers inébranlables.

Les étudiants ont ensuite pris le devant de la scène avec des interprétations musicales exceptionnelles et des déclamations percutantes. Le mini-orchestre de l’Université de la Fondation Dr Aristide a captivé l’audience avec un excellent morceau de musique, créant une atmosphère vibrante de célébration. Une déclamation intitulée « sispann bay manti, dekolonizasyon mantal », un texte du Dr Jean-Bertrand Aristide a ravivé l’ambiance. Elle a souligné l’importance de la vérité et de la décolonisation mentale.

La danse a pris une place importante dans la cérémonie. Des groupes d’étudiants, vêtus de t-shirt et jeans ou jupes de même couleur, ont offert une prestation chorégraphique époustouflante. Le spectacle a charmé l’assistance et a fait exploser la salle. L’énergie contagieuse a entraîné des applaudissements, des cris de joie et même quelques hurlements de plaisir.

    

Le point culminant de la journée a été le défilé du Club de l’Excellence, où un étudiant de chaque faculté a défilé avec une tenue représentant sa profession. La compétition a été féroce, et la Faculté de Pharmacie et des Sciences Biomédicales a mérité la première place, suivie de près par la Faculté de Génie et d’Architecture et la Faculté des Sciences de Réhabilitation.

Pour couronner cette journée déjà exceptionnelle, les responsables de l’Université de la Fondation Dr Aristide ont organisé un tirage au sort par faculté, offrant à 12 étudiants chanceux une assurance santé d’un an à l’Hôpital Dr Aristide.

En somme, la célébration de la dignité à l’UNIFA a été bien plus qu’un simple événement festif. C’était une déclaration puissante sur l’importance des valeurs humaines dans l’éducation et un rappel que, même dans un monde parfois tumultueux, la dignité demeure un pilier essentiel pour la construction d’une société équitable et juste. La communauté de l’Université de la Fondation Dr Aristide peut être fière de cette journée extraordinaire qui restera gravée dans les mémoires comme un moment de célébration, de solidarité et d’espoir pour l’avenir.

             

 

Le droit à la nourriture : 16 décembre 1990 – 16 décembre 2023

Toutes les espèces vivantes ont en commun un besoin primordial de se nourrir pour survivre, mais pour l’homme, ce besoin est quotidien et incontournable. Disponible, accessible, en quantité suffisante pour la génération actuelle et durable dans le temps pour la survie des générations futures, telles sont les caractéristiques essentielles du droit à l’alimentation.

Au-delà de ces particularités, un constat s’impose, contrairement à d’autres espèces vivantes, ce droit à la nourriture inaliénable pour l’homme, car crucial pour l’exercice de tous les autres droits, ne semble pas toujours être entériné par et pour tous dans certaines sociétés.

Le « jeudi de l’UNIFA » à l’avant-veille du 16 décembre, a accueilli à l’auditorium du campus, M. Joel Vorbe, un passionné, un érudit du domaine de l’alimentation. Cette date mémorable dans l’histoire de notre nation il y a déjà 33 ans, impose une réflexion autour de l’essentiel : à la recherche d’un lendemain meilleur. Avec M. Vorbe, la communauté Unifariste a eu l’opportunité de faire un tour d’horizon sur le premier des droits : le droit à la nourriture.

                       

Ce 14 décembre 2023, le « jeudi de l’UNIFA » a été marqué par une conférence mémorable à l’auditorium du campus. M. Joel Vorbe, un érudit du domaine de l’alimentation, a produit une réflexion approfondie sur le « droit à la nourriture » à l’avant-veille du 16 décembre, une date qui reste gravée dans l’histoire de notre nation depuis maintenant 33 ans.

M. Joel Vorbe

M. Joel Vorbe, diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion Hôtelière à Paris, a apporté son expertise pour éclairer la communauté Unifariste sur le premier des droits fondamentaux : le droit à la nourriture. La journée électorale du 16 décembre 1990 – marquant la première élection libre, honnête et démocratique du pays – a servi de toile de fond à cette réflexion sur la recherche d’un avenir meilleur. A rappeler que, lors de cet événement politique, le Président Aristide proclama : « tout moun se moun, fòk gen manje pou tout moun».

Au début de son intervention, M. Vorbe a exprimé son étonnement face à la réalité persistante en 2023 où le droit à la nourriture est encore considéré comme un luxe, inatteignable pour la majorité. « Qui l’eut cru qu’en 2023, nous parlons encore du droit à la nourriture comme un luxe, comme quelque chose où la majorité n’a pas accès », a-t-il dit.

L’intervenant a ensuite évoqué le passé agricole glorieux d’Haïti, qui produisait autrefois de la canne-à-sucre, du café, du cacao et du coton. Il a mis en lumière l’impact négatif de l’imposition par la France d’une dette d’indépendance, marquant le déclin de l’agriculture haïtienne.

Après avoir revisité l’histoire, M. Vorbe a dressé un tableau sombre de la situation alimentaire actuelle. Il a souligné que la première république noire est confrontée à une grave insécurité alimentaire, avec 45% de la population en situation d’insécurité alimentaire grave. Selon lui, cette situation découle du manque de responsabilité de l’État pour protéger le droit à la nourriture, ainsi que de la gangstérisation du pays, entrainant la chute de la production agricole.

Le conférencier a pointé du doigt le manque d’approfondissement du droit à l’alimentation dans le droit haïtien, en particulier dans l’article 22 de la constitution de 1987, qui le mentionne de manière vague à côté d’autres droits. Il a toutefois rappelé que ce droit a été ratifié par Haïti à la convention des droits de l’homme, garantissant ainsi le droit à un repas trois fois par jour.

A la fin de la conférence, M. Vorbe a incité la communauté Unifariste à réfléchir sur l’application réelle de ce droit fondamental. Il a rappelé que le 16 décembre 1990 marquait le début d’une nouvelle ère pour Haïti, où l’équité et les droits fondamentaux pour tous étaient mis en avant. À l’intérieur de l’UNIFA, il a souligné la possibilité d’offrir le droit à la santé, à l’éducation et à la nourriture à travers les différentes facultés. L’orateur a, par ailleurs, conclu son intervention en prodiguant des conseils aux étudiants, les encourageant à collaborer pour contribuer au développement du pays et à exercer le droit à la nourriture en Haïti.

Ce « jeudi de l’UNIFA » a été un moment de réflexion significatif sur les enjeux actuels et la responsabilité collective envers le droit à la nourriture.

           

 

La situation catastrophique de l’environnement en Haïti, un défi majeur à relever pour s’assurer de l’avenir de la nation haïtienne

Coupures intempestives de bois, exploitation abusive des carrières de roche et de sable, mauvaise gestion des détritus, tous ces facteurs contribuent à cette véritable débâcle écologique que confronte aujourd’hui la communauté haïtienne. L’indifférence citoyenne devant ce fléau, a pour conséquences des montagnes dénudées, l’érosion, des alluvions en période pluvieuse… Sommes-nous imbus de l’étendue du problème ? Y-aurait-il une solution optimale pour faire face à ce spectre apocalyptique qui nous guette ?

L’Ambassadeur Anthony Dessources, l’invité du jeudi de l’UNIFA du 7 décembre à l’auditorium du campus, a abordé ce sujet si sensible et déterminant pour la survie de toute une nation.

                  

C’est autour du thème « La situation catastrophique de l’environnement en Haïti, un défi majeur à relever pour s’assurer de l’avenir de la nation haïtienne » que s’est déroulé hier, à l’auditorium du campus, le premier « jeudi de l’UNIFA » du mois de décembre 2023. Présentée par l’Ambassadeur Anthony Dessources, cette conférence a exposé les problèmes de notre environnement, leurs conséquences et les mesures à adopter pour sortir de cette débâcle écologique

L’Ingénieur-agronome Anthony Dessources

Dans son exposé, l’Ingénieur-agronome Dessources a commencé par définir l’environnement comme étant tout ce qui entoure l’homme. Il a ensuite entrepris une rétrospective de la dégradation de l’environnement en Haïti, soulignant que, lors de l’arrivée de Christophe Colomb, l’île jouissait d’une couverture forestière estimée à 80%. Cependant, cette abondance a été rapidement altérée par la déforestation, initiée timidement par les Espagnols, mais amplifiée par les colons français à la fin du 17ème siècle pour l’expansion de la culture de la canne à sucre et du café.

L’ancien membre du cabinet du Président Jean Bertrand Aristide a exposé avec perspicacité les défis actuels auxquels Haïti est confrontée sur le plan environnemental. Il a révélé que la couverture végétale du pays est maintenant réduite à 1,4%, une chute vertigineuse depuis l’époque de Christophe Colomb. De plus, la déforestation intensive a entraîné une perte de 40 millions de tonnes métriques de sol arable, alimentant ainsi l’érosion.

Les problèmes contemporains incluent une gestion inefficace des déchets solides, avec une production quotidienne de 6 600 tonnes de déchets en Haïti. « Cette incapacité a collecté les déchets a conduit certaines populations pour s’en débarrasser à y mettre le feu, une pratique naturellement nocive pour la santé », a-t-il indiqué. La dégradation rapide des ressources en eau a également été soulignée comme une menace sérieuse.

La cause principale de la faible couverture forestière du territoire haïtien, selon l’Ambassadeur, est la coupe effrénée des arbres pour la production de bois de chauffage, pour la cuisson, la blanchisserie, la boulangerie, la distillerie, etc. « Le charbon de bois est le combustible le plus utilisé par les ménages haïtiens. La production du charbon de bois représente 72% des besoins énergétiques du pays », a-t-il dévoilé.

Les conséquences de la faible couverture forestière ont été clairement exposées par le conférencier, mettant en lumière l’érosion des sols, la diminution du débit des principaux cours d’eau, le faible approvisionnement en eau des populations, la baisse du rendement des cultures agricoles et du revenu des agriculteurs, et la disparition de certaines espèces animales et végétales.

Cependant, Agr. Dessources a conclu son exposé en proposant des solutions constructives pour améliorer la situation environnementale en Haïti. Il a souligné l’importance de l’éducation environnementale, de l’adoption de pratiques durables, de l’implication du secteur privé des affaires et de l’investissement dans l’humain. Il a plaidé pour une gestion responsable des ressources naturelles, la reforestation, et la mise en œuvre de politiques environnementales rigoureuses pour inverser la tendance alarmante.

Somme toute, cette conférence a mis en lumière la gravité de la situation environnementale en Haïti et a appelé à une action immédiate. Ses propositions réfléchies ouvrent la voie à une réflexion collective sur la façon de préserver l’avenir de la nation haïtienne face à ces défis environnementaux cruciaux.

             

                                     

 

La Ferme Agricole de l’Université de la Fondation Dr Aristide : un centre d’innovation et de formation en agronomie

A environ dix minutes en voiture du campus, au nord, se trouve un joyau agricole : la Ferme de l’Université de la Fondation Dr Aristide. Ouverte en 2019, simultanément à la création de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture, cette exploitation agricole s’étend sur une vaste superficie de 10 hectares, faisant d’elle un terrain d’expérimentation et d’innovation dans le domaine de l’agronomie.

L’Université de la Fondation Dr Aristide se démarque une fois de plus dans son engagement en faveur du développement durable avec l’ouverture de ce domaine agricole doté de deux bâtiments de 200 mètres carrés chacun dédiés à la production avicole. Ces installations modernes offrent une capacité de production de 2 000 poules. Actuellement, 1 000 d’entre elles sont engagées dans une expérience novatrice, sous la supervision d’étudiants de dernière année réalisant leurs travaux de mémoire en Agronomie.

Les bâtiments de la ferme ont été bien pensés pour garantir la sécurité et le confort des animaux. Ils sont construits en toiture métallique, disposent de grillages astucieusement disposés en vue de permettre une aération optimale, tandis que des panneaux Play Wood assurent une isolation thermique efficace. Par ailleurs, un système électrique sophistiqué permet aux poules de manger même la nuit, améliorant ainsi les rendements et l’efficacité de la production.

Les étudiants, répartis en deux groupes : l’un en production et l’autre en construction, participent activement au volet « production animale » sur la ferme. Ce travail d’expérimentation et de recherche constitue une composante essentielle de leur programme de sortie. Ceux qui sont spécialisés en production interviennent directement dans toutes les étapes de l’élevage avicole, du suivi quotidien des poules à la gestion globale du cheptel. Cependant, l’autre groupe joue un rôle crucial dans l’aménagement des bâtiments, l’installation des équipements, et le calcul des coûts de production.

    

Cette exploitation n’est pas uniquement axée sur la production animale. Elle comporte une section « production végétale ». Récemment, des manguiers ont été plantés sur l’ensemble de ses 10 ha. Parallèlement, de futurs ingénieurs agronomes profitent de cette immense propriété pour mener des essais avec la culture de l’Okra (calalou) dans le cadre de leurs mémoires de sortie.

La Ferme Agricole de l’Université ne se limite pas à une simple infrastructure de production, elle joue un rôle clé dans l’avancement de la recherche agronomique. Les expériences menées par les étudiants visent à explorer de nouvelles approches, tout en intégrant des méthodes de production durables.

Au-delà de ses initiatives éducatives, elle entend jouer un rôle significatif dans le développement du pays. En favorisant l’expérimentation, la recherche et la vulgarisation, elle espère pouvoir contribuer activement à l’amélioration des pratiques agricoles. Les résultats des expérimentations serviront non seulement à enrichir les connaissances académiques mais également à partager des pratiques innovantes avec la communauté agricole locale.

La Ferme Agricole de l’Université de la Fondation Dr Aristide incarne un engagement envers l’innovation et le développement durable, et une convergence réussie entre l’éducation, la recherche et l’action pratique. En fournissant une plateforme d’apprentissage pratique, elle donne aux étudiants les compétences nécessaires pour faire face aux défis actuels de l’agriculture haïtienne.

Ce domaine agricole est bien plus qu’un lieu de production, il représente une initiative holistique visant à former la prochaine génération d’ingénieurs agronomes et à stimuler l’innovation dans le secteur agricole. En investissant dans ce joyau agricole, l’UNIFA façonne un avenir plus vert et plus prospère pour Haïti.

                  

 

 

 

Comprendre l’Intelligence Artificielle

À l’heure de l’Intelligence artificielle

L’être humain, contrairement aux autres espèces sur terre, est dit intelligent car il est capable de comprendre, de raisonner et de finalement porter un jugement. Fort de ces atouts, il pense et trouve des solutions aux problèmes posés ou il est capable de créer ce qui, après réflexion, manque pour améliorer ou enrichir son existence. Cette supériorité de l’homme est en train d’être questionnée avec l’arrivée de l’Intelligence artificielle. Cette dernière, à la fois, fascine et fait peur.

L’intelligence humaine serait-elle dépassée ? L’homme serait-il en train d’opter pour une alternative à la pensée humaine ?

Le « jeudi de l’UNIFA » du jeudi 30 novembre a accueilli à l’auditorium du campus, le Doyen de la Faculté de Génie et de l’Architecture, l’Ing Evens Toussaint, pour permettre à la communauté unifariste de mieux saisir la réalité et les contours de l’intelligence artificielle.

           

Ce jeudi 30 novembre, l’intelligence artificielle a été au centre des réflexions à l’auditorium de l’Université de la Fondation Dr Aristide. En effet, la dernière session des « jeudi de l’UNIFA » pour le mois de novembre 2023 a été marquée par une exploration du thème « Comprendre l’intelligence artificielle : avantages et inconvénients ». Dans le cadre de cette conférence, l’intervenant, Ingénieur Evens Toussaint, Doyen de la Faculté de Génie et de l’Architecture, a livré, de manière éloquente, une présentation approfondie et engageante sur ce thème qui ne cesse de dominer les esprits.

Ingénieur Toussaint a amorcé son intervention en montrant son intérêt pour ce sujet brûlant d’actualité. Il a pris le temps d’expliquer clairement ce qu’est l’intelligence artificielle. Comme c’est un concept difficile à définir, il a mis en avant son objectif premier qui consiste à créer des systèmes capables d’effectuer des tâches nécessitant de l’intelligence.

Le Doyen s’est ensuite plongé profondément dans les composantes de l’IA, mettant en lumière les différentes catégories. Selon lui, il y a deux types d’intelligence artificielle : l’IA faible et l’IA forte. L’IA dite faible est spécialisée. Elle a été entrainée dans un domaine spécifique. Par contre, elle ne peut pas utiliser ce qu’elle a appris pour le transposer dans un autre domaine. L’orateur a illustré ses propos avec des exemples concrets d’application de l’IA dans certains domaines.

Concernant l’IA forte, l’Ingénieur Toussaint a souligné que nous ne sommes pas encore arrivés à ce niveau. « L’IA serait forte, c’est quand le système peut raisonner. C’est quand il peut adapter ses connaissances dans d’autres situations et raisonner de manière autonome », a-t-il révélé.

Dessin d’une maison généré par DALL-E,une IA
Ingénieur Evens Toussaint
Ingénieur Evens Toussaint

Le conférencier a, par la suite, retracé l’histoire de l’IA. Il a offert une rétrospective captivante de l’évolution de cette dernière, depuis ses débuts dans les années 1950 jusqu’à son développement contemporain. Il a souligné les étapes majeures, les avancées technologiques et les moments clés qui ont façonné cette discipline en constante évolution.

Les avantages de l’IA ont été présentés de manière exhaustive, couvrant des domaines tels que la production agricole, la prise de décision plus intelligente, l’innovation médicale, et l’amélioration de la qualité de vie. L’intervenant a, d’un autre côté, abordé les préoccupations légitimes entourant l’IA, notamment les questions éthiques liées à la discrimination algorithmique et à l’impact potentiel sur l’emploi.

La conférence « Intelligence Artificielle : Avantages et Inconvénients » a été une exploration éclairante et éclairée de ce domaine en constante évolution. Ingénieur Evens Toussaint a réussi à équilibrer les perspectives, en offrant à l’auditoire une compréhension nuancée des enjeux entourant l’IA.

Ce jeudi de l’UNIFA a pleinement répondu à son objectif dans la mesure où il a permis à la communauté Unifariste de mieux discerner les contours de l’intelligence artificielle. L’Université de la Fondation Dr Aristide, en organisant cette session, a démontré une fois de plus son engagement à fournir une plateforme éducative permettant d’aborder des sujets de pointe et d’encourager une pensée critique parmi ses étudiants et le public en général.

               

 

 

 

Aspect juridique du canal d’irrigation sur la rivière Massacre

L’Initiative citoyenne face à la législation

La construction du canal sur la rivière massacre, est perçue comme une noble initiative, embrassée par toute une communauté. Cet engouement ne s’est pas enlisé dans les méandres et intrications des lois nationales et internationales, mais plutôt s’est étendu à la nation, supportée par sa diaspora. Ainsi se crée une ambivalence. Vox populi vox Dei, la voix du peuple est la voix de Dieu. Cependant, l’homme quoique né libre, avec le droit de rechercher son bien-être, vit dans un monde régi par des lois ; jusqu’où peut-il aller dans sa quête d’un idéal ? Une quelconque entité étatique : mairie, ministère de l’environnement, ministère des travaux publics, a-t-elle le mot du droit ?

Ce Jeudi 23 novembre 2023, à 11 heures à l’auditorium du campus, un Juriste originaire de la région concernée, Professeur d’Université, Me Raphaël Emmanuel, a offert à la communauté unifariste un « éclairage juridique » sur cette activité, porteuse d’espoir pour toute une nation.

 

Me Raphaël Emmanuel

 

Le « jeudi de l’UNIFA » de cette semaine a mis en lumière un sujet crucial, d’actualité et d’intérêt national, à savoir : « L’aspect juridique du canal d’irrigation sur la rivière Massacre ». Prononcée par le professeur de droit administratif, Me Emmanuel Raphaël, cette conférence a apporté un éclairage essentiel sur les implications légales entourant les travaux en cours.

En effet, depuis plusieurs mois, les citoyens de Ouanaminthe, dans le nord-est d’Haïti, ont pris l’initiative de poursuivre les travaux du canal d’irrigation initiés en 2018 par l’Etat haïtien. Alimentée par la rivière Massacre, cette infrastructure hydraulique vise à irriguer plus de 3 000 hectares de terres dans la plaine de Maribaroux.

Intervenant sur cette question, le Professeur Emmanuel Raphaël, spécialiste en droit interne, a d’entrée de jeu expliqué que le canal en construction peut être abordé tant sur le plan du droit international que du droit national. Dans le cadre de cet exposé, il a déclaré avoir opté pour une analyse basée sur le droit interne.

Selon Me Raphaël, le domaine national, autrement dit tout ce qui appartient à l’Etat, est divisé en deux catégories de bien : domaine public et domaine privé de l’Etat. Le domaine public de l’Etat, d’après lui, c’est l’ensemble des choses qui ne sont pas susceptibles d’être appropriées par quelqu’un, et même par l’Etat, et dont nous avons la jouissance commune. Cette notion a été définie par la loi du 22 septembre 1964.

Le professeur a pris le temps d’énumérer, suivant l’article 2 de la loi précitée, les biens faisant partie du domaine public de l’Etat. Il en a profité pour faire comprendre à l’assistance que le canal fait partie des biens publics de l’Etat. « Donc, l’article 2 a déjà donné un statut au canal dans le droit interne », a-t-il précisé.

Il a poursuivi son argumentation pour distinguer deux types de biens du domaine public, à savoir : les biens du domaine public naturel et les biens du domaine public artificiel. Les biens du domaine public naturel sont ceux qui ont été créés par la nature, par exemple : les rivières, les fleuves, les lacs, les étangs, les ilots, etc. Par contre, les biens du domaine public artificiel ont été construits par l’Etat pour une jouissance commune, par exemple : les ports, les routes, les canaux, etc.

Me Raphaël a examiné la question de la propriété privée des terrains par lesquels passe le canal, en mettant en évidence deux instruments dont dispose l’Etat pour garantir l’intérêt général, à savoir l’expropriation et la servitude. Il a clairement spécifié que l’Etat a le pouvoir d’exproprier pour cause d’utilité publique, car la propriété privée se limite aux causes d’intérêt général. Les servitudes d’utilité publique, prévues par la loi du 3 septembre 1979, sont des assujettissements ou charges permanentes et obligations établis par les lois, arrêtés et règlements imposés dans l’intérêt général de la collectivité, a-t-il indiqué.

Ce jeudi de l’UNIFA a offert une belle opportunité aux étudiants et professeurs de pouvoir discuter des aspects juridiques entourant le canal en construction à Ouanaminthe. Il a joué un rôle clé en éclairant les participants sur les implications légales de ce projet et en encourageant une réflexion approfondie sur les pouvoirs dont dispose l’Etat pour servir l’intérêt général. Par cette conférence, l’Université de la Fondation Dr Aristide montre sa volonté de jouer un rôle actif dans l’éclaircissement des questions d’intérêt national pour le développement de notre chère Haïti.

   

 

     

De nos Albums:
« de 73 »

© 2024 Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA)