Bienvenue sur le site de l’UNIFA


Programme de Licence en droit en ligne

L’Université de la Fondation Dr. Aristide (UNIFA) porte à la connaissance du public en général que les inscriptions pour la prochaine session de son programme de licence en droit en ligne se tiendront du 15 novembre 2021 au 15 janvier 2022.

Retrouvez le formulaire d’inscription en cliquant sur ce lien : https://unifa-edu.info/contenu/licence-en-droit-en-ligne

Documents à soumettre au moment de l’inscription en ligne:

  • Acte de naissance ou extrait des archives de date récente;
  • Certificat de fin d’études secondaires (Bacc I et II) ou équivalents;
  • Certificats et/ou diplômes préalablement obtenus;
  • Lettre de motivation;
  • Une photo d’identité de date récente;
  • Carte d’identification nationale ou première page du passeport.

 N.B. Tous les documents sont obligatoires au moment de l’inscription. Aucune inscription ne sera prise en compte si le dossier est incomplet.

Frais d’inscription

Les frais d’inscription sont de 1,500.00 HTG, non-remboursables.

Pour toutes informations supplémentaires, les intéressé(e)s sont prié(e)s d’appeler au (+509)2810 0409, ou d’envoyer un courriel à l’adresse suivante : inscription@unifa.edu.ht

 

 

CLINIQUE MOBILE DES MEDECINS DIPLOMES DE L’UNIFA A CAMP-PERRIN

Les photos parlent d’elles-mêmes et montrent comment des médecins, infirmières de l’Université de la Fondation Dr Aristide sont dynamiques, dévoués  et se mettent au service de la population du Grand Sud, spécifiquement, celle de Trouillard dans la commune de Camp-Perrin.

Bien équipé en matériel médical, la jeune médecin de l’Université de la Fondation Dr Aristide mesure le niveau d’oxygénation, contrôle le rythme cardiaque  de cette patiente du troisième âge.

 

 

 

 

 


Les médecins de l’Université de la Fondation Aristide innovent, s’adaptent aux réalités de l’heure : N’importe quel espace est rapidement aménagé et transformé en lieu de consultation.

Le plus important est de Servir !

 

 

 

 


Nous, médecins diplômés de l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA),  mettons notre compétence au service des plus vulnérables et nécessiteux, victimes du séisme du 14 août 2021. Nous parcourons les départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes  pour offrir des soins, des médicaments, de la formation  et des  conseils.

 

 


Une tonnelle transforme en centre de consultation. Les médecins de l’UNIFA pratiquent une médecine de proximité et vont plutôt  vers les patients.

 

 

 

 

 

 


Nous médecins, sommes soudés  les uns aux autres par le sceau de notre Alma Mater, notre Amour : « UNIFA. » 

CLINIQUE MOBILE AUX ANGLAIS (DEPARTEMENT DU SUD) DES MEDECINS ET INFIRMIERES DIPLOMES DE L’UNIVERSITE DE LA FONDATION DR ARISTIDE (UNIFA)

Les médecins diplômés de l’UNIFA n’abandonnent pas à leur sort les victimes du séisme du 14 août 2021 dans les Départements du Sud, des Nippes et de la Grande Anse.
Les cliniques mobiles sont le fruit de réflexions et d’actions concertées de médecins, professeurs et responsables de l’Université de la Fondation Dr Aristide.
Le Docteur Jean Marie Aubourg qui était dans la ville des Cayes le 14 août 2021 au moment du séisme affirme que » L’idée m’est venue pendant que j’étais sur place et j’ai tout de suite suggéré à l’UNIFA d’utiliser les internes et les étudiants en service social pour organiser des cliniques mobiles afin de venir au secours des victimes du séisme »
Le Docteur Edmond Pierre, Directeur Médical de l’Hôpital Universitaire de la Fondation Dr Aristide confie pour sa part « j’ai participé à une rencontre après le séisme du 14 août 2021 devant conduire à un plan de travail et une coordination avec les unifaristes dans le Sud pour organiser des cliniques mobiles. Dès lors un stock de médicaments est disponible pour les cliniques mobiles ».
Des médecins et infirmières plus expérimentés ont accompagné les médecins à la clinique mobile aux Anglais. Les médecins et infirmières : Docteur Lucette Séide, Docteur Wyclive Jean Pierre, Miss Marie Loondya Misère et Miss Evelyne Eugène ont contribué à fournir des soins à la population des Anglais.

Enfants et adultes en ont profité pour recevoir des soins au cours de la clinique mobile réalisée aux Anglais par les médecins de l’UNIFA.

 

 

 

 

 


Deux anciennes de l’UNIFA mettent toute leur attention pour  écouter les patientes en consultation.

 

 

 

 


Des femmes (jeunes et âgées)  attendent patiemment leur tour.

 

 

 

 


A part les soins médicaux, une séance de formation pour des conseils  en termes de prévention et autres  avant de commencer avec les consultations.

 

 

 

 


La demande en soins médicaux est très élevée aux Anglais tenant compte du nombre de personnes en attente. En attendant, les médecins  unifaristes offrent leur compétence en vue de combler ce vide.

 

 

 


Une foule en attente de soins. La demande  est importante dans cette communauté

 

 

 

 


Des patients  debout, en majorité des femmes  attendent  leur tour.

 

 

 

 


Bien équipé en matériel avec le support de l’Université de la Fondation Dr Aristide, les  médecins font une première évaluation des patients à travers un contrôle de leurs signes vitaux.

 

 

 


Les enfants sont pris en charge sous le regard attentif de leur parent.

 

 

 

 


Une concentration hors pair de ce médecin au moment de la prise en charge de cette fillette.

La neurologie, un acteur incontournable du bien-être

La neurologie a été au centre des débats à l’auditorium du campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide au cours de l’édition du 11 novembre des Jeudis de l’UNIFA. Dans une salle archicomble composée en grande partie d’étudiants en médecine, odontologie, Sciences infirmières physiothérapie, le neurologue et chef de service de Médecine interne à l’Hôpital de l’Université Dr Aristide, Dr Quénold Désiré a exposé, dans une ambiance de débat intense, l’importance de la neurologie dans une société.
Avoir des connaissances en neurologie, soutient le docteur Quénold Désiré, permet à des êtres humains de savoir quand il y a des signes d’alarmes au niveau du système nerveux, quand il faut s’inquiéter à cause d’un problème neurologique. Tenue autour du thème « La neurologie
est un acteur incontournable pour le bien-être de plus d’un », cette conférence-débat a permis à l’assistance de mieux comprendre pour certains et connaitre pour d’autres, certains signes et symptômes liés à des maladies neuro-vasculaires.
Professeur de son état, le spécialiste a utilisé un langage basique et clair pour transmettre le message. Ce qui a facilité la participation des étudiants des différentes disciplines. La neurologie, fait-il savoir, est l’étude des maladies du système nerveux. Ces dernières peuvent être de natures diverses. Dr Désiré parle des maladies vasculaires comme l’hypertension qui peut déboucher sur une atteinte au système nerveux, entrainant ainsi des complications graves avec l’obstruction d’une artère par un caillot de sang.
Ces complications, poursuit le neurologue, suivant la partie touchée, peuvent affecter la parole, l’audition, la vue, le mouvement, la sensibilité (…). Dans tous les cas précise-t-il, il faut une prise en charge par un neurologue dans les 270 minutes qui suivent cette atteinte. Passé ce délai, on ne pourra pas déboucher le vaisseau en question.
Mise à part des complications neuro-vasculaires, le professeur a mis l’accent sur des maladies infectieuses telles la méningite, l’encéphalite, la névrite ; les maladies tumorale qui sont liées à la prolifération de cellules désordonnées pouvant entrainer la mort du patient et les maladies neuro-dégénératives qui affectent le système nerveux, entraînant la mort des cellules nerveuses. Les plus fréquentes sont la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson mais il en existe bien d’autres.
Tout au long de son intervention, le docteur a tenu à expliquer l’importance de la neurologie. C’est le système nerveux, insiste-t-il, qui coordonne les actions de tous les autres systèmes du corps. La mémoire, la compréhension, l’apprentissage dépendent tous du cerveau. Si la faiblesse musculaire, la perte de la sensibilité, les troubles du langage, les problèmes de vision, les problèmes d’audition et d’équilibre, apparaissent brusquement, il y a une forte possibilité qu’il s’agisse d’un caillot pouvant conduire un infarctus cérébral.
Le stress a été également abordé au cours de cette riche conférence-débat. À bien comprendre le chef de service de Médecine Interne à l’Hôpital Universitaire Dr Aristide, le stress affecte à la fois le système cardiovasculaire et le système nerveux central. Aussi poursuit-il qu’il a un effet direct sur le système nerveux en stimulant la sécrétion d’adrénaline qui entrainera une augmentation de la fréquence cardiaque et une augmentation de la tension au niveau des artères susceptibles d’aboutir à un accident vasculaire cérébral (AVC).
Tout compte fait, cette édition de Jeudis de l’UNIFA a été succès. L’interaction qui existait entre les étudiants et l’intervenant témoigne l’intérêt que ces derniers accordent à la recherche et au sujet qui a y été amplement débattu. Ils ont compris qu’il y a un lien direct entre la productivité, le bien-être et la neurologie.

Dr Graciela Limonta Vidal, membre du Décanat de la faculté de Médecine, introduisant l’intervenant du jour, le Dr Quénold Désiré.

 

 

 


Dr Quénold Désiré, le conférencier.

 

 

 

 


Près d’un millier d’étudiants ont pris part à l’édition des Jeudis de l’UNIFA du 11 Novembre 2021.

 

 

 

 


Vue partielle de la salle.

 

 

 

 


Remarquable participation des étudiants_es à la Conférence.

 

 

 

 


Beaucoup d’étudiants veulent interagir et poser des questions au neurologue.

AVIS

Le RECTORAT porte à l’attention des étudiants qu’une prolongation de 48 heures (jusqu’au samedi 13 novembre 2021) leur est accordée pour remplir le formulaire d’inscription pour l’obtention d’un « identifiant » permettant d’accéder à la plateforme numérique. Pour toutes questions d’ordre technique, ils sont priés de contacter la section informatique de l’Institution à l’adresse : informatique@unifa.edu.ht.

À titre de rappel, l’étudiant qui n’aura pas d’identifiant, ne sera pas en mesure de suivre les cours en ligne et ne pourra pas participer aux épreuves d’évaluation de connaissances. Toute absence à une épreuve d’évaluation équivaudra à la note 0.

Un enseignant de trop est tombé !

L’Université est garant de la survie d’une société ; les enseignants sont les piliers de ces entités académiques, sources du renouveau et de la pérennité.
Un enseignant de trop est tombé ! Le Professeur Patrice Derenencourt n’est pas rentré chez lui et n’offrira plus à la communauté estudiantine son savoir.
Le Conseil d’Administration et le Rectorat de l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) s’inclinent devant sa dépouille et présentent leurs condoléances à sa famille et à tous ceux qui ont pu jouir de sa collaboration et de son enseignement.

Avis aux étudiants

Vous êtes priés de vous rendre sur le site web de l’UNIFA (https://unifa-edu.info/) pour remplir le formulaire d’inscription pour la plateforme numérique.

Marche à suivre

Dans le menu :

  • Cliquez sur « Mon UNIFA »;
  • Cliquez sur « Portail étudiant »;
  • Cliquez sur « Formulaire d’inscription pour la plateforme numérique »;
  • Remplissez le formulaire, puis cliquez sur « Envoyer ».

N.B. Cette note concerne uniquement les nouveaux étudiants, et ceux/celles qui n’ont pas encore rempli le formulaire.

Regard sur la dentisterie du futur

Les Sciences de la santé regroupent différentes disciplines. L’importance de leur articulation de même qu’une vraie connaissance de leur interaction, devraient permettre de mieux appréhender la place de ces dites disciplines dans la vie quotidienne de l’être humain. Le bien-être de ce dernier est la finalité de cette harmonisation.

À l’Université de la Fondation Dr Aristide, l’une de ces disciplines est l’Odontologie. Ainsi, dans le cadre des « Jeudis de l’UNIFA », le 21 octobre 2021, le Dr Daniel Gabriel, Doyen de la Faculté d’Odontologie a prononcé une conférence.

 

Dr Daphnée Benoît Delsoin, Doyenne de la Faculté de Médecine, introduit le Dr Daniel Gabriel.


Dr Daniel Gabriel, Doyen de la Faculté d’Odontologie.


Une vue de l’assistance.


Dorveline Georges, étudiante en troisième année des Sciences Infirmières, préocupée par le lien existant entre l’Odontologie et les Sciences de la Santé.


Woodny Sildeas, étudiant en 1ère année d’Odontologie.

L’UNIFA À L’ÈRE DU NUMÉRIQUE

Dr Dodley Sévère, Responsable des Affaires Académiques dans son allocution d’ouverture du premier Jeudi de l’UNIFA, le 14 Octobre 2021 :« L’UNIFA À L’ÈRE DU NUMÉRIQUE ».


L’élaboration des cursus implique : Innovation pédagogique et praxis des étudiants.


De la gauche vers la droite : Ing. Rony Bien Aimé, professeur à l’UNIFA, Me Joselaine Mangnan, Doyenne de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques et l’Ing. Jean Philippe Moyse.


Les étudiants prêtent une attention soutenue à l’exposé de la Doyenne de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques. Elle profite de cette occasion pour rappeler le programme de Droit en ligne de cette dite Faculté.


Une visite du site de l’Université offre à tous l’opportunité de mieux connaître l’UNIFA.


A l’Université de la Fondation Dr Aristide, le numérique est perçu comme un levier pouvant contribuer à la rénovation des pratiques d’enseignement supérieur.

Annonce de décès

L’Ecole de Physiothérapie annonce avec infiniment de peine le décès de l’étudiant François Stanley ANACRÉON, récemment gradué, suite à un accident de la voie publique.

 

Nous présentons nos plus sincères condoléances aux parents et amis du défunt, spécialement aux Responsables de l’UNIFA, à ses camarades de promotion et à tous les étudiants de l’EPHY.

 

Que la terre lui soit légère!

L’Université de la Fondation Dr Aristide apporte sa contribution et vole au secours des victimes et rescapés du séisme du 14 août 2021survenu dans les départements des Nippes, du Sud et de la GrandeAnse.


L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) à travers les Facultés de Médecine, des Sciences Infirmières et son Ecole de Physiothérapie ne reste pas indifférente aux victimes du séisme du 14 août 2021 qui a ravagé les départements desNippes, du Sud et de la Grande Anse.




A travers une solide équipe médicale composée de médecins hautement qualifiés, de cadres en santé, de diplomés en médecine, en Sciences Infirmières et enPhysiothérapie, l’UNIFA participe à la réponse d’urgence en santé dans les départements touchés par le séisme du 14 Août 2021. L’usage de la télémedecine est au cœur de cette activité et s’avère très efficace au moment de cet élan de solidarité avec les victimes des départements des Nippes, du Sud et de la GrandeAnse.




Disposant d’équipements, de matériels sanitaires suffisants, ajouté à une technologie appropriée, l’équipe médicale de l’UNIFA est bien présente au chevet des victimes du séisme dévastateur du Grand Sud. Des diplomés de l’UNIFA qui étaient déjà sur place dans le sud ont rejoint l’équipe médicale et tous sont à pied d’œuvre apportant leur pierre et réconfort aux victimes du Grand Sud.







Un médecin de l’équipe médicale de l’UNIFA donnant des soins à un adolescent gravement blessé au pied gauche au cours du séisme du 14 août 2021.





Une infirmière, membre de l’équipe médicale de l’UNIFA en train de réaliser un pansement pour cet homme victime du séisme.






Une consultation pour cette femme fracturée au visage.







Un jeune rescapé fracturé au genou recevant les premiers soins d’un membre de l’équipe médicale de l’UNIFA.







Un médecin de l’équipe parlant à une victime afin de mieux poser son diagnostic.






Une prise de vue des fiers médecins diplômés de l’UNIFA, prêtant leur service aux populations du Grand Sud, victimes du séisme du 14 août 2021.







L’équipe dispose de matériel nécessaire et des médicaments qui sont offerts par l’ancien Président Jean Bertrand Aristide pour répondre aux besoins des victimes







Une équipe polyvalente avec des compétences diversifiées. Avec calme et patience, ces deux femmes de l’équipe médicale prennent le temps pour soulager la douleurde ce jeune garçon dont les deux jambes sont fracturées.







Un travail d’équipe! Les médecins unitaristes se concertent pour poser le bon diagnostic et accorder le meilleur soin aux blessés.







Des médecins et infirmières alertes! des diplômés de l’UNIFA, une équipe bien soudée. Des professionnels de la santé pleins d’énergie et sans aucun signe de fatigue malgré les nombreuses tâches qui les attendent.


Bravo Unifaristes!







L’équipe médicale de l’UNIFA, sous la supervision de spécialistes étrangers partenaires de l’institution, les jeunes médecins apportent des soins d’urgence aux survivants du séisme du 14 août 2021.







Prêts, comme des scouts, les médecins diplômés de l’UNIFA sont debout pour apporter des soins aux rescapés et blessés.







L’équipe médicale fait le porte à porte, visite les rescapés pour leur fournir des soins sur place.







Des rescapés s’approchent de ce médecin de l’équipe médicale de l’UNIFA.







Les membres de l’équipe bougent, sillonnent les espaces où sont logés les victimes pour leur apporter des soins d’urgence.



Enfin, un petit moment de répit, un casse-croute, pas dans des conditions idéales, pour reprendre des forces et recommencer à nouveau.







La prise en charge d’une fillette fracturée au genou.







Les enfants ne sont pas négligés par l’équipe médicale de l’UNIFA.

INSCRIPTIONS POUR L’ANNEE ACADEMIQUE 2021-2022

L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) informe les intéressés.es et le public en général de l’ouverture des inscriptions de l’année académique 2021-2022 pour les options suivantes :

– MÉDECINE

– ODONTOLOGIE

– SCIENCES INFIRMIERES

– PHYSIOTHÉRAPIE

– GÉNIE ET ARCHITECTURE

– SCIENCES JURIDIQUES ET POLITIQUES

– SCIENCES ÉCONOMIQUES ET ADMINISTRATIVES

– AGRONOMIE

– ÉDUCATION PERMANENTE




INSCRIPTIONS

Heure : 9h AM – 2h PM




PIÈCES À PRÉSENTER

•Quatre (4) photos d’identité récentes

•Extrait d’Archives récent ou Acte de naissance (Original et Copie)

•Relevés de notes ou Certificat du Baccalauréat IIème partie (Original et Copie)

•Une pièce d’identité : CIN ou NIF (Original et Copie)




N.B. Pour les postulants qui souhaitent s’inscrire sous réserve, l’UNIFA leur fait obligation de présenter au moment opportun la fiche indiquant leur participation aux examens du Baccalauréat IIème partie de l’année académique 2020-2021 (Original et Copie).


La date des examens sera annoncée ultérieurement.



Pour toutes informations supplémentaires, l’UNIFA vous prie de visiter son site : www.unifa-edu.info ou d’appeler aux numéros suivants : 28110408 – 28170405 – 28170411 – 28170412.




Des bourses seront accordées aux lauréats.es sous forme de scolarité ou de logement gratuit !

Avis de décès

L’Université de la Fondation Dr Aristide a appris, avec infiniment de peine, le départ de la Dre Ginette Rivière Lubin. De 2011 à 2014, Dre Lubin était la Doyenne de notre Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé.
Partageant la douleur de sa famille, nous exprimons, une fois de plus, notre gratitude à l’endroit de notre ancienne Doyenne.

Partie dans la nuit du 10 au 11 juillet 2021, ses empreintes seront toujours indélébiles à l’UNIFA.

A sa famille et à ses proches affectés.es par ce deuil, le Président de l’ Université, le Conseil d’administration, le Rectorat, les Décanats, le Corps professoral et les étudiants de la FMSS, tous unis au cœur de ce deuil, nous adressons nos sincères condoléances.

Requiescat in pace !

Puisse son âme reposer en paix !


Les étudiants de 1ere année de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture (FSNA) en Stage à la ferme agricole de l’Institution.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie

Ce lundi 17 mai 2021 s’ouvre sur la Semaine Scientifique à l’UNIFA autour du thème ‹‹ Diagnostic : entre Science et Escroquerie ››. Comme prévu par le calendrier, c’est une semaine riche en activités : les conférences, les présentations des différentes Facultés qui forment l’université, les concours et les expositions se conjuguent pour donner à cette semaine d’atmosphère scientifique l’essence qui lui est due.

La Semaine Scientifique débute à l’Auditorium, après que les étudiants aient entonné l’Hymne national et celui de l’UNIFA.
Après l’exécution de deux morceaux par un étudiant de la Faculté de Génie et d’Architecture, Mme Aristide prononce les mots de bienvenue et, au nom du Président de l’UNIFA, le Dr Jean-Bertrand Aristide, lance officiellement la Semaine Scientifique.

Elle en profite pour adresser ses vœux à la doyenne de la Faculté de Médecine, Dr Daphnée Benoît Delsoin, à l’occasion de son anniversaire de naissance. Dr Daphnée Benoît Delsoin reçoit un bouquet de fleurs de la part du Conseil de l’Université et prend la parole pour leur adresser ses vifs remerciements et du même coup, introduire la première conférence de la semaine.

La première conférence a été donnée par le Vice-Doyen de l’Université Quisqueya, le Dr Audie Métayer autour de la question de la pratique, des enjeux et perspectives de la néphrologie en Haïti. Dans son exposé, il dresse un panorama des débuts et de l’évolution de la pratique de la néphrologie en Haïti. Le parcours a été long, difficile et l’est encore tout autant aujourd’hui.

L’expansion de la pratique de la néphrologie connaît une expansion à travers le monde, explique-t-il, notamment grâce à la mise au point de l’hémodialyse par le Dr Willem J. Kolff et la capacité d’expliquer certaines choses au niveau médical. Cependant, dans le pays, on ne compte que dix néphrologues et dix centres de dialyse, dont seulement trois en milieu rural, pour une population de douze millions d’habitants.

Pour pallier à cette situation, l’essentiel selon lui, serait que l’Etat haïtien œuvre à combattre l’escroquerie afin de permettre l’expansion d’une pratique adéquate de la néphrologie par l’investissement à partir du budget national en créant des Centres d’excellence à cet effet, en mettant en en place une politique de formation des professionnels.les de la santé ainsi qu’une politique de gestion des matériels et infrastructures nécessaires à l’exercice du métier de néphrologue sur le territoire national. Mais surtout, vu la situation, que la population haïtienne adopte une position préventive en traitant les maladies à risque de comorbidité qui favorisent l’insuffisance rénale.

Après la conférence du Dr Métayer, un autre panel de cinq étudiants et étudiantes prend place, formé d’étudiants.es en Médecine de l’Université Quisqueya et de l’UNIFA. Ceux/celles-là dresse un tableau du fonctionnement des salles d’urgence en Haïti ainsi que les contraintes auxquelles sont confrontés les médecins urgentistes, ceux/celles-ci parlent ensuite de la grossesse précoce en Haïti plus précisément dans la localité de Pignon, ses causes et ses conséquences.

Entre-temps, des concours de dessin et des expositions en neurologie se déroulent sous les tentes du campus et les arrangements s’opèrent à la Salle Polyvalente afin d’assurer la présentation de la Faculté des Sciences infirmières. Ces étudiants.es font la mise en scène d’une femme enceinte victime d’un accident de voiture sur la voie publique qui arrive aux urgences. A travers ce sketch, ils/elles ont montré qu’ils/elles sont des infirmiers/infirmières autonomes, capables de prendre des décisions et de sauver des vies en l’absence de médecins, avec professionnalisme et éthique professionnelle, remplissant leur travail loin de l’escroquerie et des pots-de-vin.

La dernière présentation de la journée a été celle de l’Ecole de Physiothérapie : deux étudiantes ont fait la projection d’une mise en scène réalisée par les étudiants.es eux/elles-mêmes. Pendant cette projection, elles ont expliqué comment se fait la prise en charge immédiate de la fracture bi malléolaire d’un footballeur survenue en terrain de jeu.

La Semaine Scientifique s’annonce déjà pleine vie de vie et de couleurs, chacune apportée par les étudiants.es, les conférenciers et conférencières, les professeurs.es, les membres du Conseil d’administration de l’UNIFA et chaque participant.e qui se place aux côtés de la Science, non de l’escroquerie.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Photos de la première journée

Mme Mildred Aristide dans les mots de bienvenue au commencement de cette semaine de célébration de la Science à l’UNIFA
Dr Daphnée Benoît Delsoin, doyenne de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé, introduisant l’intervenant du jour, le Dr Audie Métayer
Dr Audie Métayer, Vice-Doyen de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université Quisqueya (UNIQ), néphrologue
Entre Mme Aristide et Dr Daphnée Benoît Delsoin : Dr Doodley Sévère, Responsable des Affaires académiques
Dr Francis Saint-Hubert, Professeur à l’UNIFA
Le Révérend Père Wesner Nérée, Responsable de Discipline

La deuxième journée scientifique : une journée de double célébration et de don de sang à l’UNIFA

Le mardi de la semaine scientifique aurait pu se dérouler comme un autre jour de la Semaine Scientifique à l’UNIFA. Mais il ne s’agit pas uniquement d’un mardi de Semaine Scientifique : on est le mardi 18 mai 2021. Une date importante dans l’Histoire d’Haïti. Le mardi qui marque la 218ème année de la création de notre drapeau et journée de l’Université, donc un mardi à commémorer.

A journée spéciale, programmation spéciale : C’est donc un gai couplet de l’hymne à la jeunesse qui retentit dans l’assistance, à savoir ‹‹ Nous te voulons, chère Patrie, puissante et forte à tous les yeux. Nous te voulons, terre bénie, digne à jamais de nos aïeux. Libre et prospère, ils t’ont léguée à leurs enfants, nous qui t’aimons. Avec ardeur dans la mêlée, pour ton salut nous lutterons. C’est nous, jeunesse étudiante. C’est nous, les grands, nous, les petits. Demain, la gloire d’Haïti. Les cœurs joyeux, l’âme fervente, toujours en avant nous irons la tête altière et hauts les fronts. ››

Après avoir prononcé ces belles paroles qui répandent le parfum du patriotisme, le Dr Ernst Noël, Directeur du Programme National de Sécurité Transfusionnelle, introduit par Dr Daphnée Benoît Delsoin, fit un diagnostic patriotique après avoir mis en lumière les différents problèmes du pays qui non seulement fragilisent la vie des haïtiens, mais les obligent également à côtoyer la mort. A chaque instant. De manière constante.

Il montra combien les demandes en pochettes de sang sont fréquentes et nombreuses et comment il est difficile d’y pourvoir : ‹‹ Un accident de la route, une blessure par balles, un accouchement par césarienne, autant d’imprévus qui mettent chaque jour des patients.es sur la fine ligne entre la vie et la mort et où une transfusion sanguine peut se révéler indiscutablement indispensable. La demande en pochette de sang par année est d’ordre de 110.555, alors qu’en moyenne nous ne disposons que de 6.250 par année ››.

Mais ce n’est pas le seul souci lié à la transfusion sanguine en Haïti : ‹‹ Nous ne faisons pas payer pour donner des pochettes de sang aux accidentés.es, aux femmes enceintes en situation d’accouchement difficile ou à quiconque dont l’état requiert une transfusion sanguine, il est clairement indiqué qu’au Centre, nous ne recevons pas d’argent pour cela. Si à un moment ou à un autre, vous dûtes payer pour obtenir du sang, c’est ce vous avez été victime d’escroquerie ››.

En ce jour de la fête du drapeau et de l’Université, il convia la communauté étudiante de l’UNIFA à poser un geste citoyen, pour reprendre ses mots, un geste d’appartenance à la communauté : ‹‹ Il n’est pas essentiel de savoir ce qu’on a fait de nous, mais ce qu’on fait de ce qu’on a fait de nous. Tout savoir exige une concession. Je vous invite à poser cet acte d’abnégation ce matin alors qu’on célèbre notre drapeau. Faire don de votre sang si vous êtes en état de le faire, c’est sauver la vie de huit bébés ou de trois adultes en situation d’urgence ››.

A ce cri du cœur, l’UNIFA a répondu avec joie car le 14 Mars dernier, le Président de Aristide avait déjà dit : Don de sang, don de soi. Entre diagnostic patriotique, chants, danses, morceaux exécutés à l’instrumental, des pochettes vides se remplirent avec des gouttes de don de soi afin de servir les autres comme l’ont fait nos ancêtres. Afin qu’aujourd’hui nous soyons en mesure de fêter deux centenaires de la création de notre drapeau.

Car ce que nous rappellent notre drapeau et notre rôle en tant qu’aspirants.es à l’excellence c’est le devoir, l’honneur, l’amour, l’unité et la solidarité entre tous les fils et toutes les filles d’Haïti, y compris entre ceux/celles qui ont besoin de sang et ceux/celles qui peuvent en donner. En un mot, les Universitaires se dirigent vers la Science et non vers l’escroquerie.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Photos de la deuxième journée

Dr Edelyne Francisque, Professeure à l’UNIFA
Dr Ernst Noël, Directeur du Programme National de Sécurité Transfusionnelle
Concours de chimie organique
Don de sang à l’UNIFA

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Troisième journée

Après deux journées remplies, la Semaine Scientifique se poursuit à l’UNIFA. Ce mercredi 19 mai 2021 marque donc la troisième journée de cette période particulière pour la communauté estudiantine de l’Université de la Fondation Dr Aristide.



Les deux conférences de la troisième journée

Deux conférences viennent agrémenter la matinée de cette journée. La première est une intervention de l’Ambassadeur Cesar Alberto Faes suivie de la Pharmacienne Marie Ener Jean Jacques.

‹‹ Vérité scientifique et changement de paradigme ›› est le sujet autour duquel s’axe l’intervention de M. Faes. Il montre dans son discours comment les voies Science et Paradigme se croisent souvent et combien est important le rôle des paradigmes dans les avancées de la science : ‹‹ La science n’est pas linéaire. Elle fait des progrès et ces progrès s’effectuent d’abord par les discussions. Les paradigmes révolutionnent la science ››.

Cependant, explique-t-il, autant que les paradigmes éclairent la route de la science, autant ils peuvent lui faire de l’ombre. Autant ils sont bénéfiques et sont à la base de grands progrès scientifiques, autant ils savent être des obstacles et s’avèrent parfois être des causes de troubles et de confusion au sein de la communauté scientifique. Situations qui favorisent également des occasions d’escroquerie dans le milieu. A cela, l’Ambassadeur Faes donne une explication : ‹‹ La science est soumise aux paradigmes. Quand les paradigmes changent, il est difficile de savoir de quel côté se trouve la vérité scientifique ››.

Après de bonnes minutes passées à apprécier la prise de parole de l’ambassadeur argentin qui a exposé l’étroite corrélation entre vérité scientifique et paradigmes, l’heure vient où Mme Marie Ener Jean Jacques présente le bon usage des médicaments et les dangers pouvant sévir dans leur utilisation.

L’utilisation des médicaments dans un contexte médical est un fait normal et complémentaire pour le traitement de maladies et même quelques fois, leur prévention. Cependant, en Haïti, les précarités dans les familles au sein de la population ne permettent pas de normaliser une visite à l’hôpital à chaque malaise. Les gens se tournent donc vers l’automédication. L’automédication est la prise de médicaments sans avis médical. C’est ce qui fait l’essence de la conférence de Mme Marie Ener Jean Jacques ce matin.

Cette pratique de l’automédication n’est pas sans danger sur la santé de ceux/celles qui l’adoptent. Leur organisme peut être intolérant à un médicament à leur insu, et sans qu’ils/elles le sachent aggravent leur état au lieu de l’améliorer. Et quand enfin, ils/elles se rendent chez le médecin, l’usage de ces médicaments provoque un retard dans le diagnostic.

Prendre du thé non dosé, boire du sirop sans consultation préalable, prendre des médicaments qui ont été prescrits à quelqu’un d’autre ayant des malaises identiques à ceux en question, sont autant de formes que revêt l’automédication dans le contexte haïtien.

L’utilisation incontrôlée de ces médicaments fait grandir une autre activité en parallèle : la vente des dits médicaments, déplore la pharmacienne : ‹‹ Pour chaque symptôme, vous serez en mesure de trouver toutes sortes de médicaments dans les rues, dans les bus ››. L’ignorance des uns/unes les fait poser des actes d’imprudence en se fiant à ceux/celles qui vendent et fabriquent des médicaments.

Non seulement, nous apprend Mme Jean Jacques, ces médicaments sont souvent sans rapport avec ce dont ils/elles souffrent, et les vendeurs.ses leur en fournissent, parfois ils/elles agissent en escrocs en les leur faisant payer plus que de raison ; ces médicaments ne sont pas non plus conservés dans les conditions adéquates, ce qui fait que ces médicaments sont périmés même s’ils n’ont pas encore atteint leur dâte d’expiration.


Les présentations des Facultés

Après ces deux conférences survenues à l’Auditorium, l’attention est portée sur la Salle Polyvalente où l’UNIFA accueille des étudiants.es de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture qui présentent la théorie de l’Enseignement agricole, sa pratique ainsi que les actions et stratégies à mettre en place.

Pour ce faire, ils/elles se servent des résultats de leurs travaux à la ferme agricole de l’université où ils/elles passent beaucoup de temps en vue de pratiquer les théories relatives à leurs études. Ils/elles parlent également des exigences liées aux travaux dans la ferme, des difficultés qu’ils/elles ont rencontrées, les actions qu’ils/elles ont posées, les stratégies qu’ils/elles ont employées afin d’atteindre leurs objectifs ; et de l’escroquerie des marchands de plants et de semences qui trompent souvent la vigilance des acheteurs.es en les mélangeant.

Ce n’est pas tout : ils/elles doivent encore craindre les activités des bestioles et des insectes qui gâtent des récoltes. Ce qui les amène à débattre de l’escroquerie dont usent aussi certains.es travailleurs.es agricoles quand ils/elles disent que leurs produits sont totalement bio alors qu’ils se sont servis de produits chimiques, de pesticides et d’insecticides aux différents stades de leurs travaux.

La dernière présentation de cette journée est celle de la Faculté des Sciences Economiques et Administratives qui fait un rapport sur la cafétéria dont les premiers balbutiements remontent au précédent Semaine Scientifique de l’UNIFA en 2019. Les étudiants.es de cette Faculté avaient alors fait des recommandations en vue de dynamiser la gestion de la cafétéria dans le but de mieux combler les attentes des clients.es et d’en élargir la clientèle.

Ils veulent à travers ce rapport, montrer si oui ou non, des changements ont été apportés à cet effet, si les services se sont améliorés depuis, où en est le degré de satisfaction de la clientèle. Et c’est de ces grands points qu’ils/elles ont discuté parlant des suivis, des évaluations et des nouvelles perspectives pour une fidélisation de la clientèle actuelle et potentielle.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Photos de la troisième journée

L’Ambassadeur de l’Argentine, Ambassadeur Alberto Faes Cesar
Mme Marie Ener Jean Jacques, Pharmacienne et Professeure d’Université
Concours de dessin/ Cardiologie

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Quatrième journée

Pour un lendemain sans cancer du col en Haïti

‹‹ Pour un lendemain sans cancer du col en Haïti ››, c’est le sujet autour duquel s’articule la toute première conférence de cette quatrième journée de la Semaine Scientifique, l’intervention du Directeur médical de l’Hôpital de l’Université de la Fondation Dr Aristide, le Dr Joseph Edmond Pierre. C’est un sujet porteur d’espoir. Néanmoins, aussitôt ce moment d’ensemble de réflexions entamé, on peut facilement se rendre compte qu’elles s’apparentent presqu’à une utopie.

Car les chiffres empruntent, quant à eux un tout autre chemin : les données qui concernent la population féminine atteinte du cancer du col de l’utérus en Haïti ne sont guère réjouissantes. Selon une étude de l’OMS réalisée en 2021, plus de 10.000 cas de cancer du col de l’utérus ont été recensés en Haïti. En découlent 1.400 cas de décès. D’un autre côté, 90% des femmes sexuellement actives ont déjà une fois au moins contracté une infection.

Face au manque cruel de moyens dont souffre Haïti pour combattre ce sérieux problème, le Dr Joseph Edmond Pierre propose des éléments de solution. Le mieux serait, selon lui, d’encourager la vaccination contre le cancer du col de l’utérus et qu’en Haïti soit adoptée la prévention secondaire par le dépistage ; c’est-à-dire, suivre la stratégie proposée l’OMS qui consiste à dépister les femmes de 30 à 65 ans qui présentent des lésions cancéreuses, les soumettre à un traitement avant que le cancer atteigne le stade de cancer invasif et de cette façon, tenter de pallier aux dégâts de ce fléau qu’est le cancer du col de l’utérus en Haïti.


La présentation du rapport de l’Observatoire haïtien des crimes contre l’Humanité

Après la conférence du Dr Joseph Edmond Pierre, a lieu à la Salle Polyvalente, la présentation du rapport de l’Observatoire haïtien des crimes contre l’Humanité survenus en Haïti par Me Mario Joseph. Ce rapport intitulé ‹‹ Massacres cautionnés par l’Etat : règne de l’impunité en Haïti ›› a été publié le jeudi 22 avril dernier.

Pour exposer les grandes lignes du rapport, Me Mario Joseph parle des différents crimes commis de manière récurrente en Haïti au cours de ces derniers temps, dans les quartiers populaires et des zones spécifiques dits de non-droit dans le pays.

Selon l’Observatoire haïtien des crimes contre l’Humanité, représenté par Me Mario Joseph ce jeudi, les causes de ces massacres seraient d’ordre politique. Par ailleurs, ce dernier dénonce la passivité de l’Etat, des instances concernées par cette situation qui met constamment en branle le pays.

A la fin de sa présentation, il fait le rappel sur la nécessité de l’implication de l’appareil judiciaire pour l’ouverture d’une enquête et de chaque citoyen et citoyenne en vue de mettre fin au cycle du règne de l’impunité en Haïti.



Des saveurs du Droit… pour la bonne marche de la société

Trois groupes d’étudiants.es assurent la suite de la programmation de l’après-midi. Le premier groupe est une délégation de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l’Université d’Etat d’Haïti. Cette délégation fait la description et l’historicité de leur Faculté fondée en 1940. Elle poursuit en plaidant en faveur de l’importance du Droit dans la régulation des sociétés notamment par la création des lois. Les lois, soutient ce groupe d’étudiants.es, sont créées par la société et les lois régulent la société.

Elle en profite pour montrer la pluralité des carrières auxquelles peuvent mener des études de Droit en citant comme exemples des personnalités haïtiennes influentes ayant une formation en Droit.

Le Droit sert à contrecarrer les dérives de la société. A empêcher les torts, et si trop tard, à rectifier le tir en exigeant réparations et punitions à qui de droit par la voie des procès. La simulation de procès des étudiants.es de la Faculté de Sciences Juridiques et Politiques de l’UNIFA qui fait suite au groupe précédent ne saurait le prouver plus clairement : une femme voulant quitter le pays pour cause d’insécurité est victime d’escroquerie par une autre femme qui dit être responsable d’une agence de voyage alors que cela est faux. L’affaire est portée devant le Tribunal. Et les mesures sont prises à l’égard des deux parties.



De la santé dentaire…

La Faculté d’Odontologie met fin à la programmation de cette quatrième journée avec un exposé sur la prévention en Odontologie ainsi qu’une projection des séances de pratique à la Clinique dentaire de la Fondation Dr Aristide.

Une étude sur la sculpture des dents et les principes d’hygiène buccale comme premières dispositions pour une bonne santé dentaire ont servi de prélude à cette causerie sur les autres moyens de préventions et des modes opératoires en Odontologie : détartrage, prophylaxie, scellement des puits et fissures, orthodontie préventive, freinectomie labiale.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Photos de la quatrième journée

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Cinquième journée

Après quatre journées dédiées à la réalisation des activités prévues par le calendrier, la Semaine Scientifique touche à sa fin. Jusqu’à aujourd’hui, elles n’ont rien perdu de leur surprenante variété, de leur intensité et de leur rythme fou. Nous en sommes encore témoins ce vendredi 21 mai 2021.



Une conférence sur les richesses du sous-sol d’Haïti boucle la série des interventions

Le vendredi qui clôt ce cycle d’activités spéciales à l’UNIFA commence par une conférence de l’Ingénieur-géologue Claude Prépetit. ‹‹ Les ressources minières et énergétiques d’Haïti : mythe ou réalité ? ›› est le sujet auquel il nous entretient ce matin.

Qui n’a pas déjà entendu dire que le sous-sol d’Haïti regorge de richesses ? Que nous marchons sur l’or en Haïti ? Qu’en disent cependant les résultats des recherches minières se rapportant au sous-sol d’Haïti ?

Avant de déclarer un sous-sol riche ou pas, il importe d’effectuer une recherche minière. Cette recherche pour, d’abord, évaluer les ressources minières et les transformer ensuite en état de richesse passe par trois phases, indique l’Ingénieur Prepetit :

-La prospection qui est la phase stratégique des opérations. A ce stade, les travaux se font en surface. Elle dure deux (2) ans environ.

-La recherche proprement dite qui est la phase des opérations tactiques : Les indices trouvés sont évalués et c’est à ce stade que les chercheurs.es décident si oui ou non, le gisement trouvé vaut la peine d’être exploité. Cette période est plus longue que celle de la prospection et s’étend sur plusieurs années.

-La mise en exploitation du gisement ou mise en portefeuille.

Que révèlent les recherches minières dans le cas d’Haïti ? Le premier rapport sur les ressources minières et énergétiques a été réalisé par l’OEA, lors de l’Occupation américaine en Haïti. Ce rapport relate que les travaux de recherches minières se sont arrêtés à la phase de prospection. Il a qualifié de prometteurs les indices mais aucun gisement n’était trouvé à exploiter dans l’immédiat.

En 1944, la Reynolds Mining Company entama des recherches en Haïti qui durèrent treize (13) ans. Elle revint par la suite en 1982 et passa vingt-cinq (25) années consécutives afin de procéder à l’exploitation minière. A l’issue de ces travaux, elle a extrait douze millions de tonnes de bauxite.

Sept (7) gisements ont été découverts à dâte dans tout le pays : trois (3) gisements d’or et quatre (4) gisements de cuivre. Il y aurait également des potentiels gisements de sable, de gravier, de carbonate de calcium, d’argile et de sel marin, mais il n’y a pas de gisement de pétrole. Aucun de ces gisements découverts n’est de classe internationale.

Les seuls types d’exploitation minière actuels en Haïti sont des exploitations de carrières de sable, de roches et de granulats ; et l’orpaillage dans le Nord-Est du pays par les habitants. Il n’y a plus eu d’investissement minier en Haïti depuis 2013.

Les ressources minières et énergétiques d’Haïti : mythe ou réalité ? L’Ingénieur-géologue Claude Prépetit délimite la question : ‹‹ Ce n’est pas un mythe, c’est une réalité. Mais une réalité qui doit être ramenée à sa juste valeur. ››



Le rythme change sans baisser… jusqu’à la fin

La cafétéria de l’Université s’offre l’ultime partie de la programmation. Une dégustation littéraire en parallèle au menu du personnel y est servie par Shomy et sa bande afin de changer le registre des activités.

Les étudiants.es disposés.es en un demi-cercle chantent avec l’artiste qui n’est pas à son coup d’essai. Elle fait participer son assistance qui ne s’en fait pas du tout prier : ils/elles reprennent avec elle les chansons interprétées, la filment lors des prestations et lui manifestent leur appréciation par de vifs applaudissements et exclamations.

Pendant le déroulement du spectacle, les prix des différents concours organisés par les Facultés ont été remis par Mme Aristide aux gagnants.es pour la plus grande joie et surprise de ceux/celles-ci.

Une manière rafraîchissante de terminer cette riche, intense semaine et d’en attaquer une autre de la même veine : les examens de la deuxième session s’annoncent à l’horizon de la semaine prochaine.

Semaine Scientifique du 17 Mai au 22 Mai 2021/ Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie/ Photos de la cinquième journée

L’Ingénieur-géologue Claude Prépetit

Avis -Club de l’Excellence

Le RECTORAT informe la Direction, les Décanats et le Corps Professoral dans son ensemble, de la mise en place au sein de l’Université, d’un « Club de l’Excellence ».
Cette nouvelle structure est conçue dans l’esprit de valoriser les efforts de nos étudiants des différentes Facultés et École. Le Club de l’Excellence regroupe les étudiants ayant obtenu les plus fortes moyennes semestrielles et/ou annuelles.

Les résidences universitaires de l’UNIFA et le défi d’itinéraire des étudiants.es : un grand remède à un grand mal

Ils/elles sont de plus en plus nombreux.ses à emprunter la voie des études supérieures après avoir bouclé leurs études secondaires. Révolu est le temps où les études supérieures constituait la chasse gardée d’un groupe ou d’une catégorie en particulier. Aujourd’hui, même si les pressions sociales et les conditions défavorables obligent certains.es à renoncer aux longues études, d’autres font fi des constructions et situations sociales, afin d’embrasser cette étape et de fortifier leurs perspectives d’avenir. Cependant, c’est un choix courageux et audacieux par lequel est éprouvé, de multiples façons, quiconque le fait : la question d’itinéraire et des réalités corollaires en sont des exemples parfaits.



La vie estudiantine n’est pas un long fleuve tranquille. La météo ne peut pas prédire à quoi ressemblera tel ou tel jour de la vie d’un.e étudiant.e. La vie estudiantine est faite d’imprévus, de difficultés et de sacrifices, même pour les moins engagés.es, les moins dévoués.es et les ‹‹ là par défaut ››. Il arrive également que le processus d’intégration d’un.e étudiant.e dans le milieu universitaire s’opère lentement et qu’il/elle se rende compte que ses intérêts sont tournés vers d’autres études que celles qu’il/elle a choisies.

Outre les difficultés personnelles auxquelles peut faire face un.e étudiant.e, l’étudiant.e haïtien.ne confronte également celles liées au contexte sociopolitique d’Haïti. Ses études sont bien souvent modelées par le fonctionnement du pays et les problèmes qui en découlent. Ainsi, à côté du haut coût de la vie et de la situation économique précaire, des conditions sanitaires déplorables, du manque de structures et de services, de l’angoisse et de l’anxiété, l’étudiant.e haïtien.ne doit tout au long de ses études combattre un ennemi redoutable qui peut considérablement influencer sa performance académique : son défi d’itinéraire.

Plusieurs facteurs peuvent combiner pour faire du trajet de l’étudiant.e un frein au bon déroulement de ses études. En Haïti, faire le trajet en transport public n’est jamais une partie de plaisir : il/elle est bridé.e par l’inconfort et l’embouteillage qui a le pouvoir de le faire rater ses cours et examens et réduire sa disposition et son attention une fois sur place.

L’étudiant.e anxieux/se, stressé.e, fatigué.e, pressé.e par le temps et la distance en sortant et rentrant chez lui/elle fait plus d’efforts pour briller dans ses études qu’un.e autre qui n’a pas ces soucis comme actif. Pour la première catégorie, c’est un combat sans merci qui se livre entre difficultés du trajet et motivation. Un sondage réalisé permet d’ailleurs de voir qu’en termes de disposition à la révision des cours à la fin de la journée, la barre dépasse rarement la moyenne pour ce groupe d’étudiants.es :

X, (2ème année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ Sur une échelle de 1 à 10, je dirais 2. Après les cours, je peux passer jusqu’à une heure sans pouvoir trouver un tap-tap pour rentrer chez moi. A mon arrivée, vers les 19 heures, je ne peux rien faire de plus. ››

X, (1ère année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ 6. Je me lève généralement à 4 heures pour me rendre en cours. En arrivant chez moi, je suis toujours fatiguée. Alors je révise mes notes à l’Université durant les heures creuses. ››

Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Je me lève à quatre heures le matin pour me préparer car le trajet est long et fatiguant. Il l’est encore plus lors du retour à cause de l’embouteillage. Je suis 80% disposée à suivre mes cours mais pour les réviser en rejoignant mon domicile, je me tiens à 6 sur l’échelle. ››

Y, (2ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Le trajet m’épuise. Je m’en tiens à 5. ››

Y, (1ère année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ 6. J’arrive tard chez moi parce que parfois je suis obligée de rentrer à pied et je n’ai pas l’électricité. Alors je me lève à 3 heures du matin pour réviser mes notes et me préparer. ››

Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Il m’est souvent difficile de trouver un tap-tap : je fais alors une partie du trajet à pied. Dans ces cas-là, j’arrive à des heures tardives. Je dirais donc entre 5 et 7. Tout dépend de l’heure à laquelle j’arrive. ››

Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Je me lève à quatre heures pour partir tôt et éviter ainsi les embouteillages. Quand le trafic est fluide, je passe environ une heure et quinze minutes en tap-tap, mais cela n’arrive pas souvent. Le parcours est long et inquiétant. Je rentre tard. Sur une échelle de 1 à 10, je me situe à 5 pour réviser mes cours. ››



Pour la seconde catégorie, la situation est un peu moins compliquée à gérer. La durée du trajet n’étant pas trop longue, ces étudiants.es se fatiguent moins et sont plus disposés.es à répondre aux exigences académiques :

X, (1ère année, Faculté des Sciences Economiques et Administratives) : ‹‹ Mon corps ne se fatigue pas trop durant le trajet. Je me sens en forme pour étudier en rentrant chez moi. Je dirais 7. ››

Y, (1ère année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ 8. J’ai un parcours qui dure environ 40 minutes même s’il est quelques fois un peu difficile. ››



Consciente que l’itinéraire des étudiants.es représente un enjeu pour leur performance académique, soucieuse de participer de la meilleure manière possible à leur formation et leur épanouissement, l’UNIFA leur ouvre les portes de ses résidences universitaires, situées non loin de notre Campus. L’étudiant.e qui y séjourne n’a donc plus à craindre les monstres du trafic : l’embouteillage, la fatigue et le manque de temps. Il/elle y trouve le calme nécessaire aux études et aux activités intellectuelles. Plus que de former des professionnels et professionnelles, l’UNIFA choisit de contribuer au bien-être des jeunes qui la choisissent.

Photos de la journée de commémoration du 218ème anniversaire de la mort de Toussaint L’Ouverture au 13ème Jeudi de l’UNIFA

Des étudiants.es portant une banderole avec l’inscription ‹‹ Hommage à Toussaint Louverture ››
Me Joselaine Asique Magnan, doyenne de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, introduisant le panel du treizième Jeudi de l’UNIFA
Le panel du treizième Jeudi de l’UNIFA : Les anciens/nes étudiants.es Wanex Dumé, Edwin Alcide, Shaddaëlle Bolière, Guessy Marechal, Lorens Fayo Louimé et Me Island Gouin
Lorens Fayo Louimé, lors de son intervention, lisant un extrait de Haïti – Haitii /Pwezi filozofik pou dekolonizasyon mantal du Président de l’UNIFA
Etudiante de la Faculté de Médecine posant sa question aux intervenants.es

Hommage à Toussaint Louverture : Commémoration du 218ème anniversaire de la mort de Toussaint Louverture au 13ème Jeudi de l’UNIFA

Dans la matinée du 7 avril 1803, après huit mois de captivité et une santé chancelante, sous la demande d’un gardien, un chirurgien et son assistant allaient faire le constat de la mort du Précurseur de l’Indépendance d’Haïti. Que devons-nous retenir de la vie et de la mort de Toussaint L’Ouverture ? La haute portée pour notre nation de cette figure, symbole de courage, a été la toile de fond du panel de ce Jeudi de l’UNIFA, à l’Auditorium de l’Institution.


Six anciens/anciennes étudiants.es de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’UNIFA, introduits.es par la Doyenne de ladite Faculté, Me Joselaine Asique Mangnan, ont constitué le panel de ce jeudi 8 avril 2021. Panel qui a rendu un bel hommage à la vie et à la mort de ce grand homme qui a marqué son temps, qui a marqué le monde, qui a marqué l’Histoire et dont la mémoire perdurera car les idéaux qu’il prônait vivant sont universels et se conjuguent à tous les temps.


Wanex Dumé, Edwin Alcide, Shaddaëlle Bolière, Guessy Marechal, Lorens Fayo Louimé et Me Island Gouin ont pris la parole pour parler de Toussaint L’Ouverture, de sa vision et de son combat contre le système colonialiste et esclavagiste instauré à Saint-Domingue. Système dont l’un des piliers est le Code Noir, lois visant à régler les problèmes qui découlent de l’esclavage dans les colonies de la Métropole française, tout en mettant en place des outils pour renforcer le problème lui-même : l’esclavage et la colonisation. C’était donc une situation qui contredisait ces supposées tentatives de solutions.


‹‹ Haïti – Haitii /Pwezi filozofik pou dekolonizasyon mantal ››, livre publié par le Président de l’UNIFA, le Dr Jean-Bertrand Aristide, en 2010, a servi de texte de référence à ces étudiants.es pour leurs réflexions autour de la question du Code Noir, qui se voulait par moment humain, prétextant se pencher sur le sort des esclaves noirs de Saint-Domingue tandis qu’il est, dans son ensemble, un aiguillon dans les yeux et un fouet dans leurs côtés.


Tous et toutes ont rappelé la fougue et l’intelligence avec laquelle Toussaint L’Ouverture a voulu vaincre les actions posées à l’encontre des Noirs esclaves de Saint-Domingue, alors que son épingle était au préalable tirée du jeu et qu’il bénéficiait du statut quo. Ils ont aussi fait retentir son dernier cri, cri de foi en un avenir digne pour les noirs qui rêvent de leur liberté arrachée par les colons : ‹‹ En me renversant, vous n’avez abattu que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs de Saint-Domingue. Il repoussera par ses racines car elles sont profondes et nombreuses ››.

Photos de la Graduation du 14 mars 2021

Les porteurs de drapeaux qui ont débuté la procession d’entrée des récipiendaires à l’auditorium
La chorale de l’UNIFA, prête à entonner l’hymne national et celui de l’UNIFA, après l’entrée des récipiendaires
Le Président de l’UNIFA lors de son discours de circonstance
Une vue partielle des récipiendaires écoutant avec attention le discours du Président de l’UNIFA
Un récipiendaire de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé recevant son parchemin des mains du Président de l’UNIFA
Une grande joie pour Sabienty Michel, récipiendaire en Sciences infirmières, de recevoir son parchemin des mains du Président de l’UNIFA
Un récipiendaire de l’Ecole de Physiothérapie recevant son parchemin du Président de l’UNIFA
Shaddaëlle Rose Marie Bolière, récipiendaire de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, toute souriante, reçoit son diplôme des mains du Président de l’UNIFA
De la gauche vers la droite : les gradués.es en Médecine et Sciences de la Santé, les graduées en Sciences infirmières, ceux/celles en Physiothérapie et en Sciences Juridiques et Politiques (vue partielle du podium) ayant reçu leurs parchemins
‹‹ Ne soyez pas surpris si ce matin, je parlerai de la neuroscience du bonheur. En effet, de l’intelligence humaine à l’intelligence artificielle, les scientifiques nous révèlent un potentiel cognitif remarquable. Nos facultés mentales nous ouvrent un monde nouveau où, jour après jour, nous pouvons acquérir de nouvelles connaissances. Au moment où chez nous, la dictature accélère la descente aux enfers, la neuroscience du bonheur nous interpelle. Chers Récipiendaires, vous rêvez sans doute de bonheur et de plénitude. C’est normal. Il y a relativement peu de temps, vous étiez en première année. Votre intelligence et votre détermination vous ont conduits à ce sommet de gloire. Et oui, voilà, aujourd’hui, vous terminez ce cycle d’études en apothéose ›› : Extrait du discours du Président de l’UNIFA.
Le Dr Dodley Sévère, Responsable des Affaires Académiques, qui leade les prestations de serment des récipiendaires
Prestation du serment d’Hippocrate des récipiendaires de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé
Prestation du serment de Florence Nightingale des récipiendaires de la Faculté des Sciences infirmières
Prestation de serment des récipiendaires de l’Ecole de Physiothérapie
Prestation de serment des récipiendaires de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Les docteures Menvy Benjamen et Mitchana Alexandre, lauréates de leurs promotions
La Doyenne de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé et Ex-ministre de la Santé, Dr Daphnée Benoît Delsoin, remettant le flambeau au gradué sous les yeux des docteurs Graciela Limonta et Jean Mary Aubourg
(De droite à gauche) Miss Christyne E. Lalanne et Miss Marie Lorence L. Cenare, lauréates de leurs promotions
La directrice de la Faculté des Sciences infirmières, Miss Marjorie Gaussaint, accompagnée du Dr Aristobule Deverson, remettant le flambeau à la graduée
Dr Luis Damar, à ses côtés, Mme Thamar Michel, la Coordonnatrice de l’Ecole de Physiothérapie, qui tend le flambeau à la graduée Claire Marie Stéphanie Jackson
Larson Eder Achemé et Ricardo Bien-Aimé, lauréats de leurs promotions à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Quelques membres du Conseil d’Administration de l’UNIFA : (De gauche à droite) Ing. Raphaël Hosty, Arch. Pascale Carrière, Dr Jessy Pierre, Dr Maryse Narcisse, Dr Maryse Lévêque, Mme Mildred Aristide
M. Joël Edouard Vorbe, membre du Conseil d’Administration de l’UNIFA
‹‹ A la graduation du 31 mars 2019, le Révérend Père Eric Jasmin, Provincial des Pères de Sainte Croix, avait souhaité voir la naissance de notre Faculté d’Agronomie. L’écho de ce beau souhait a retenti au sein du Conseil d’Administration. En Octobre 2019, avec beaucoup de joie, UNIFA a ouvert sa Faculté d’Agronomie.
Aujourd’hui, nos futurs Agronomes ont le plaisir d’offrir au Révérend Père David, aux musiciens de l’Orchestre Philarmonique Sainte Trinité, aux membres du Conseil, du Rectorat et des Décanats, un cadeau spécial. Il s’agit des produits de la ferme agricole ›› : Extrait du discours de Mme Mildred Aristide.
Les produits récoltés par les étudiants de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture de l’Université
Les maîtres de cérémonie : Mme Christelle de Delva et M. Jean Jul Désauguste
Remise de cadeaux aux lauréats.es de promotions sous le regard attentif du Corps professoral
Le Révérend Père Nérée, Responsable de Discipline
Ingénieur Evens Toussaint, doyen de la Faculté de Génie et d’Architecture, Père David César, Chef de l’Orchestre Philarmonique Sainte-Trinité et Dr Daphney Benoît, vice-doyenne de la Faculté d’Odontologie
Sabrina Chéry, étudiante en Odontologie, gravit le podium afin de recevoir son cadeau
Mme Yakelen Almora Alongo, professeure d’Espagnol à l’UNIFA, capturant un moment de la cérémonie
L’Orchestre Philarmonique Sainte-Trinité
Gâteaux aux couleurs du bicolore de l’UNIFA
Photo de groupe des gradués.es de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Photo de groupe des deux promotions sortantes en Médecine sous les couleurs du ciel, de l’UNIFA et de la joie

Troisième cérémonie de collation de diplômes à l’UNIFA

L’UNIFA a célébré en grande pompe la troisième cérémonie de collation de diplômes de ses deux dernières promotions le dimanche 14 mars 2021.



Sur la cour du campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide, tout fait penser à la particularité de ce jour pour cet établissement d’Enseignement supérieur. Les différents représentants de la presse télévisée, les nombreux/ses photographes prêts.es à immortaliser cet événement de première importance pour les récipiendaires des facultés en général et pour l’UNIFA en particulier, les larges tentes immaculées qui remplacent les habituels bancs verts, la foule des parents et proches enthousiastes : tout a été mobilisé afin de donner un sens particulier à cette cérémonie qu’attendaient avec impatience et joie les deux dernières promotions d’étudiants.es de l’UNIFA. Cette cérémonie de collation de diplômes empêchée l’année dernière par les assauts de la covid-19 a été fastueusement réalisée ce dimanche 14 mars 2021, avec la participation de plusieurs centaines d’invités.es.
Ce jour porteur de bonheur avait été attendu, rêvé par ces étudiants.es, planifié par le Conseil d’Administration de l’Université et finalement, il était arrivé : deux promotions allaient en sortir diplômées d’un cycle d’études complété avec brio, pour la plus grande joie et fierté de celles-ci, des parents qui voient l’aurore distribuer ses vives couleurs sur des années de dur labeur, et de l’UNIFA, dont la mission est de donner à ces jeunes qui la choisissent une formation de qualité rehaussée par les valeurs citoyennes, d’investir dans l’Humain par l’Education, comme dirait le Président de l’Université, le Dr Jean-Bertrand ARISTIDE.




A l’occasion de cette manifestation de bonheur, le Dr ARISTIDE a prononcé un discours qui a suscité une forte vague d’intérêt à travers les réseaux sociaux (lien pour lire le texte intégral : https://unifa-edu.info/contenu/discours-du-president-de-lunifa-le-dr-jean-bertrand-aristide-a-loccasion-de-la-ceremonie-de-collation-de-diplomes-le-dimanche-14-mars-2021/) et les médias qui transmettaient en direct. Un discours rappelant les liens forts qui existent et continueront à exister entre les unifaristes et l’UNIFA, leur maison ; qui les exhorte à toujours se laisser guider avec dignité et fierté par le cœur, le bien et l’intégrité tout au long de leur vie et de leur carrière professionnelle quelques soient les circonstances, même conditionnées par la situation sociopolitique du pays.




Il n’a pas non plus hésité à faire l’éloge des parents pour leur implication dans la réussite de ces derniers depuis leur naissance, jusqu’à ce jour marqué par l’aboutissement et le début d’étapes significatives dans leur vie. Un discours qui marquera pendant longtemps les esprits des gradués.es et de toute l’assistance présente à cette belle célébration.




Sous les yeux brillants de fierté de ces parents et amis.es, 397 étudiants.es de l’Université de la Fondation Dr Aristide dont 293 en Médecine, 38 en Physiothérapie, 34 en Sciences infirmières et 32 en Sciences juridiques et politiques, ont ensuite défilé en toges bleues, blanches et noires afin de recevoir de la main du Président de l’UNIFA leurs parchemins.




Des étudiants.es ont pris la parole au nom de leur Faculté et Promotion respectives. Leurs discours étaient plus qu’une suite de mots et de phrases, c’était une manifestation de réjouissance et de reconnaissance envers leurs parents pour tous les sacrifices qu’ils ont pour eux/elles consentis et tout le support qu’ils leur ont apporté ; de satisfaction d’être parvenus.es, guidés.es par l’UNIFA, à récolter les fruits de tous ces efforts et de sentir qu’ils/elles ont en main les cartes leur permettant d’aller à la rencontre de leur carrière professionnelle qu’ils/elles ont fait le serment solennel d’exercer au ton de l’éthique, de l’honnêteté, de l’empathie et de l’amour.

Discours du Président de l’UNIFA, le Dr Jean-Bertrand ARISTIDE, à l’occasion de la cérémonie de collation de diplômes, le dimanche 14 mars 2021

Graduation 2021



Distingués Membres du Conseil d’Administration de l’UNIFA, Distingués Membres du Rectorat, des Décanats et du Corps professoral, Rév. Père David César, Chef de l’Orchestre philarmonique Sainte Trinité, Distingués invités, chers parents, Chers amis du 11me Département, Très chers Récipiendaires, très chers Unifaristes, Chers amis de la presse, Mesdames, Messieurs,



Comme deux notes de musique à l’octave, la voix de Minouche et la mienne s’unissent pour vous saluer et vous adresser une cordiale bienvenue à cette troisième cérémonie de graduation. L’année dernière, face à la propagation du coronavirus, nous avons dû annuler cette célébration de collation de diplômes. Ce matin, enfin, enfin, que nous sommes heureux de nous retrouver en votre compagnie ! Aussi, avons-nous le plaisir de saluer votre contribution à la formation de nos 3103 étudiants par un applaudissement chaleureux.
Si la passion habite près de l’amour, UNIFA habite au cœur de Minouche. Elle s’y donne avec amour et passion. A nous aussi de lui témoigner notre gratitude par ce concert d’applaudissements. De ces innombrables rayons d’amour qui émanent des membres de notre Conseil d’Administration, je suis témoin. De leur passion pour la croissance de l’UNIFA, je suis un témoin privilégié. Qu’il me soit permis de vous adresser, distingués Membres du Conseil, nos sincères remerciements.
Jouissant d’une excellente réputation, les Membres du Rectorat, les Doyens et les Professeurs incarnent des valeurs précieuses. Leur savoir scientifique illumine la Faculté de Médecine, la Faculté des Sciences Infirmières, la Faculté d’Odontologie, l’Ecole de Physiothérapie, la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, la Faculté de Génie et d’Architecture, la Faculté des Sciences Economiques et Administratives, la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture, la Faculté d’Education Permanente.
Comme le cerveau consomme 20% de l’énergie du corps, les Unifaristes voudraient consommer 80% de l’énergie cérébrale du Corps professoral. Puissent nos cœurs et nos mains exprimer à nos Profs, notre profonde gratitude ! Nous adressons également un merci particulier aux centres hospitaliers qui accueillent nos étudiants pour les stages pratiques, aux Conseillers juridiques et à vous tous qui contribuez à la croissance de notre communauté universitaire. Donner le goût du bonheur aux enfants, tel est l’un des plus beaux rêves des parents. L’éclosion de ces rêves de bonheur s’accompagne d’une symphonie de gratitude que nous entonnons à l’endroit de tous les parents.



Depi nou ti bebe nan tete, lèt manman n kòmanse ban nou myelin pou ogmante siyal kominikasyon kap fèt nan sèvo n. San myelin, siyal la fè 2 mèt chak segonn. Avèk myelin, li fè 120 mèt chak segonn.
Manman n te fòtifye entèlijans nou ak bon jan lèt. Jodia, nap ponpe lèt rekonesans pou nou ofri yo, Pandan nap felisite tout papa ak tout lòt paran ki sakrifye yo pou edukasyon pitit yo. Bravo pou nou !
L’UNIFA s’unit à vous tous, chers parents, pour donner le goût du bonheur à vos enfants. Ne soyez pas surpris si ce matin, je parlerai de la neuroscience du bonheur. En effet, de l’intelligence humaine à l’intelligence artificielle, les scientifiques nous révèlent un potentiel cognitif remarquable. Nos facultés mentales nous ouvrent un monde nouveau où, jour après jour, nous pouvons acquérir de nouvelles connaissances. Au moment où chez nous, la dictature accélère la descente aux enfers, la neuroscience du bonheur nous interpelle.
Chers Récipiendaires,
Vous rêvez sans doute de bonheur et de plénitude. C’est normal. Il y a relativement peu de temps, vous étiez en première année. Votre intelligence et votre détermination vous ont conduits à ce sommet de gloire. Et oui, voilà, aujourd’hui, vous terminez ce cycle d’études en apothéose. Compliments ! Bravo ! Plus d’un seraient tentés de vous couronner rois et reines de cette célébration. Voyons ce qu’en disent vos parents, vos profs et amis… Etes-vous d’accord ? Pour? Contre? … Alors, nos rois et nos reines, applaudissons-les unifaristement ! Encore une fois, félicitations à nos 397 Récipiendaires dont 32 en Droit, 34 Infirmières, 38 Physiothérapeutes et 293 Médecins.
Chers Unifaristes,
Le bon étudiant qui rêve du bonheur, aime écouter son cerveau lui dire : sois conscient de ton inconscient. Notre cerveau reptilien existe depuis 400 millions d’années. Chaque être humain a en lui un reptile agressif, impulsif, égoïste et sauvage, toujours prêt à s’enfuir ou à se battre pour sa survie. Fight or flight. Les fonctions vitales, telles que respiration, éveil, sommeil sont assurées par cette première structure de notre cerveau. Tandis que la partie centrale, dite cerveau limbique, gère nos émotions depuis environ 65 millions d’années, la partie supérieure ou néocortex, siège de notre intelligence, n’a que 3,6 millions d’années.



Pour être plus clair, permettez-moi de passer de la phylogénétique à cette métaphore :
Sèvo a se tankou yon kay ki gen 3 etaj. Premye etaj la genyen 400 milyon ane. Dezyèm nan genyen 65 milyon ane, Twazyèm nan genyen 3,6 milyon ane.
Au-delà du poids de leur âge, le reptile inconscient, le cerveau limbique et le néocortex exerceront une influence décisive sur chacun de nous. Ces trois composantes cérébrales sont inextricablement liées au secret du bonheur. Nous comprenons mieux cette chimie du bonheur en observant les mécanismes de la neuro-imagerie fonctionnelle. Celle-ci, en effet, met en évidence les changements d’activité cérébrale associés à nos prises de décision. Les choix rationnels ne sont pas toujours déconnectés du circuit cérébral de la récompense incluant le préfrontal, le noyau accumbens et l’aire tegmental ventral. En général, notre cerveau se prépare à déclencher un mouvement avant qu’on prenne la décision de l’accomplir. Votre cerveau décide avant vous et ça se passe en moins de 300 millisecondes. Les décisions sont donc prises subconsciemment mais la conscience peut exercer son droit de veto.
Chers Récipiendaires,
Face à la tentation de placer le dollar au-dessus de l’humain, violant ainsi le serment d’Hippocrate ou l’éthique professionnelle, que votre conscience exerce son droit de véto ! Face à la tentation d’être heureux en rendant l’autre malheureux, reproduisant ainsi le modèle des néocolons, que votre conscience exerce son droit de véto ! Avec fierté, il faut refuser d’obéir à l’inconscient colonial.
Que d’hôpitaux, que d’infrastructures sanitaires on aurait pu construire avec les milliards de Petrocaribe ! Le droit à la santé est inhérent à la dignité humaine. Défendre la dignité haïtienne face à l’inconscience coloniale est un devoir de conscience. Science sans conscience est un axone sans influx nerveux.
Il est temps que la conscience morale aille au-delà des influx de la proprioception inconsciente. Outre les massacres perpétrés à La Saline, Tokyo, Bel-air, Cité Soleil, Grand Ravine, Carrefour Feuille, Mariani, Croix-des-Bouquets, Arcahaie, Savien…, le nombre d’assassinats et de kidnappings enregistrés par jour nous laisse l’impression que la conscience morale des assassins est véhiculée par les tractus spino-cérébelleux vers le cervelet où l’information demeure inconsciente. Kidonk, nivo konsyans moral la tèlman ba, ou ta di :
Enfòmasyon an pase nan mwèl epinyè a, Li mache vi n chita dèyè tèt la, nan sèvelè a. Sèvelè a ou ti sèvo a se tankou yon manadjè Kap dirije, kontwole tout mouvman kap fèt. Là se trouvent des informations inconscientes.



Chers Récipiendaires,
Ce rappel neuro-physiologique nous exhorte à être conscients de notre inconscient. Chaque Unifariste doit maintenir la maîtrise de soi pour le plein épanouissement de ses ressources psychiques. Ceci, bien sûr, favorisera l’équilibre à établir entre le bien-être hédoniste, pôle du plaisir et le bien-être eudémoniste, pôle du bonheur. Dans ce contexte, le plaisir que vous éprouvez en exerçant votre profession peut entrainer une augmentation de l’activation du striatum ventral dont les faisceaux de fibres, vous le savez bien, font partie des ganglions de la base.
Lè w woule balon gradyasyon an sou teren lanmou sa a, ou pa bezwen rele Lionel Messi pou w gen 6 balon dò. Balon dò pa ou yo pap soti nan FIFA men nan UNIFA. Kidonk, sous lanmou Inivèsite w la pap janm sèch pou ou.
Nap toujou avè w chak fwa yon abit sifle w awoutsay Paske ou kanpe twò lontan anndan kare chomaj la. Nap toujou avè w lè wap tann abit la fin verifye nan var.
Bò isit, var ap toujou avèg paske sistèm nan pwograme l pou elimine ekip majorite a.
Pou nou rive depwograme òdinatè sa a, Il faudra, en vérité, une révolution d’amour.



Chers Récipiendaires,
L’Amour de son peuple et l’amour professionnel cristallisent une source de bonheur. Celui ou celle qui souhaite s’épanouir pleinement, éprouvera le désir de donner et de se donner. Générosité et bonheur sont corollaires. L’Unifariste généreux sera heureux. En fait foi l’augmentation de l’activation du striatum au moment d’un don : don d’argent ou don de son temps pour défendre les opprimés ; don de sang ou don de soi pour la prise en charge des malades. Car, chers amis, donner est plus qu’un verbe. C’est un indice de bonheur. Cette vérité est aussi le reflet de la conscience sociale.
En 1804, cette conscience sociale s’était exprimée par la révolution des esclaves. En 2019, le réveil de cette conscience s’est exprimé par le rejet du système néocolonial. Depuis le 7 Février 2021, cette conscience sociale s’oppose diamétralement à la dictature. Toujours debout malheureusement, le tronc cérébral du système néocolonial est rongé par le cancer de la corruption.
Par analogie, je disais que le tronc cérébral du système néocolonial est rongé par le cancer de la corruption. Il ne peut pas produire le taux nécessaire de sérotonine car les noyaux du raphé ont été détruits par le poison du mensonge.



Conséquences : baisse du taux de sérotonine donc augmentation de la criminalité, désinhibition de la violence institutionnelle, irruption des instincts sauvages et des pulsions reptiliennes. Face à la multiplication des gangs et au fléau du kidnapping, l’inconscience coloniale se révèle de plus en plus toxique. D’où la propagation non du coronavirus mais du ‘ coloniavirus.’ Et donc, du 29 Février 2004 à nos jours, la descente aux enfers se poursuit aveuglement.
Rappelons-nous l’histoire des rats cohabitant pacifiquement avec des souris dans une cage. Une fois la sérotonine des rats épuisée, ils ont dévoré toutes les souris. Et ceci, aux yeux des chats dont vous suivrez les regards.
Comment éviter le pire ? Il faut absolument passer du locked in syndrome à une transformation du système néocolonial.
Volonte Toussaint Louverture se pou peyi a
Pat rete tout tan lòk nan sistèm esklavaj la.
Se pou sa nan jounen ki te 22 mas 1801 an,
Li te otorize Borgella òganize yon reyinyon
Pou te kòmanse ekri Konstitisyon 1801 an.



Soti mwa mas 1801 rive jodia, nan mas 2021,
Sa fè 220 lane depi nap chèche kijan pou n pa
Rete lòk anndan zantray sistèm esklavaj sa a.
Atik 3 Konstitisyon 1801 an te deja endike n
Bon direksyon pou nou pran an, lè l di : Isit,
Pa dwe gen esklav, fòk tout moun viv lib.



Lespri Tousen an te klè : li di Tout moun.
Donk, se pa sèlman yon ti minorite zwit
Ki pran pri Nobèl nan kidnape ni leta a,
Ni richès piye a, ni dwa Pèp Ayisyen an
Genyen pou l soti nan lanfè kolonyal sa a.



Majorite moun debyen nan Peyi a admèt
Ke pwason koripsyon an pouri nan tèt.
Majorite entèlektyèl Ayisyen kap viv isit
Ou aletranje montre yo swaf yon lòt Ayiti.



Plizyè milyon sitwayen isit kòm lòt bò dlo
Deja mande pou chodyè koripsyon an chavire.
Jènès ayisyèn ki pap janm bliye petrokaribe a,
Pap janm bouke egzije chanjman sistèm nan.



Plis sewòm patriyotik la kontinye mache
Nan san nou tout Ayisyen ki renmen Ayiti,
Plis nap antann nou pou nou delivre Peyi a.



Le bonheur d’Haïti dépend
Des Héros et non des zéros.
Les zéros adorent la dictature.
Les Héros préfèrent la démocratie.



Aimez-vous les zéros ?
Aimez-vous les zéros barrés ?
Aimez-vous les Héros ?
Alors, ‘EWO BARE ZEWO.’



Oui, après 220 années, il faut cette transition de rupture devant nous conduire au salut public. Salut public pour le bonheur de tous les Haïtiens et de toutes les Haïtiennes. Cette route du bonheur, Toussaint l’a ouverte; d’où son nom Louverture ! Dessalines l’a suivie jusqu’au Pont Rouge où son sang irrigua la voie royale de la liberté. Fièrement, Christophe nous en parle à travers la Citadelle. Au-delà du temps, que l’esprit de ces Héros nous illumine et nous guide vers la nouvelle Haïti ! Que ces Génies de la race revitalisent l’unité des Fils et des Filles de la Patrie commune !

En hommage aux Pères Fondateurs de notre Patrie, A l’UNIFA, le bonheur s’écrit au tableau d’honneur. A l’UNIFA, le bonheur s’écrit toujours au singulier Mais s’épelle : Bonheurs car, il se donne aux autres. A l’UNIFA, le bonheur s’écrit toujours au singulier Mais s’épelle : Bonheurs car, il est amoureux du pluriel.
Cet amour inclut, bien évidemment, la construction de votre hôpital universitaire. Achevé à 90%, votre hôpital de 5040 m2, bientôt, vous ouvrira les portes de son cœur.



Chers Récipiendaires,

Que les ondes de bonheur générées par votre graduation se propagent à travers le pays et la diaspora haïtienne ! Que les cellules gliales de votre Alma Mater demeurent cette source où vous puiserez la myéline du bonheur !

A vous tous que j’aime beaucoup, Succès, Bonheur ET BEAUCOUP D’AMOUR !



Merci.

Dr Jean-Bertrand Aristide






La Polyclinique de la Fondation Dr. Aristide condamne énergiquement l’acte barbare d’assassinat perpétré contre sa collaboratrice Edeline Mentor Louis.




 

Mère de deux enfants, Miss Louis était une infirmière compétente, dynamique et soucieuse.

Elle a été assassinée le mardi 02 Mars 2021 dans l’après-midi, après avoir effectué une transaction dans une banque commerciale de la Route de frère. Polyvalente, chaleureuse et courtoise envers les patients, Miss Louis a laissé de bons souvenirs à ses collaborateurs et collaboratrices. Elle a toujours servi sa communauté consciencieusement.


Au nom de tout son personnel, la Polyclinique de la Fondation Dr Aristide présente ses plus sincères condoléances à la famille de la défunte, à ses amis et tous les proches affectés par ce deuil.


Que son âme repose en paix !!




Polyclinique de la Fondation Dr Aristide

Photos des examens de la première session (2020-2021)

Un groupe d’étudiantes en Médecine entre révisions et rires à l’approche des examens.

Des étudiantes en Sciences Infirmières à fond dans leurs derniers moments d’échanges avant les épreuves.
Cet étudiant révise ses notes en toute tranquillité, près de l’auditorium du campus de l’UNIFA.
Etudiants.es en Médecine s’apprêtant à entrer en salle d’examens.
Durant les examens à l’auditorium de l’UNIFA.

Fin des examens à l’UNIFA

 

 

Ce vendredi 26 février annonce la fin de la période d’examens pour la plupart des étudiants.es de l’UNIFA. Durant toute cette semaine, ils/elles ont eu à tester leurs connaissances, leur niveau de compréhension des cours dispensés, des recherches effectuées et des documents consultés.


Le moment est venu pour eux/elles de fournir un dernier effort et de boucler la boucle. Il ne leur faut que quelques heures supplémentaires afin de reprendre leur souffle.

La semaine prochaine, ils/elles salueront le retour à la normalité des horaires de cours et des activités de l’université.

 

Les examens volent la vedette au Jeudi de l’UNIFA ce jeudi

 

 

Le programme des Jeudis de l’UNIFA n’a pas eu lieu ce 25 février 2021 à cause du déroulement des examens à l’Université.

 



Très tôt ce matin, sept heures sonnées, les étudiants.es déjà éparpillés.es sur le campus se préparent aux examens, allant et venant, les documents comme seuls objets occupant leur champ de vision. L’heure des Mathématiques, de l’Espagnol, de la Physiologie et de la Neurologie s’approchait des étudiants.es de l’Ecole de Physiothérapie ; l’Anglais, l’Anatomie, la Parodontologie et l’Endodontie jaugeraient dans un moment encore ceux/celles de la Faculté d’Odontologie ; les apprenants.es en Faculté de Génie et d’Architecture marchaient droit vers la Chimie, l’Analyse des Structures, les Structures métalliques.

Chacun.e d’entre eux/elles allait, de toute façon, quelque part dans l’une des grandes salles du campus, croiser la route d’examens qui l’évalueraient. A les voir si investis.es dans la révision de leurs documents, on croirait bien qu’ils/elles ont oublié quel nom porte ce jour.

En temps normal, ils/elles ont rendez-vous tous les jeudis à l’auditorium de l’université afin d’assister et de participer au programme des Jeudis de l’UNIFA. Cependant, à cause des examens en cours, cette activité académique n’a pas pu avoir lieu.

Les Jeudis de l’UNIFA sont une série de conférences instaurée par l’Administration de l’université dans le but de susciter la curiosité et l’intérêt de la communauté estudiantine sur des sujets d’intérêt général. C’est également une occasion pour ces etudiants.es d’acquérir des connaissances scientifiques qui ne sont pas toujours de leur ressort : A titre de rappel, l’université héberge en son sein neuf facultés spécifiques. Les sujets d’intervention variés constituent de ce fait, l’ouverture sur un champ scientifique pour les uns.es et pour les autres et une énième visite à ce même champ pour d’autres.

Les intervenants.es aux Jeudis de l’UNIFA sont des figures reconnues et respectées dans leur domaine qui usent de leur savoir et de leur savoir-faire afin d’entretenir les jeunes unifaristes sur des questions d’actualité.

Ainsi, lors de la récente appréciation de notre monnaie locale, la Gourde, le Dr Eddy Labossière, économiste, leur a exposé les mécanismes d’appréciation et de dévaluation des monnaies de façon générale pour mieux les faire comprendre ce qui explique les récurrentes dévaluations et la soudaine appréciation d’alors de la Gourde. La professeure à l’Université, Pharmacienne de formation, Marie Ener Jean-Jacques, a présenté une conférence en décembre dernier, en plein contexte de la covid-19, sur l’importance de la Médecine traditionnelle en Haïti ; et celle pour commémorer la journée du 12 janvier 2010 a été présentée par l’Ingénieur Claude PREPETIT, sur les avancées et les manquements relatifs aux risques sismiques en Haïti.

 

 

 

Troisième journée d’examens à l’UNIFA : A la rencontre des étudiants.es

 

Dans le couloir menant à la bibliothèque de l’Université, Snaïdy SAINTABLE, Keldine CHERY, Abigaïl S. DARIUS et Kimberlyne ST LOUIS, un groupe d’étudiantes en 2ème année a la Faculté des Sciences économiques et administratives (FSEA), se sont réunies. Elles sont rejointes un peu plus tard par leur camarade Fernando Buteau Fils SENATUS. Là, ils se préparent pour les examens de la journée. Ces étudiant.es, quoique entouré.es de cahiers et de documents, attendent de pied ferme les évaluations prévues pour la journée.

Kimberlyne, toute enjouée, ne cache pas son assurance : ‹‹ Je suis prête. Tout à fait prête. J’ai eu un bon intra et là j’espère obtenir un 80 de moyenne générale ››. Dorana GEDEON, étudiante en 3ème année à la Faculté des Sciences infirmières qui profite tranquillement de sa pause, en prenant toutefois soin de garder près d’elle ses documents de révision, se sent tout aussi sécure. Elle confie : ‹‹ C’est un fait qu’un.e étudiant.e en période d’examen stresse toujours un peu, d’une manière ou d’une autre, parce qu’il/elle craint d’avoir peu ou trop fait ; mais je sais que je vais largement dépasser la moyenne exigée ››.

‹‹ Il est vrai que la distance entre Laboule (son domicile) et l’Université est énorme, ce qui fait que j’arrive souvent tard chez moi et que je manque de temps parfois, mais j’arrive à me préparer au mieux afin d’être en état de passer les examens et de réussir au max ››, fait savoir Filencia PIERRE, cette étudiante en 4ème année a la Faculté de Médecine.

Certaines réalités ne s’expliquent pas, dit-on. Si ces trois étudiantes qui arrivent à tenir le cap malgré leurs contraintes se disent stressées, ce n’est ni le cas de Bedjinie SAINTERME de la Faculté de Médecine, ni de Snaiderson THOMAS, futur odontologue, qui pourraient légitimement s’inquiéter, mais bien décidés à prendre le pas sur l’angoisse. C’est ce que fait comprendre ce dernier : ‹‹ Je ne suis pas vraiment stressé. Je ne maitrise pas à la perfection le contenu de tous les documents, parce qu’ils sont nombreux, mais je les ai lus plusieurs fois et j’en ai même présenté quelques-uns en cours. Alors non, je ne stresse pas. Je passerai mon test ››.


Tendus.es ou pas, tous/toutes les étudiants.es interrogés.es reconnaissent que les plus enclins à l’anxiété due aux examens sont ceux/celles en Médecine à cause des colossales théories liées à leur domaine d’étude et les fameux QCM des tests auxquelles ils doivent répondre en un temps record ; les nouveaux/nouvelles arrivants.es, eux/elles, combinent avec cela les exigences faites en vue de passer en deuxième année. Esperancia BERNARD, Junette CHARLES, Spelancia BELIZAIRE et Marie L. CETOUTE, nouvelles apprenantes à la Faculté de Médecine, acceptent de décrire leur représentation de la situation : ‹‹ Au début, on était effrayées par ce qu’on entendait nos ainés dire. On se sentait également submergées par les fortes vagues de taches qui nous enveloppent. On s’est à présent adaptées et on fera de notre mieux pour réussir l’année ››.


On ne peut pas aimer une rose sans en embrasser les épines. Ces paroles, elles les ont apparemment très bien comprises et elles sont déterminées à ne pas laisser les difficultés étouffer leur motivation.

 

Deuxième journée d’examens pour les étudiants.es de l’UNIFA

 

Huit heures avaient sonné. Les étudiants.es de l’UNIFA venaient d’entonner allègrement l’hymne national. L’hymne à l’UNIFA avait suivi immédiatement après, sous la conduite du Père NERE. Une fois terminé, ils/elles se sont répartis.es en groupes sur tout le Campus : certains.es se sont tenus.es dans les portiques des salles de cours, d’autres ont préféré profiter de l’herbe verte sous leurs pieds, de l’ombrage des arbres verts qui se mélangent au décor de toute l’Université, du confort des larges espaces des différentes parties de la cafeteria, en se remplissant le ventre et la tête. Qui a dit que les derniers moments qui précèdent les examens devaient forcément être angoissants pour les étudiants.es ? Détendus.es. Ainsi essayèrent-ils/elles de commencer leur deuxième journée d’examens de première session pour l’année académique 2020-2021 en ce mardi 23 février 2021.


Au cours de la journée, la vaste cour se désemplissait durant les heures d’examens pour reprendre vie lors des moments de pause où elle se convertissait en lieu de de débats, d’échanges sur les épreuves, et de révision par excellence.


Etudiants.es de toutes les facultés ont eu des tests à passer, comme ce fut le cas de la journée de la veille. Ainsi, pour ce deuxième jour d’épreuves, ceux/celles de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture (FSNA) ont eu leur test de Sociologie, ceux/celles de la Faculté des Sciences juridiques et politiques (1ère à 4ème année) ont été evalués.es en Droit constitutionnel, Droit International Public, Introduction à l’Economie politique, Droit des Régimes matrimoniaux, Droit des Obligations, Droit des Sûretés.


Ce fut une journée beaucoup plus chargée pour La Faculté de Médecine. Ses étudiants.es ont été soumis à des tests pour plus d’une dizaine de cours (1ère à 5ème année) : Biologie, Anglais, Sociologie, Biophysique, Initiation à la Physiologie, Anatomopathologie, Physiologie sanguine, Physiologie respiratoire, Sémiologie rénale, Economie de la Santé, Sémiologie obstétricale, Gynécologie, ORL, Parasitologie. Heureusement, l’administration de l’Université leur accorde une pause de soixante minutes entre chaque examen pour se reprendre.


En ce qui concerne la Faculté de Génie et d’Architecture (FGA), ces évaluations de première session ont porté sur l’Analyse, la Statistique (2ème et 3ème années) ; celles de la Faculté des Sciences infirmières (FSI) sur le Français, les soins infirmiers aux personnes handicapées, l’initiation à la Recherche, l’Hygiène générale, la Sante communautaire, l’Anglais et la Diétothérapie (1ère à 4ème année).


Les examens de la Faculté des Sciences économiques et administratives (FSEA) pour leur part, se rapportaient à l’Economie monétaire et à la Finance personnelle ; ceux de la Faculté d’Odontologie aux Mathématiques et à l’Espagnol. La Biologie et les déterminants du Handicap ont été les tests auxquels les étudiants.es de l’Ecole de Physiothérapie ont été soumis.es.

 

 

Examens à l’UNIFA : Première journée réussie

Ce lundi 22 février 2021, aux environs de neuf heures du matin a débuté la période d’examen pour les étudiants.es de l’UNIFA.




Dans une atmosphère sereine et soucieuse des normes et principes anti-covid 19 (le port de masque est obligatoire dans les salles d’examen), la communauté estudiantine de l’UNIFA s’est alignée sous la supervision de quatre-vingt-six médecins pour le bon déroulement de ces évaluations.


Il s’agit d’un moment probatoire général : les étudiants.es des huit facultés et de l’Ecole de Physiothérapie qui forment les différentes parties de l’Université sont soumis.es à des tests qui devraient prendre fin vers quinze heures.


Ainsi, pour cette journée, les étudiants.es en deuxième et troisième années de médecine ont eu un contrôle de Biochimie et d’Anatomie. Près d’une dizaine de salles sont mises à la disposition des étudiants.es en médecine afin d’assurer de l’espace pour tous, nombreux. Même l’auditorium de l’Université a servi de salle d’accueil à ceux/celles de première année qui totalisent un effectif de près de six cents.


Les étudiants.es en Sciences infirmières (2ème année) ont eu un contrôle en Soins médicaux, ceux/celles en Sciences juridiques (2ème et 4ème années de manière respective) : Droit administratif et Méthodologie juridique, en Génie civil et Architecture (2ème, 3ème et 5ème années) : Algèbre, Mécanique de l’Ingénieur statique et Analyse des structures. Ces derniers.es ont été répartis.es en trois salles spacieuses du campus où la distanciation physique a été respectée grâce à la proportionnalité des salles par rapport aux étudiants.


Les étudiants.es de la faculté des Sciences économiques et administratives, peu considérables par rapport à ceux/celles de la Médecine ont été regroupés.es en deux salles (2ème et 3ème années) afin d’être mis.es en examen en Comptabilité et en Gestion des petites et moyennes entreprises.


L’Ecole de Physiothérapie a assigné aux étudiants.es (2ème et 3ème années) un test de Massothérapie et de Biomécanique ; les étudiants.es en Odontologie (2ème et 3ème années) ont eu, pour leur part, une composition en Embryologie, Espagnol et Microbiologie.


Toutes les dispositions sont prises par l’administration et le personnel afin d’assurer la continuité de ce climat pour le reste de cette période que viennent d’entamer les étudiants.es de l’UNIFA.

AVIS

Le Rectorat porte à l’attention des Étudiants des différentes Facultés et École que les
Horaires des examens de la première session académique 2020-2021 sont affichés au
campus. Ils sont priés d’en prendre connaissance.

 

L’Examen sur les « Connaissances générales » se tiendra le Vendredi 19 Février, pour tous les
Étudiants de l’Université, en virtuel, sur la Plateforme numérique de l’Institution. A titre de
rappel, les questions de cette évaluation seront rédigées à partir des différentes
présentations du « Jeudi de l’UNIFA ». L’étudiant est tenu responsable de s’assurer qu’il a
accès à ladite Plateforme ; en cas de difficulté il est prié de prendre contact immédiatement
avec son Décanat.

Les jeudis de l’UNIFA : Une occasion pour transmettre le savoir scientifique aux étudiants qui fréquentent ce centre universitaire.

Le jeudi 21 janvier 2021, les étudiants et étudiantes de l’UNIFA ont eu le privillège de suivre la conférence du Docteur  Francis Saint-Hubert, professeur de physiologie   à  la Faculté de Médecine .Le thème  choisi : La déficience en  iode dans le régime alimentaire Haïtien.

Le Dr Francis Saint-Hubert, professeur  de Physiologie  à la Faculté de Médecine de l’UNIFA au moment de sa présentation.

 

 

Une attention soutenue des étudiantes  à  la conférence du Dr Saint -Hubert. Le thème traité avec  une approche scientifique assez rigoureuse était très apprécié par  les Unifaristes.

 

 

Une étudiante de la première année de  Médecine, à L’ombre du Rév.  Père Wesner Nérée, posant une question au Dr Saint-Hubert afin  de mieux approfondir la thématique débattue par le professeur.

 

 

Une vue partielle de l’assistance, toujours et encore de l’attention, de l’écoute afin de mieux assimiler les informations relative à la carence en iode dans le régime alimentaire haitien.

 

 

 

CEREMONIE DE PRISE DE COIFFE A LA FACULTE DES SCIENCES INFIRMIERES DE L’UNIVERSITE DE LA FONDATION DR ARISTIDE

Le 19 janvier 2021, la Faculté des Sciences Infirmières  (FSI) de l’Université de la Fondation Dr Aristide a organisé la cérémonie de « port d’habit » pour les étudiants-infirmiers et la « prise de coiffe «  pour les étudiantes de la Faculté des Sciences Infirmières.

En présence de la Doyenne de la Faculté de Médecine, la Responsable de la FSI, des professeurs et quelques parents cette cérémonie s’est déroulée dans une ambiance sereine et conviviale. Des infirmières chevronnées et expérimentées ont coiffé leurs étudiantes : Elles leur indiquent ainsi le chemin à suivre pour arriver à exercer ce métier combien noble et nécessaire  i à la vie  humaine.

L’exposition des coiffes,  blanches comme la neige  avant la cérémonie  traditionnelle de  « Port d’habit «  et de « Prise de coiffe « pour les étudiants,  étudiantes en Sciences Infirmières.

 

 

Une allure fière, la tête haute au moment de l’entrée des étudiants et étudiantes en Sciences Infirmières à l’auditorium de l’Université, le 19 janvier 2021.

 

 

Miss Marjorie Gaussaint,  Responsable de la Faculté des Sciences Infirmières, sereine  et coiffant une de ses étudiantes

 

 

Miss Emmanuella  Starck une ancienne de la FSI -UNIFA,  lauréate de sa promotion et travaillant à la Faculté des Sciences Infirmières  coiffant  avec dextérité  cette étudiante de l’UNIFA.

 

 

Miss Jocelyne Jeanty, prend  son temps pour coiffer cette future infirmière : manifestation évidente de tendresse et de patience d’une infirmière expérimentée.

 

 

La sérénité  et le savoir-faire des anciennes  infirmières, professeures à l’Université de la Fondation Dr Aristide étaient au rendez-vous. Il s’agit de transmettre aux jeunes les valeurs à cultiver dans l’exercice du métier.

 

 

Des infirmiers, nous en formons aussi à  l’Université DE LA Fondation Dr Aristide  Nous encourageons les hommes à  entreprendre cette carrière porteuse de soulagement, de réconfort et  de soins aux malades. Les infirmiers ont fait « le Port de l’habit » alors que les femmes ont été coiffées.

 

 

Une vue de la salle après le Port de l’habit pour les infirmiers et la Coiffe pour les infirmières. Une cérémonie remplie d’émotions pour les étudiants, étudiantes et des parents de ces derniers qui ont assisté à cette belle cérémonie.

 

LANCEMENT DU PROGRAMME DE LICENCE EN DROIT EN LIGNE DE L’UNIVERSITE DE LA FONDATION Dr ARISTIDE

Actuellement, à travers le monde l’internet est un outil privilégié qui permet à tout individu ne disposant pas du temps formel  d’ apprendre et  parfaire ses connaissances. C’est dans ce contexte qu’un  cours de Droit en ligne est lancé à l’UNIFA.

L’Université de la Fondation Dr Aristide dans le souci d’offrir plus d’opportunité  aux jeunes haïtiens et haïtiennes désireux de se former  utilise la technologie  non seulement comme outil  d’apprentissage mais aussi  comme  moyen  de   diversification, d’ élargissement et d’accès à  la connaissance et  au  savoir : deux démarches indispensables au développement d’un pays.

Toute personne désireuse de faire des études en Droit sont invités  à s’informer sur les prérequis et les formalités nécessaires afin d’accéder au  programme de formation en Droit à l’UNIFA.

Me Joselaine Mangan,  Doyenne de la Faculté des Sciences Juridiques Politiques à l’Université de la Fondation Dr Aristide au moment du lancement de la Licence en Droit en ligne.

 

Me Magnan présente le Programme de Licence en Droit en ligne .

 

La Professeure  Erin Daly,  échangeant   avec  l’assistance par  vidéo conférence  au moment du  lancement du  Programme de licence  en  droit en ligne à l’UNIFA.

L’Université de la Fondation Docteur Aristide commémore le 12 janvier 2010

L’Université de la Fondation Dr Aristide dans son souci constant d’agiter les questions d’ordre scientifique, médicale,  intellectuelle  et la recherche accorde une place de choix aux   chercheurs, scientifiques, intellectuels en vue d’offrir à ses  étudiants une formation de  qualité axée  sur la science et la recherche.

Tous les jeudis, la communauté universitaire de l’UNIFA se réunit autour d’un thème  pour commémorer un évènement ou présenter un travail de recherche sur un sujet  bien défini.

C’est dans cette optique que le Campus universitaire de l’UNIFA a accueilli le jeudi 7 janvier 2021,  l’Ingénieur Claude PREPETIT autour du thème : Les risques sismiques en Haïti, avancées et manquements onze ans après. La communauté universitaire de l’UNIFA a eu l’opportunité d’écouter une fois de plus  cette  voix unique et ce spécialiste qui  n’a cessé  bien avant l’année  2010  d’évoquer l’imminence d’un séisme en Haïti

En effet,  le 12 janvier 2010, à 16 heures 53 minutes et 10 secondes, la terre a tremblé en Haïti. Port-au-Prince et ses environs ont été fortement secoués !  Il en résulte des milliers de morts, de blessés et d’estropiés !

Où en sommes-nous aujourd’hui, onze  ans après ?

Ce sont ces informations que l’Ingénieur Claude Prépetit a bien voulu partagé avec un auditoire composé de  responsables académiques, de professeurs et d’étudiants de  l’Université de la Fondation Dr Aristide.

Nous, Unifaristes,  sommes  avides de savoir et  toujours présents-tes au rendez-vous des « Jeudis de l’UNIFA » pour nous  frotter à la culture  et la recherche scientifique. Nous sommes déterminés pour apporter notre contribution à la reconstruction de notre chère Haïti.

 

 

L’Ingénieur  Evens Toussaint, Doyen de la Faculté de Génie et d’Architecture de l’UNIFA introduisant le conférencier, en l’occurrence,  l’Ingénieur  Claude Prépetit.

 

 

Une vue de l’Auditorium de l’UNIFA  au moment de la présentation du conférencier, le jeudi 7 janvier 2021.

 

 

L’ingénieur Claude Prépetit  au cours de sa présentation à  l’auditorium de l’UNIFA sur les risques sismiques en Haïti, les avancées et  les manquements, onze ans après.

 

 

Une assistance impressionnante, une salle bien remplie composée  de  responsables académiques, de professeurs et d’étudiants  de toutes les facultés.

A l’UNIFA, la  commémoration des évènements  de toutes sortes nous offre l’opportunité de diversifier  et consolider la formation des jeunes qui nous sont confiés.

 

 

Une projection des enregistrements des secousses  sismiques du 12 janvier 2012 est présentée à l’assistance  afin de les aider à matérialiser et  mieux cerner les manifestations d’un  phénomène  sismique.

 

 

La prise de note est de rigueur, question de profiter au maximum des informations scientifiques partagées au cours des jeudis de l’UNIFA. Des étudiants en médecine notent les informations jugées nécessaires  au cours de cette conférence.

BRAVO UNIFARISTES !

 

 

Les unitaristes apprécient toujours les  informations d’ordre techniques et scientifiques. Ils-elles  applaudissent l’Ingénieur Claude Prépetit pour sa présentation, question de lui exprimer leur gratitude.

Clinique mobile du 19 décembre 2020 à la Fondation Dr Aristide

A la veille  des fêtes de Noel, La Fondation Dr Aristide a  offert  à la population venue de tout horizon  des soins de santé à  travers son programme de clinique mobile.

Les patients et patientes  qui fréquentent  la clinique sont servis  avec  respect. Le calme, la patience  étaient  au rendez-vous  ce 19 décembre 2020 au moment de recevoir les soins sollicités par les habitués   de la clinique.

Une fois de plus et ce n’est pas la dernière,  la clinique mobile de la Fondation DR Aristide a servi la population haïtienne, spécifiquement  les plus nécessiteux qui ont du mal à trouver des soins de qualité faute de moyen économique.

Une flotte de médecins haïtiens et  étrangers,  assistée d’étudiants diplômés et finissants de l’Université de la Fondation Dr Aristide ont réalisé cette activité si importante pour une frange de la population haïtienne.

 

Les patients écoutent attentivement les consignes des medecins.

 

Une neurologue cubaine reçoit un enfant accompagné d’un parent.

 

La clinique dentaire de la Fondation Dr Aristide où deux femmes dentistes font une évaluation préliminaire de  la santé buccale du patient. L’installation, les équipements et le niveau de propreté de la clinique dentaire invitent à y revenir.

 

Des patients  et patientes attendent patiemment leur tour.

 

Des soins de qualité….

 

Cette femme médecin reçoit une mère accompagnée de ses deux enfants à la clinique pédiatrique. La posture de cette femme  traduit bien le souci des mères haïtiennes pour le bien-être de leurs enfants..

 

Les jeunes mères en ont profité pour amener leurs enfants à la clinique du 19 décembre 2020.

 

Santé d’abord !

 

Toutes les générations  ont fréquenté  la clinique mobile  du 19 décembre 2020.

 Contrôle des signes vitaux  de cette femme âgée  Quel calme !  Quel regard !  .

 

L’esprit de confiance entre patiente et médecin, la proximité entre patiente et médecin sont  des attitudes normales aux  cliniques mobiles de la Fondation.

 

Hommes et Femmes attendent patiemment leur tour pendant que ce jeune médecin s’attèle à contrôler les signes vitaux de cette jeune dame.

 

Soigner et servir ! Dignement.

Célébration de la Dignité à l’Université de la Fondation Dr Aristide

18 décembre 2020

 

La communauté universitaire de l’UNIFA  pendant  deux heures  d’horloge a célébré  et  prôné la dignité comme valeur  fondamentale inhérente à  la vie humaine.

L’auditorium pouvait  à peine  contenir  étudiants, professeurs  et personnels administratifs, tous réunis pour célébrer  la « Dignité »

Une célébration qui a mis en valeur non seulement la Dignité humaine mais aussi la culture haïtienne à travers ses danses, ses chants, ses écrivains et poètes.

Une danse folklorique époustouflante qui met en scène la transe comme forme de possession du corps humain. Ces jeunes hommes et femmes ont tenu  le public   en émoi  pendant toute la durée de leur prestation. Mise en scène que l’assistance a beaucoup appréciée.

 

Mr Théophile Joseph ,assistant du Doyen de  la Faculté des Sciences Economiques et Administratives a assumé avec brio le double rôle de Maitre de cérémonie.

 

Cette cérémonie doit être sauvegardée et enregistrée.  Des étudiantes sont  en train de la filmer pour la revivre au besoin.

 

Mme Mildred Aristide ne rate jamais les bons moments de convivialité du campus. Accompagnée de ses deux filles, elle participe à la célébration de la dignité.

 

Un petit moment de bonheur, de répit académique. Le sourire éclatant, l’air détendu  de ces étudiantes traduisent  bien l’ambiance qui régnait à la célébration  de la dignité du  18 décembre 2020.

L’heure était à la détente, à  la pause  et au plaisir sain.

L’Université de la Fondation Dr Aristide met en synergie, l’académique, la transmission des valeurs et le loisir.Elle offre aussi une formation équilibrée aux Unifaristes.

 

Le compas et la salsa étaient de la partie avec le groupe Extase. Cynthia Lamy, chanteuse principale du groupe dans un morceau  de Gloria Estefan.

 

Deux étudiants en   médecine dans un duo :  Bili Mésidor, 4e année   et Thélusma Marc Wildens , 5e année. Une prestation au rythme du reggae laissant croire qu’ils sont aussi doués pour la musique comme pour  la médecine.

 

La fête apportait de la détente et offrait une pause bien méritée. Cette étudiante reste ébahie devant la prestation de ses camarades de l’UNIFA.

 

Le temps des bouses de Dignité.

Par tirage au sort, des étudiants et étudiantes ont gagné des bourses pour l’année académique 2020-2021.Les gagnants tressaillent de joie

 

Quelle émotion !  Quelle  agréable surprise  que d’avoir obtenu une bourse de Dignité!

Une heureuse gagnante d’une bourse de   Dignité.  Cette étudiante en 3e année de Médecine a accueilli avec  émotion  le tirage de son nom de la tombola. Elle a doit à une bourse d’étude  à l’Université de la Fondation Dr Aristide  pour l’année académique 2020-21.

 

Une allure fière et rassurante ! Le visage rayonnant. Un autre gagnant des bourses de « Dignité. Il avance  content, joyeux sous le regard  bienveillant   du Père  Wesner Nérée et admirateur de ses camarades de promotion.  Il prend son temps comme un modèle dans un défilé de printemps.

 

Une  photo souvenir  d’étudiants, d’un membre du  personnel administratif, du comité d’accueil  de la célébration de Dignité, de  membres de la Ligue des Jeunes de la Fondation Dr Aristide.

L’Université de la Fondation Dr Aristide leur adresse une fière chandelle pour  leur collaboration à la réussite de cette belle célébration de la Dignité.

 

Journée Mondiale du SIDA

La  pandémie de la COVID 19  et  l’infection au VIH continuent de  défier la communauté scientifique et médicale à travers le monde.  Si la COVID 19 n’arrive toujours pas à être contrôlé, toutefois nous devons admettre que la recherche médicale a fait de grandes avancées  en matière de lutte, de contrôle et de traitement de l’infection au VIH.

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, ,  le Docteur  Erman Robin spécialiste en Maladies infectieuses, a aidé les étudiants de l’UNIFA à  mieux comprendre les modes de transmission du VIH et a mis en evidence les progrès réalisés dans les traitements et les stratégies développées pour enrayer  la propagation du VIH à travers le monde et en Haiti. Le specialiste a fait  le point sur le contrôle,  les modes de transmission et les traitements disponibles pour cette  pathologie  au cours du  Jeudi de l’UNIFA tenu le 3 décembre 2020  à  l’auditorium de l’institution.

Le Docteur Ernam Robin, spécialiste des Maladies Infectieuses au cours de sa présentation sur le VIH /SIDA  à  l’auditorium de l’UNIFA.

 

Une vue partielle de l’assistance à la Conférence du Docteur Robin. Les étudiants et étudiantes sont toujours au rendez-vous aux Conférences du Jeudi de l’UNIFA : Ils s’ouvrent aux connaissances   nécessaires et indispensables à leur formation académique et scientifique.

 

Cette photo témoigne de leur soif du savoir scientifique.

 

La Faculté d’Odontologie de l’UNIFA : Une opportunité pour les jeunes haïtiens et haïtiennes de se former, se développer et se rendre utile à leur communauté.

 Les jeunes désireux de pratiquer la Médecine dentaire  sont invités à s’informer sur les prérequis et les exigences académiques pour intégrer la Faculté d’Odontologie de l’Université de la Fondation Dr Aristide.

 L’Université de la Fondation Dr Aristide dans le souci d’offrir une formation de qualité aux étudiants et étudiantes a eu l’honneur de recevoir  le jeudi 10 décembre 2020 le Docteur Sophia Nazon, Chirurgien-Dentiste, au cours de sa 8ème Jeudi de l’UNIFA  pour l’année académique 2020-21 sur le thème « Rôle du Dentiste dans la Santé en général ».

Au cours de cette conférence l’accent a été mis sur la place et l’impact de la Médecine dentaire dans notre quotidien. Le Docteur Nazon  a  mis en exergue  l’importance de l’hygiène  bucco-dentaire afin de conscientiser la gente estudiantine de l’UNIFA faisant partie  intégrante  de la société haïtienne et se préparant pour assurer sa reproduction.

La conférence du Docteur Nazon a eu une allure très pédagogique mettant  l’accent surtout sur les bonnes et mauvaises pratiques en matière de santé et hygiène bucco-dentaire.

L’UNIFA à travers la  Faculté d’Odontologie contribue à augmenter le nombre de professionnesl  de  la Médecine dentaire en Haïti et offre à la population haïtienne la possibilité d’avoir accès à court et moyen termes à des soins dentaires de qualité à travers la formation de ses dentistes.

 

Le Docteur Sophia NAZON, Chirurgien-Dentiste au cours de sa conférence devant l’auditoire composé principalement des étudiants et professeurs de l’Université de la Fondation Dr Aristide.

 

La prise de note et l’attention sont toujours au rendez-vous au cours des conférences des jeudis  de l’UNIFA. Les questions des étudiants de la Faculté d’Odontologie montrent déjà l’intérêt de ces derniers pour la médecine bucco-dentaire.

 

Le calme et l’attention soutenue et remarquable  de cette étudiante  expriment son  intérêt  pour  la conférence du Docteur Nazon sur la santé Bucco-dentaire.

 

La professeure de sociologie à l’UNIFA ,Mme Claudèce Joseph ,reste perplexe par rapport à  l’enthousiasme avec lequel les étudiants confirment à travers leur petit bijou de la technologie les différentes informations sur l’hygiène bucco-dentaire. Ils-elles  se concertent pour formuler et argumenter leurs questions, préoccupations et doutes au cours de la huitième conférence de l’année académique  à l’UNIFA sur la santé bucco-dentaire.

La 5ème Conférence des Jeudis de l’UNIFA pour l’année académique 2020-2021.

La Médecine traditionnelle  tant pratiquée en Haiti est au centre des intérêts de la Faculté des Sciences de la Santé de l’UNIFA. Ses vertus  interpellent la communauté universitaire  surtout au  moment où la  COVID 19 considérée comme une pandémie  mondiale  reste  encore un défit  pour  la médecine moderne.

Il est évident qu’en Haiti  la  COVID 19,  s’est pas manifestée différemment  que dans d’autres pays à travers le monde et que jusqu’ici, la communauté médicale et scientifique  internationale ne s’est toujours pas penchée sur le comportement de la COVID  en Haiti.

En attendant. l’UNIFA  saisit  l’occasion  pour produire des réflexions  non seulement  sur les manifestations de la COVID 19 en Haiti mais  aussi  faire un état des lieux   sur le sujet et ceci  avec  l’aide de spécialistes dans le domaine médicale et pharmaceutique.

C’est dans cette optique que  Mme Marie Ener Jean-Jacques, Pharmacienne, Professeur d’Université, une des figures impliquées dans les réflexions au sein de l’Université, en ce qui a trait à l’importance de la Médecine traditionnelle,  a abordé au cours du  5ème « Jeudi de l’UNIFA »,la  thématique de la Médecine traditionnelle, un sujet fondamental pour la  société haitienne dans la mesure où elle est pratiquée par une grande proportion de la population.

La Conférencière, Prof   Marie Ener Jean Jacques au cours de sa présentation à  l’Auditorium de l’UNIFA sur la Médecine Naturelle.

 

L’attention soutenue des étudiants-tes  de l’UNIFA  témoignent de l’importance qu’ils-elles ont accordé  à la conférence de Madame Ener Jean Jacques sur la Médecine traditionnelle.

Les « Jeudis de l’UNIFA »  demeurent une occasion idéale de  leur transmettre  la culture , le  savoir scientifique et  les  informations relatives aux découvertes scientifiques.

 

Les étudiants de la première année de Médecine savourent déjà les connaissances acquises au cours de cette conférence. Le  regard enchanteur de cet étudiant de la première année A   qui applaudit l’intervention de Madame Ener Jean Jacques en dit long.

 

Les  séries de questions après l’intervention de la conférencière sur la pratique de la Médecine Naturelle en Haïti.

La file  a été longue  et les étudiants-tes  ont fait part  d’un grand intérêt pour le sujet. Des questions pertinentes ont  montré  le niveau de curiosité des étudiants-tes pour la pratique de la Médecine Naturelle.

 

La Conférence du 26 novembre 2020 s’est déroulée autour du lancement  des « ÉDITIONS DE L’UNIFA ».  Un panel constitué du Responsable des affaires académiques et d’Enseignants des différentes entités académiques  ont  fait le point sur la valeur et l’impact de l’écriture dans une société en pleine expansion.

Le Docteur Dodley Sévère, Dr Lucien Maurepas, Dr Ralph Antoine Vital, Dr Jean Wilner Petit  et d’autres responsables académiques de l’UNIFA au moment du lancement des Editions de  l’UNIFA, le jeudi 26 novembre à l’Auditorium de l’Université.

 

Une vue de l’assistance composée de jeunes filles de la Faculté de Médecine. L’attention reste et demeure la règle au cours des différentes  présentations.

 

L’aisance avec laquelle les étudiants participent, interagissent au cours des conférences des « Jeudis de l’UNIFA »  laisse perplexe. Compliments aux Unifaristes!

 

A l’UNIFA, les femmes ne se laissent pas intimider. Avec calme, confiance en soi  et et sérénité, elles  questionnent, critiquent font part de leur préoccupation. Elles  cherchent  à approfondir leur connaissance et ou dissiper les nuages de doute .

 

L’UNIFA reste et demeure préoccupé par une nouvelle propagation de  la COVID 19 quoique la maladie ne soit pas répandue en Haïti  de la même façon que dans d’autres pays de la Caraïbe et du monde. De ce fait, le port du masque reste et demeure obligatoire à l’UNIFA. Les étudiants –tes ne négligent jamais de les porter.

Les Jeudis de l’UNIFA : un espace de partage de connaissance et de transmission de culture scientifique

L’Université de la Fondation Dr Aristide a eu l’honneur d’accueillir le 10 octobre 2020, la Conférencière  Dr Marie Yves CYPRIEN, Psychiatre et Professeur d’Université en marge  de la célébration de la journée mondiale de la Santé Mentale. Le Docteur Cyprien a prononcé   sur le thème :   Santé Mentale,  17 octobre 1804 – 17 octobre 2020. 

Le sujet a coïncidé avec  la commémoration de l’assassinat de l’Empereur Jean- Jacques Dessalines et  a pu  ouvrir  une porte sur les réflexions autour de l’aspect tragique de la  mort  de l’Empereur Dessalines et l’impact psychologique de ce crime  sur les auteurs  en particulier et la nation  haïtienne en général.

Le Docteur Daphnée Benoit  Delsoin, Doyenne de la Faculté des Sciences de la Santé de l’UNIFA introduisant le Jeudi de l’UNIFA du 10 octobre 2020.

 

Le Docteur Marie Yves Cyprien au cours de son intervention

 

La participation aux Jeudis de l’UNIFA est obligatoire  pour tous les étudiants et étudiantes, question de les porter à s’intéresser à  la science et la culture en générale. Leur attention soutenue montre leur intérêt pour le sujet du jour.

A l’UNIFA, nous privilégions le Savoir scientifique.

 

Un étudiant de la Faculté de médecine adressant des remerciements au Docteur Marie Yves Cyprien.

Une fois de plus, nous remercions chaleureusement Dr Marie Yves Cyprien.

En 1806, Défilée, présentée comme une folle, s’est comportée en héroïne.

En 2020,  il nous faut des Défilées, héroïnes et héros pour défendre

L’idéal dessalinien. Rendons hommage au Père de la Patrie en chantant

fièrement la Dessalinienne.

 

Madame Mildred Aristide a toujours payé  de sa présence aux jeudis   de l’UNIFA. Elle s’apprête à regagner l’auditorium où se déroulent généralement les conférences.  Toute la communauté universitaire de l’UNIFA assiste et participe  aux  différentes présentations : travail de recherche, conférence et autres.

Les Jeudis de l’UNIFA restent ouverts à tout scientifique, chercheur, intellectuel, écrivain  désireux de partager leur savoir avec les jeunes en formation  à l’UNIFA.

 

Le Docteur Dodley Sévère, membre du Rectorat et Responsable des affaires académiques, introduisant le conférencier.

 

Le Docteur  Eddy Labossière, Doyen de la Faculté des Sciences Economiques et Administratives) de l’UNIFA  a prononcé  le Jeudi 22 Octobre 2020, une conférence intitulée : La Gourde.

L’Université de la Fondation Dr Aristide s’intéresse aux débats publics et sujets d’actualité dans le monde et particulièrement dans la société haïtienne et ceci dans tous les domaines.  A un moment où la gourde,  notre  monnaie nationale fait l’objet de débat,  la communauté estudiantine de l’UNIFA a eu  l’opportunité d’écouter,  d’échanger et de mieux comprendre la question de l’appréciation de la gourde  avec  l’appui de l’une des plus imposantes et prestigieuses figures du domaine de l’Économie en Haïti en l’occurrence le Dr Eddy Labossière.

Le Doyen de la Faculté des Sciences Economiques et Administratives de l’UNIFA, l’économiste  Eddy Labossière, écoutant attentivement les questions et préoccupations des Unifaristes.

 

A l’UNIFA,  les étudiants de tous les niveaux académiques  sont conviés à participer aux conférences et présentations des jeudis. Le campus accueille avec plaisir des experts, chercheurs, ou intellectuels et scientifiques.

Les Unifaristes  prennent très au sérieux leur formation et ils-elles  participent  toujours avec la même motivation aux conférences des Jeudis de l’UNIFA.

 

Poser des questions est la bonne stratégie utilisée par les Unifaristes pour mieux comprendre le sujet du jour. Leur participation est le reflet d’une pédagogie efficace.

Regarder le calme avec lequel ils posent leurs questions !

Bravo Unifaristes ! Vous participez à la construction de l’Haïti dont nous rêvons  tous et toutes.

 

Les jeudis de l’UNIFA sont un espace de partage de connaissances, de débats scientifiques. Cette activité scientifique et intellectuelle participe à la vie académique et estudiantine   de l’UNIFA. Elle offre aux Unifaristes l’opportunité de développer l’esprit critique.

La tête altière, ils-elles  écoutent avec attention la présentation du Docteur Eddy Labossière sur la gourde, notre monnaie nationale.

Le Village de l’Excellence

Le Village de l’Excellence  est  le prolongement du campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide. Il est réservé aux professeurs et étudiants  qui désirent habiter un espace décent, agréable, loin du trafic lassant et encombrant  qui  conduit  à la commune de Tabarre.

Le Village de l’Excellence offre l’opportunité aux étudiants à travers les appartements qui leur sont réservé  de vivre dans un environnement propice au développement de leur autonomie et  leur sens de responsabilité.

Le calme, la tranquillité du  lieu sont les atouts incontournables qui  font de cet espace l’endroit idéal pour les jeunes venus  d’autres départements  du pays, d’être logés  décemment, en toute sécurité. Le village leur offre aussi la possibilité   de se  retrouver à quelques mètres de leur centre universitaire,  loin des embouteillages monstres  de Port-au-Prince et de la zone métropolitaine.

L’apprentissage nécessite un cadre attrayant, c’est ce que  propose l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) à ses  étudiants à travers ces appartements  décents, bien aérés, construits selon les normes requis dans le domaine de la construction de bâtiments.

 

Une magnifique vue des appartements du Village de l’Excellence. Village qui porte bien son nom car tout a été conçu pour  offrir le maximum de  service, de confort et de  bien-être  aux  étudiants qui y sont logés.

Le Village de l’Excellence reste ouvert à tous étudiants-tes, aux parents des jeunes de la province  ou de l’étranger qui veulent loger leurs enfants en toute quiétude et sécurité,  ce, à  moins de 500 mètres  du centre d’apprentissage de leurs enfants.

Chers parents, vous avez droit à une visite du Village de l’excellence,  pour  évaluer les services, le  confort et le  niveau de sécurité qui sont offerts à vos progénitures.

 

Une vue aérienne des unités de logement  dédiées  aux professeurs de l’Université  de la Fondation Dr Aristide (UNIFA).  Ces maisons bien alignées, uniformes du point de vue architecturale constituent un bel ensemble et  traduisent  bien la qualité de vie et  le confort qu’offre  le Village de l’Excellence de l’UNIFA.

Des professeurs haïtiens et étrangers, des étudiants  se côtoient,  partagent cet espace dans la plus grande convivialité, le respect mutuel, formant ainsi une communauté universitaire  multi culturelle et intergénérationnelle.

 

Un village qui offre  le calme d’esprit, la tranquillité,  l’ambiance et le cadre de vie nécessaire à tous : étudiants-tes, professeurs.  Le milieu ambiant agréable, frais et boisé est  l‘endroit  idéal   pour les membres du corps professoral de même que  les étudiants dûment inscrits et actifs  dans  l’une des facultés de l’UNIFA  qui désirent être logés dans un  environnement   propice à leur activité académique.

 

Une vue  d’un quartier du Village de l’Excellence. La proximité des unités de logement offre  une grande  opportunité pour les échanges interculturels, intellectuels entre le corps professoral de l’UNIFA.

Les infrastructures de l’UNIFA

L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) accueille des jeunes haïtiens et haïtiennes de tous horizons, tous milieux de vie et toutes couches sociales désireux d’embrasser une carrière professionnelle.  Les bâtiments sont construits en fonction des normes de construction parasismique ce, pour protéger nos étudiants et étudiantes, nos cadres, personnels administratifs et tous autres usagers du campus de l’UNIFA. A preuve nos bâtiments ont résisté au séisme du 12 janvier 2010 qui a occasionné plus de 300000 pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables.

Dans un espace calme et verdoyant, l’Université de la Fondation Dr Aristide se propose d’offrir à la jeunesse haïtienne une formation académique de qualité qui soit susceptible de doter le pays de cadres et professionnels à travers ses différentes filières.

A l’UNIFA nous nous soucions du bien-être et du confort de tous ceux et celles qui fréquentent notre site.

 

Une vue  magnifique de la Faculté d’Odontologie et l’Ecole de Physiothérapie de l’UNIFA. Ces deux entités s’attèlent à former des professionnels de la santé  en odontologie (dentiste)  et  l’Ecole de physiothérapie forme des physiothérapeutes qui auront à  offrir  la possibilité  à  un individu de retrouver sa mobilité  physique après soit un accident ou une crise liée  à l’hypertension artérielle et autre.

 

La Faculté des Sciences Infirmières qui accueille des jeunes femmes et jeunes hommes qui à l’instar de Florence Nightingale et de Mère Teresa  veulent  se mettre au chevet des malades pour leur apporter  non seulement des soins médicaux  mais aussi un soutien moral et un réconfort.

Avec  des salles de classe spacieuse, bien aérée et dotée de matériel didactique nécessaire,  cette faculté  n’a rien à envier à  d’autres centres universitaires à l’échelle mondiale. La FSI  de l’UNIFA entend encadrer les jeunes qui veulent se consacrer à cette tache si  noble qu’est le métier d’infirmières et infirmiers.

 

La grande allée conduisant aux différentes salles de classe de l’Ecole de Physiothérapie. Bien conçue et bien intégrée au vert des manguiers qui arborent tout le campus de l’UNIFA et qui servent de refuge aux étudiants et étudiantes aux heures chaudes de la journée en attente de la reprise des cours après la pause de midi.

 

La cafétéria de l’UNIFA :   Un joyau architectural mettant en valeur le milieu naturel « sauvage «   du campus.  Un espace agréable conçu pour favoriser l’inter action. Lieu de refuge des   étudiants-tes, professeurs, personnel administratif au moment de la pause en milieu de journée. Lieu de détente pour les unifaristes en fin de session et de dégustation des plats traditionnels haïtiens a des prix plus qu’abordable.

Un espace presque paradisiaque, reposant, apaisant et verdoyant.

 

A l’ombre des manguiers qui entourent  la façade regroupant les   Facultés des Sciences Infirmières, les Sciences Juridiques et Politiques, les Sciences Economiques et Administratives,  nous,  étudiants et étudiantes de la Faculté des Sciences de la Santé, nous trouvons l’endroit idéal pour mieux construire notre apprentissage  à travers la lecture et les discussions entre pairs.

 

L’auditorium de l’UNIFA : un espace de débat, de rencontre,  de construction de la pensée et de la dignité humaine comme le prescrit l’affiche qui invite chaque unitariste, chaque haïtien et haïtienne à sauver et sauvegarder sa dignité en tant qu’être  humain.

L’auditorium de l’UNIFA a une capacité  de mille places assises. Elle  accueille « les Jeudis de l’UNIFA »  ou un expert, un professeur chercheur, un intellectuel, un scientifique ou un juriste  de renom, (haïtien ou étranger) est invité à partager avec la communauté universitaire les résultats  de son travail de recherche.

Que d’intellectuels, de chercheurs, d’artistes ou acteurs, de scientifiques  de haut niveau (haïtien et étranger) ont fréquenté ce haut lieu de partage de connaissance !

L’auditorium de l’UNIFA  reste ouvert à tout intellectuel, savant, chercheur et autres qui veulent transmettre de la  connaissance, de la culture  aux unifaristes  et  à la jeunesse haïtienne en général.

 

Bien ancrée dans un environnement répondant aux conditions   et normes d’apprentissage, la  Faculté d’Odontologie et l’Ecole de Physiothérapie offre une  magnifique vue à travers cet agencement des couleurs  mettant en harmonie le vert des manguiers et  la violacée des «  jolis jolis » qui entourent les allées de cette façade.

 

Une vue de la Faculté de Médecine de l’Université de la Fondation Docteur Aristide. Un bâtiment imposant bien en harmonie avec la nature et qui reçoit plus d’un millier de jeunes en quête de savoir et savoir-faire dans le domaine des Sciences de la Santé.  Sa blancheur rivalise avec celle de cette bouffée de nuage qui la surplombe.

 

Une vue partielle du campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide.

Quelle harmonie !  Un aménagement bien agencé et ordonné, mettant en synergie le bâti et l’environnement naturel.

De loin on remarque les différents bâtiments du site, les tracées reliant les différentes facultés et autres édifices du campus et la végétation luxuriante qui donne un aspect attrayant au campus.

AVIS

Les examens d’admission auront lieu le 27 Octobre à 9 heures am au campus de l’université de la Fondation Dr Aristide.

5 Octobre 2020, ouverture de l’année académique.

La Faculté d’Odontologie et l’Ecole de Physiothérapie de l’UNIFA  face à notre  bicolore et le drapeau de l’UNIFA.

Imposante et  Spacieuse, bien implantée dans le campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide dans la  commune de Tabarre  dans  un décor verdoyant et magnifiquement  agencée avec le bleu constant de notre  ciel.

Toutes les filières de l’UNIFA (Médecine, Odontologie, Sciences Infirmières, Sciences Juridiques et Politiques, Sciences Economiques et Administratives, Physiothérapie, Education Permanente, Agronomie) sont ouvertes  pour recevoir les jeunes hommes et  jeunes filles d’Haïti et ceci sans exclusion.

 

Quelle allure ! Quelle assurance ! Quelle énergie !

Confiants  et déterminés  à  construire leur avenir, les Unifaristes :  jeunes et plein d’ardeur  s’empressent de regagner  leur salle de classe.

 

L’UNIFA face au COVID 19

Nous sommes responsables à l’UNIFA. Des mesures drastiques sont prises pour éviter la propagation du corona virus.

Le port du masque n’a rien soustrait de leur beauté, et leur intérêt pour le savoir. L’attention soutenue  des étudiants-tes  finissants-tes  au cours des séances de rattrapage en dit long.

BRAVO  UNIFARISTES !  Le pays  vous attend !

 

La tête haute et le regard dans la bonne direction. Les  futurs médecins UNIFARISTES  prennent très au sérieux leur formation.

Quelle discipline !  Quelle concentration !

 

Nos études sont notre priorité.  Nous réfléchissons  constamment et nous sommes conscientes de la tâche et des responsabilités qui nous attendent en tant que futur médecin.

 

Nous, étudiantes de l’UNIFA,  nous sommes sereines, fières.  Nous forgeons  notre avenir  par l’effort et le travail bien fait. Nous nous préparons  et nous jurons que nous allons apporter notre pierre à la construction de notre chère Haïti.

AVIS

Le Rectorat porte à l’attention de la Communauté estudiantine et du Corps Professoral que la
nouvelle année académique débutera pour les actuelles promotions des différentes Facultés et
École, le lundi 5 Octobre 2020.
Le concours d’Admission se tiendra à une date ultérieure, en fonction de la période de
proclamation des résultats des examens officiels de fin d’études secondaires, pour les nouvelles
promotions.

L’UNIFA reçoit la visite du directeur régional de l’AUF

L’Université de la Fondation Dr Aristide, est membre titulaire de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). L’UNIFA a donc eu le plaisir d’acceuillir le Professeur Saulo Neiva, directeur régional de l’AUF, ce lundi 21 septembre 2020.

Prof. Saulo Neiva

« Cela m’a fait vraiment plaisir de venir […] j’ai eu l’impression que l’UNIFA compte sur une équipe qui est engagée, enthousiaste … », affirma le Professeur Neiva.

 

Mme Mildred Aristide, membre du Conseil d’Administration, le Dr Dodley Sévère Responsable des affaires académiques, les Doyens, Doyennes, Directrices et Responsables des différentes Facultés ont accueilli chaleureusement le Professeur Neiva sur le campus à Tabarre. Une visite des bâtiments, des Facultés et le chantier de l’Hôpital ont offert à chacun, chacune l’opportunité de contempler la beauté et l‘importance de ce campus.

 

L’UNIFA et l’expérience du numérique

L’Agence des Universités francophones et l’Université de la Fondation Dr Aristide investissent avec joie dans l’enseignement à distance. Deux-mille-quatre-cents-soixante-sept (2 467) étudiants des huit entités académiques de l’UNIFA ont pu suivre des cours en ligne durant le confinement, et 1 797 Unifaristes, ont subi des examens en ligne. Le Responsable des Affaires Académiques, le Dr Dodley Sevère, est fier de cette expérience unique.

Dr. Dodley Sevère

AVIS

L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) annonce le lancement, à compter du lundi
14 septembre, des inscriptions pour son nouveau programme en ligne, de Licence en Droit.

Consciente des obligations professionnelles et/ou convenances personnelles limitant le projet
académique de plus d’uns de faire de solides études en Droit, l’UNIFA offre désormais au
public intéressé, parallèlement au programme de Licence en Sciences juridiques en régime
présentiel au niveau de son campus à Tabarre, une formation de premier cycle complètement
en ligne. L’organisation pédagogique, conçue pour être compatible avec la poursuite d’une
activité professionnelle, permet de progresser à son rythme dans un cursus s’alignant
globalement sur les mêmes enseignements offerts en régime présentiel. Cette formation sera
accessible aux bacheliers des dix départements géographiques du pays.

Les intéressés sont priés de bien vouloir remplir le formulaire d’inscription accessible sur le
portail web de l’Institution (unifa-edu.info).

Pour toutes informations supplémentaires, l’UNIFA vous prie de visiter son site : www.unifa-edu.info ou d’appeler aux : 28110408 – 28170405- 28170411 – 28170412.

AVIS AUX ETUDIANTS (ES)

La Section Comptabilité & Aministration a le plaisir d’inviter les étudiants à recevoir leurs bulletins au campus de l’UNIFA.
Date   : Lundi 7 Septembre 2020
Heure: 9 hres am – 11 hres am
Merci!

L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) est en passe de réussir son pari de l’enseignement en ligne. Si ce nouveau défi technologique, imposé par la pandémie du Covid-19, donne du fil à retordre à bon nombre d’institutions d’enseignement supérieur, l’UNIFA a su tirer son épingle du jeu.

 

Plus d’un millier d’étudiants de l’UNIFA  ont pu subir leurs examens de fin de session en ligne. C’est un score titanesque au regard des réticences des apprenants et les pénuries de tout genre auxquelles fait face le pays.

 

 

Le lundi 10 Août 2020, les activités en présentiel ont repris sur le Campus à Tabarre. Ce jeudi 13 Août 2020 c’est dans une atmosphère chaleureuse et conviviale que l’avant dernier jour de la session extraordinaire des examens se déroule.

Dans les salles d’examens, les consignes et gestes barrières contre le Covid-19 sont appliqués : port de masques, distance physique, rotation d’effectifs et autres…

 

Grâce aux examens en ligne et en présentiel, les Unifaristes ont franchi une étape importante et déjà préparent la nouvelle académique 2020-2021.

Inscriptions pour l’Année Académique 2020-2021

L’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) informe les intéressés et le public en général de l’ouverture des inscriptions de l’année académique 2020-2021 pour les options suivantes :

  • Médecine
  • Odontologie
  • Sciences Infirmières
  • Physiothérapie
  • Génie et Architecture
  • Sciences Juridiques et Politiques
  • Sciences Économiques et Administratives
  • Éducation Permanente
  • Sciences de la Nature et de l’Agriculture

(suite…)

Fonds d'urgence

AVIS AUX ETUDIANTS (ES)

La Section Comptabilité & Administration de l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) vous exhorte à vous mettre en règle avec l’économat avant le 7 Août 2020.

Consciente de la situation singulière dont nous faisons face, la dite section vous adresse ses félicitations anticipées.
 

Section Comptabilité & Administration

 

Tabarre le 27 Juillet 2020

Avis

Le RECTORAT porte à l’attention des Étudiants qu’à compter du lundi 10 août 2020 se tiendra une session extraordinaire d’évaluation des connaissances. Cette dernière sera organisée en présentiel, au niveau du campus de l’Université.

 

Les étudiants n’ayant pas obtenu la moyenne de passage pour l’année académique 2019-2020 et ayant répondu aux exigences administratives, seront invités à prendre place dans les locaux préparés en conséquence, ce, suivant un plan de distribution mettant strictement en application les mesures barrières prescrites par les autorités sanitaires nationales.

 

Les différents horaires seront bientôt affichés au niveau du portail web de l’Institution.

Avis

 

La Section Comptabilité & Administration a le plaisir de rappeler aux étudiants/étudiantes que les résultats des évaluations sont prêts.
Unifaristement vôtre!

Avis

AVIS

Le Rectorat porte à l’attention des étudiants que les résultats seront proclamés, une fois le processus de comptabilisation des notes, terminé. Un Avis précisant la date et le dispositif envisagé pour la transmission des dits résultats, sera publié au niveau du Portail web de l’Institution.

 

Une session extraordinaire sera organisée pour ceux n’ayant pas obtenu la note de passage. Les dates pour ladite session seront ultérieurement annoncées.

Le Numérique à l’UNIFA

AVIS

Chères Étudiantes, Chers Étudiants,

Le Rectorat de l’Université vous présente ses félicitations et prend note de votre active participation à la poursuite des activités académiques par l’intermédiaire de l’enseignement numérique au niveau de la Plateforme.

Dans le souci d’une validation de l’année académique en cours, malgré les conditions singulières, une période d’évaluation des connaissances se tiendra conformément au calendrier académique 2019 -2020. Les épreuves prendront en considération les cours réalisés avant l’interruption et les cours enseignés en ligne. Vos différents Décanats/Directions vous feront part, bientôt, des modalités et des formats qui seront utilisés pour la réalisation de cette dite évaluation.

Le Rectorat

Report de la Cérémonie de collation de Diplômes

AVIS

 

Le CONSEIL D’ADMINISTRATION et le RECTORAT de l’Université portent à la connaissance de la communauté estudiantine et du Corps professoral que, tenant compte de la conjoncture et des dispositions qui en découlent, la Cérémonie de collation de Diplômes prévue pour le Dimanche 22 Mars 2020 est reportée à une date ultérieure.

 

Conférence sur le Coronavirus-Dr Boncy

CEREMONIE D’HOMMAGE AU DR HENRY FORD

CEREMONIE D’HOMMAGE AU DR HENRY FORD

Le vendredi 31 Janvier 2020, l’Université de la Fondation Aristide a eu le plaisir d’accueillir le Dr Henry Ford. Un hommage spécial lui a été rendu. En témoignent les photos suivantes.

Soutenance de Mémoire

Soutenance de Mémoire
Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Jeudi 16 Janvier 2020

        Le fonctionnement de la société anonyme, domaine par excellence des innovations les plus importantes et les plus modernes, est dominé par la règle de la majorité dans les organes de gestion et délibérants, selon laquelle toutes les décisions sont prises à la majorité simple ou qualifiée. Dans ce contexte, les intérêts des actionnaires minoritaires, c’est-à-dire ceux qui ne détiennent pas une fraction de capital suffisante pour contre balancer le pouvoir des majoritaires se trouvent parfois sacrifiés.

       Face à cet état de fait, Mlle Island GOUIN, Graduée de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques a soutenu ce Jeudi 16 Janvier 2020,  La protection des droits des Actionnaires dans les sociétés anonymes en Haïti. Face à un Jury composé de Me Emmanuel Delva, Me Camille Fièvre et Me David Lafortune, Mlle Gouin a présenté avec passion et assurance, son travail. (suite…)

Requiem In Pace

Requiem In Pace

12 Janvier 2010 – 12 Janvier 2020

 

 A l’Université de la Fondation Dr Aristide, la journée du Vendredi 10 Janvier 2020 a marqué la commémoration du séisme du 12 Janvier 2010. Dix ans déjà que cette catastrophe a frappé nos murs emportant parents, proches, amis, camarades de classes et collègues de travail. Cette journée de recueillement nous a offert l’opportunité de nous rappeler nos chers disparus et nous inciter à prendre conscience de l’importance de la vie humaine.

Après la montée du Bicolore Haïtien et du Drapeau de l’UNIFA, une procession de plusieurs étudiants portant une banderole avec les inscriptions « Requiem In Pace», a débuté ce moment combien douloureux pour certains.

La Croix-Rouge Haïtienne était sur les lieux pour une collecte de sang symbolique en mémoire des disparus. Ont suivi des témoignages émouvants de certains étudiants qui, envahis par l’émotion et le chagrin, ont partagé leurs expériences en ce jour fatidique du 12 Janvier 2010. Puis, au tour d’une cinquantaine d’étudiants de déposer des fleurs blanches devant les cierges allumés en souvenir de chaque Haïtien disparu.

Puisse ces flammes raviver notre détermination de reconstruire Haïti.

Montée du Drapeau Haïtien et de celui de l’UNIFA

Nwèl san Nwèl

Nwèl san Nwèl

Lundi 23 Décembre 2019

Mots de Bienvenue par Mme Mildred Aristide.

Célébration de la Dignité

 

Célébration De La Dignité

VENDREDI 20 DECEMBRE 2019

 

L’auditorium de l’Université de la Fondation Dr Aristide ne peut plus contenir les Unifaristes. Il est trois (3) heures PM et la célébration de la Dignité s’apprête à commencer. Une impatience déguisée par une excitation non dissimulée se lit sur les visages des nouveaux étudiants de l’année académique 2019-2020. On peut facilement les comprendre car c’est une ambiance nouvelle pour eux.

​            Finalement, les premières notes de l’Hymne à l’éducation résonnent et tout le monde chante à l’unisson avec fierté et émotion. Suivent les mots de bienvenue prononcés par Mme Mildred Aristide. Puis, le maître de cérémonie, Mr Théophile Joseph, introduit la partie culturelle de la programmation.

​            Syla-Académie a présenté des danses qui ont captivé tous ceux qui étaient présents à l’auditorium. La communauté universitaire a acclamé avec euphories les danseurs qui avaient foulé le podium avec grâce et souplesse. Viennent ensuite les prestations des Unifaristes des diverses Facultés et Ecole. De « Nou mechan » à « l’Union de Freedom », en passant par « Wangolo », ils nous ont fait montre de leurs talents tant au niveau de la danse que du chant. Le trio qui a interprété Wangolo a eu droit à un standing ovation à la fin de leur prestation par une foule épatée.

 

​            Des bourses de Dignité ont été offertes à trois gagnants du tirage et la note finale a été portée par des musiciens qui nous ont fait revivre les plus beaux morceaux de notre terroir.

 

7ème Soutenance de mémoire

La Constitution du 29 mars 1987 définit clairement la responsabilité et le rôle du pouvoir législatif dans le système démocratique haïtien. Ce Parlement dispose du pouvoir de discuter et de voter des lois. Il a aussi pour mission de voter le budget de l’État et de contrôler le pouvoir exécutif, autrement dit, surveiller la bonne marche de toutes les institutions de l’État. Car le système politique haïtien est un régime semi-parlementaire. Ledit régime fait injonction à ce que le pouvoir exécutif soit redevable par-devant la grande assemblée parlementaire en vue de légitimer le choix du gouvernement selon l’article 158 de cette Constitution. Au regard de la constitution et du mépris des lois ouvertement démontré par les parlementaires, Mlle Roselaure DESIMO a soutenu « Les défaillances du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale depuis 1987 : une entrave à l’effectivité de l’État de droit en Haïti » ce vendredi 28 Juin 2019 à l’UNIFA. (suite…)

6ème Soutenance de thèse

En Haïti, comme dans toute société post dictatoriale, la revendication du fonctionnement d’un État de droit a été une constante qui a traversé tout le mouvement démocratique après l986. Le retour à la démocratie ne pouvait se concevoir en dehors du retour à l’État de droit démocratique. Les diverses couches de la société, les unes quelquefois plus éclairées, les autres avec une vague vision, brandissaient ce concept comme drapeau de lutte. Toujours dans cette philosophie, Mlle Kimberly CHERICHEL a soutenu « Etat de droit en Hait : Enjeux et perspectives (de 1987 à nos jours)» au campus de l’UNIFA, ce lundi 24 Juin 2019. (suite…)

5ème Soutenance de thèse

Sur le marché de l’immobilier, la cherté est devenue la norme. La flambée des prix ronge le pouvoir d’achat et les conditions de vie d’une population déjà décapitalisée par la corruption. Nombre de citoyens et analphabètes politiques ignorent leurs droits. Désireuse d’apporter des éléments de réponse à à cette situation critique, Mlle Stéphanie Désir a présenté « L’impact de la précarisation du secteur immobilier sur le droit au logement en Haïti » comme mémoire de sortie , ce Jeudi 6 Juin 2019 au Campus de l’Université de la Fondation Dr Aristide. (suite…)

Des Amis au Coeur de l’UNIFA

11h30 Am. 24 Avril 2019
L’auditorium est en ébullition.

 Danny Glover, au centre, à gauche l’Honorable Mme Maxine Waters et, à droite, Me Walter Riley. Membres du Conseil, des Décanats, du corps professoral, de l’Administration et les Unifaristes attendent avec une excitation non dissimulée l’arrivée des amis de cœur de l’UNIFA : Danny Glover, personnage public et prestigieux acteur de carrière qui s’est forgé une place de choix dans le cœur de tout un chacun, la Représentante du Parlement Américain, l’Honorable Mme Maxine Waters et du Professeur de renom, Me Walter Riley.

À leur arrivée, ils se sont rendus à l’auditorium où ils ont été accueillis par des applaudissements et des cris de joie d’un public ravi de les voir sur le sol haïtien. Sourire aux lèvres, un rêve s’est transformé en réalité pour ces jeunes Unifaristes qui ne s’attendaient pas à une surprise de cette taille. (suite…)

Quand l’utile et l’agréable se joignent à l’UNIFA

Pour l’année académique 2018-2019, l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) accueille le Dr Douglas Sayre GROSS en ses locaux pour un séminaire intensif en Neuroanatomie allant du lundi 8 au vendredi 12 Avril 2019 à l’égard des étudiants en 3ème année de Médecine. Professeur clinicien de l’école de Médecine de l’Université de Californie, détenteur d’un doctorat de l’Université du Michigan avec une spécialisation en Anatomie et Neuroendocrinologie, Dr Gross incarne un cerveau doté d’un savoir immense qui n’attend qu’à être partagé avec les plus jeunes esprits. (suite…)

Adresse du Dr. Jean-Bertrand Aristide à la cérémonie de remise des diplômes (2019)

Distingués Membres du Conseil d’Administration de l’UNIFA,
Distingués Membres du Rectorat, des Décanats et du Corps professoral,
Rév. Père Eric Jasmin, Provincial des Pères de Sainte-Croix et Président de la Conférence haïtienne des Religieux,
Rév. Père David César, Chef de l’Orchestre philarmonique Sainte Trinité,
Très chers amis du 11me Département,
Distingués invités, chers parents,
Très chers Récipiendaires, très chers Unifaristes,
Chers amis de la presse,
Mesdames, Messieurs,

Que je suis heureux de joindre ma voix à celle de Minouche pour vous saluer chaleureusement et vous souhaiter une cordiale bienvenue ! Avec impatience, nous avons attendu ce moment combien solennel. Avec plaisir, nous exprimons cette joie de vous accueillir par un concert d’applaudissements. Votre présence à notre deuxième cérémonie de collation de diplômes témoigne de votre amour et de votre soutien indéfectible à notre communauté universitaire.

(suite…)

Le deni du droit à l’alimentation en Haiti

Après avoir bouclé 4 ans d’études, vient le moment pour l’étudiant en Sciences Juridiques et Politiques de préparer et de soutenir son mémoire de sortie. A l’occasion, un jury composé de trois membres est constitué pour sanctionner la présentation du travail de l’exposant et, en cas d’obtention de la note de passage, un procès-verbal en est dressé puis acheminé auprès des instances habilitées à décerner le grade de Licencié en Droit à l’impétrant.

Joseph Jacques Hébreux est le premier des 13 récipiendaires de la cérémonie de graduation qui s’est tenue à l’Université de la Fondation Dr Aristide le 18 mars 2018 à s’être lancé dans cette aventure permettant d’élargir ses horizons et d’accéder aux métiers du droit et de la justice. (suite…)

Photos de la première soutenance de thèse à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques

La Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) de l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA) a organisé la première Soutenance de mémoire de l’étudiant Joseph Jacques HEBREUX ce jeudi 3 mai 2018 à midi à la salle polyvalente du Campus. (suite…)