Bienvenue sur le site de l’UNIFA ligne

CALENDRIER  ANNÉE  ACADÉMIQUE  2020 – 2021 (unifa-edu.info) (Cours en ligne)


AVIS
Pour avoir accès à la nouvelle plateforme numérique de l’Institution, les Étudiants sont priés de bien vouloir cliquer sur le lien ci-dessous afin de remplir le formulaire d’enregistrement. https://forms.gle/CEzqFStWwAfkkSkg9


Le RECTORAT porte à l’attention des Etudiants que l’évaluation de connaissances générales se tiendra au cours de la deuxième session d’examen de l’année académique 2021. La date sera précisée ultérieurement


Collation de diplômes 2019

ANNONCE DE LA SEMAINE SCIENTIFIQUE

Du Lundi 17 au Samedi 22 Mai 2021, se tiendra au Campus de Tabarre, la Semaine Scientifique de l’UNIFA sous le Thème « Diagnostic : Entre Sciences et Escroquerie ? »
Au cours de cet important forum scientifique, Professionnels du terroir et étudiants de l’Institution, partageront leurs réflexions autour de la dite thématique.

Les résidences universitaires de l’UNIFA et le défi d’itinéraire des étudiants.es : un grand remède à un grand mal

Ils/elles sont de plus en plus nombreux.ses à emprunter la voie des études supérieures après avoir bouclé leurs études secondaires. Révolu est le temps où les études supérieures constituait la chasse gardée d’un groupe ou d’une catégorie en particulier. Aujourd’hui, même si les pressions sociales et les conditions défavorables obligent certains.es à renoncer aux longues études, d’autres font fi des constructions et situations sociales, afin d’embrasser cette étape et de fortifier leurs perspectives d’avenir. Cependant, c’est un choix courageux et audacieux par lequel est éprouvé, de multiples façons, quiconque le fait : la question d’itinéraire et des réalités corollaires en sont des exemples parfaits.

La vie estudiantine n’est pas un long fleuve tranquille. La météo ne peut pas prédire à quoi ressemblera tel ou tel jour de la vie d’un.e étudiant.e. La vie estudiantine est faite d’imprévus, de difficultés et de sacrifices, même pour les moins engagés.es, les moins dévoués.es et les ‹‹ là par défaut ››. Il arrive également que le processus d’intégration d’un.e étudiant.e dans le milieu universitaire s’opère lentement et qu’il/elle se rende compte que ses intérêts sont tournés vers d’autres études que celles qu’il/elle a choisies.
Outre les difficultés personnelles auxquelles peut faire face un.e étudiant.e, l’étudiant.e haïtien.ne confronte également celles liées au contexte sociopolitique d’Haïti. Ses études sont bien souvent modelées par le fonctionnement du pays et les problèmes qui en découlent. Ainsi, à côté du haut coût de la vie et de la situation économique précaire, des conditions sanitaires déplorables, du manque de structures et de services, de l’angoisse et de l’anxiété, l’étudiant.e haïtien.ne doit tout au long de ses études combattre un ennemi redoutable qui peut considérablement influencer sa performance académique : son défi d’itinéraire.
Plusieurs facteurs peuvent combiner pour faire du trajet de l’étudiant.e un frein au bon déroulement de ses études. En Haïti, faire le trajet en transport public n’est jamais une partie de plaisir : il/elle est bridé.e par l’inconfort et l’embouteillage qui a le pouvoir de le faire rater ses cours et examens et réduire sa disposition et son attention une fois sur place.
L’étudiant.e anxieux/se, stressé.e, fatigué.e, pressé.e par le temps et la distance en sortant et rentrant chez lui/elle fait plus d’efforts pour briller dans ses études qu’un.e autre qui n’a pas ces soucis comme actif. Pour la première catégorie, c’est un combat sans merci qui se livre entre difficultés du trajet et motivation. Un sondage réalisé permet d’ailleurs de voir qu’en termes de disposition à la révision des cours à la fin de la journée, la barre dépasse rarement la moyenne pour ce groupe d’étudiants.es :
X, (2ème année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ Sur une échelle de 1 à 10, je dirais 2. Après les cours, je peux passer jusqu’à une heure sans pouvoir trouver un tap-tap pour rentrer chez moi. A mon arrivée, vers les 19 heures, je ne peux rien faire de plus. ››
X, (1ère année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ 6. Je me lève généralement à 4 heures pour me rendre en cours. En arrivant chez moi, je suis toujours fatiguée. Alors je révise mes notes à l’Université durant les heures creuses. ››
Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Je me lève à quatre heures le matin pour me préparer car le trajet est long et fatiguant. Il l’est encore plus lors du retour à cause de l’embouteillage. Je suis 80% disposée à suivre mes cours mais pour les réviser en rejoignant mon domicile, je me tiens à 6 sur l’échelle. ››
Y, (2ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Le trajet m’épuise. Je m’en tiens à 5. ››
Y, (1ère année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ 6. J’arrive tard chez moi parce que parfois je suis obligée de rentrer à pied et je n’ai pas l’électricité. Alors je me lève à 3 heures du matin pour réviser mes notes et me préparer. ››
Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Il m’est souvent difficile de trouver un tap-tap : je fais alors une partie du trajet à pied. Dans ces cas-là, j’arrive à des heures tardives. Je dirais donc entre 5 et 7. Tout dépend de l’heure à laquelle j’arrive. ››
Y, (4ème année, Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé) : ‹‹ Je me lève à quatre heures pour partir tôt et éviter ainsi les embouteillages. Quand le trafic est fluide, je passe environ une heure et quinze minutes en tap-tap, mais cela n’arrive pas souvent. Le parcours est long et inquiétant. Je rentre tard. Sur une échelle de 1 à 10, je me situe à 5 pour réviser mes cours. ››

Pour la seconde catégorie, la situation est un peu moins compliquée à gérer. La durée du trajet n’étant pas trop longue, ces étudiants.es se fatiguent moins et sont plus disposés.es à répondre aux exigences académiques :
X, (1ère année, Faculté des Sciences Economiques et Administratives) : ‹‹ Mon corps ne se fatigue pas trop durant le trajet. Je me sens en forme pour étudier en rentrant chez moi. Je dirais 7. ››
Y, (1ère année, Ecole de Physiothérapie) : ‹‹ 8. J’ai un parcours qui dure environ 40 minutes même s’il est quelques fois un peu difficile. ››

Consciente que l’itinéraire des étudiants.es représente un enjeu pour leur performance académique, soucieuse de participer de la meilleure manière possible à leur formation et leur épanouissement, l’UNIFA leur ouvre les portes de ses résidences universitaires, situées non loin de notre Campus. L’étudiant.e qui y séjourne n’a donc plus à craindre les monstres du trafic : l’embouteillage, la fatigue et le manque de temps. Il/elle y trouve le calme nécessaire aux études et aux activités intellectuelles. Plus que de former des professionnels et professionnelles, l’UNIFA choisit de contribuer au bien-être des jeunes qui la choisissent.

Photos de la journée de commémoration du 218ème anniversaire de la mort de Toussaint L’Ouverture au 13ème Jeudi de l’UNIFA

Des étudiants.es portant une banderole avec l’inscription ‹‹ Hommage à Toussaint Louverture ››
Me Joselaine Asique Magnan, doyenne de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, introduisant le panel du treizième Jeudi de l’UNIFA
Le panel du treizième Jeudi de l’UNIFA : Les anciens/nes étudiants.es Wanex Dumé, Edwin Alcide, Shaddaëlle Bolière, Guessy Marechal, Lorens Fayo Louimé et Me Island Gouin
Lorens Fayo Louimé, lors de son intervention, lisant un extrait de Haïti – Haitii /Pwezi filozofik pou dekolonizasyon mantal du Président de l’UNIFA
Etudiante de la Faculté de Médecine posant sa question aux intervenants.es

Hommage à Toussaint L’Ouverture : Commémoration du 218ème anniversaire de la mort de Toussaint L’Ouverture au 13ème Jeudi de l’UNIFA

Dans la matinée du 7 avril 1803, après huit mois de captivité et une santé chancelante, sous la demande d’un gardien, un chirurgien et son assistant allaient faire le constat de la mort du Précurseur de l’Indépendance d’Haïti. Que devons-nous retenir de la vie et de la mort de Toussaint L’Ouverture ? La haute portée pour notre nation de cette figure, symbole de courage, a été la toile de fond du panel de ce Jeudi de l’UNIFA, à l’Auditorium de l’Institution.

Six anciens/anciennes étudiants.es de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’UNIFA, introduits.es par la Doyenne de ladite Faculté, Me Joselaine Asique Mangnan, ont constitué le panel de ce jeudi 8 avril 2021. Panel qui a rendu un bel hommage à la vie et à la mort de ce grand homme qui a marqué son temps, qui a marqué le monde, qui a marqué l’Histoire et dont la mémoire perdurera car les idéaux qu’il prônait vivant sont universels et se conjuguent à tous les temps.
Wanex Dumé, Edwin Alcide, Shaddaëlle Bolière, Guessy Marechal, Lorens Fayo Louimé et Me Island Gouin ont pris la parole pour parler de Toussaint L’Ouverture, de sa vision et de son combat contre le système colonialiste et esclavagiste instauré à Saint-Domingue. Système dont l’un des piliers est le Code Noir, lois visant à régler les problèmes qui découlent de l’esclavage dans les colonies de la Métropole française, tout en mettant en place des outils pour renforcer le problème lui-même : l’esclavage et la colonisation. C’était donc une situation qui contredisait ces supposées tentatives de solutions.
‹‹ Haïti – Haitii /Pwezi filozofik pou dekolonizasyon mantal ››, livre publié par le Président de l’UNIFA, le Dr Jean-Bertrand Aristide, en 2010, a servi de texte de référence à ces étudiants.es pour leurs réflexions autour de la question du Code Noir, qui se voulait par moment humain, prétextant se pencher sur le sort des esclaves noirs de Saint-Domingue tandis qu’il est, dans son ensemble, un aiguillon dans les yeux et un fouet dans leurs côtés.
Tous et toutes ont rappelé la fougue et l’intelligence avec laquelle Toussaint L’Ouverture a voulu vaincre les actions posées à l’encontre des Noirs esclaves de Saint-Domingue, alors que son épingle était au préalable tirée du jeu et qu’il bénéficiait du statut quo. Ils ont aussi fait retentir son dernier cri, cri de foi en un avenir digne pour les noirs qui rêvent de leur liberté arrachée par les colons : ‹‹ En me renversant, vous n’avez abattu que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs de Saint-Domingue. Il repoussera par ses racines car elles sont profondes et nombreuses ››.

Photos de la Graduation du 14 mars 2021

Les porteurs de drapeaux qui ont débuté la procession d’entrée des récipiendaires à l’auditorium
La chorale de l’UNIFA, prête à entonner l’hymne national et celui de l’UNIFA, après l’entrée des récipiendaires
Le Président de l’UNIFA lors de son discours de circonstance
Une vue partielle des récipiendaires écoutant avec attention le discours du Président de l’UNIFA
Un récipiendaire de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé recevant son parchemin des mains du Président de l’UNIFA
Une grande joie pour Sabienty Michel, récipiendaire en Sciences infirmières, de recevoir son parchemin des mains du Président de l’UNIFA
Un récipiendaire de l’Ecole de Physiothérapie recevant son parchemin du Président de l’UNIFA
Shaddaëlle Rose Marie Bolière, récipiendaire de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, toute souriante, reçoit son diplôme des mains du Président de l’UNIFA
De la gauche vers la droite : les gradués.es en Médecine et Sciences de la Santé, les graduées en Sciences infirmières, ceux/celles en Physiothérapie et en Sciences Juridiques et Politiques (vue partielle du podium) ayant reçu leurs parchemins
‹‹ Ne soyez pas surpris si ce matin, je parlerai de la neuroscience du bonheur. En effet, de l’intelligence humaine à l’intelligence artificielle, les scientifiques nous révèlent un potentiel cognitif remarquable. Nos facultés mentales nous ouvrent un monde nouveau où, jour après jour, nous pouvons acquérir de nouvelles connaissances. Au moment où chez nous, la dictature accélère la descente aux enfers, la neuroscience du bonheur nous interpelle. Chers Récipiendaires, vous rêvez sans doute de bonheur et de plénitude. C’est normal. Il y a relativement peu de temps, vous étiez en première année. Votre intelligence et votre détermination vous ont conduits à ce sommet de gloire. Et oui, voilà, aujourd’hui, vous terminez ce cycle d’études en apothéose ›› : Extrait du discours du Président de l’UNIFA.
Le Dr Dodley Sévère, Responsable des Affaires Académiques, qui leade les prestations de serment des récipiendaires
Prestation du serment d’Hippocrate des récipiendaires de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé
Prestation du serment de Florence Nightingale des récipiendaires de la Faculté des Sciences infirmières
Prestation de serment des récipiendaires de l’Ecole de Physiothérapie
Prestation de serment des récipiendaires de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Les docteures Menvy Benjamen et Mitchana Alexandre, lauréates de leurs promotions
La Doyenne de la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé et Ex-ministre de la Santé, Dr Daphnée Benoît Delsoin, remettant le flambeau au gradué sous les yeux des docteurs Graciela Limonta et Jean Mary Aubourg
(De droite à gauche) Miss Christyne E. Lalanne et Miss Marie Lorence L. Cenare, lauréates de leurs promotions
La directrice de la Faculté des Sciences infirmières, Miss Marjorie Gaussaint, accompagnée du Dr Aristobule Deverson, remettant le flambeau à la graduée
Dr Luis Damar, à ses côtés, Mme Thamar Michel, la Coordonnatrice de l’Ecole de Physiothérapie, qui tend le flambeau à la graduée Claire Marie Stéphanie Jackson
Larson Eder Achemé et Ricardo Bien-Aimé, lauréats de leurs promotions à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Quelques membres du Conseil d’Administration de l’UNIFA : (De gauche à droite) Ing. Raphaël Hosty, Arch. Pascale Carrière, Dr Jessy Pierre, Dr Maryse Narcisse, Dr Maryse Lévêque, Mme Mildred Aristide
M. Joël Edouard Vorbe, membre du Conseil d’Administration de l’UNIFA
‹‹ A la graduation du 31 mars 2019, le Révérend Père Eric Jasmin, Provincial des Pères de Sainte Croix, avait souhaité voir la naissance de notre Faculté d’Agronomie. L’écho de ce beau souhait a retenti au sein du Conseil d’Administration. En Octobre 2019, avec beaucoup de joie, UNIFA a ouvert sa Faculté d’Agronomie.
Aujourd’hui, nos futurs Agronomes ont le plaisir d’offrir au Révérend Père David, aux musiciens de l’Orchestre Philarmonique Sainte Trinité, aux membres du Conseil, du Rectorat et des Décanats, un cadeau spécial. Il s’agit des produits de la ferme agricole ›› : Extrait du discours de Mme Mildred Aristide.
Les produits récoltés par les étudiants de la Faculté des Sciences de la Nature et de l’Agriculture de l’Université
Les maîtres de cérémonie : Mme Christelle de Delva et M. Jean Jul Désauguste
Remise de cadeaux aux lauréats.es de promotions sous le regard attentif du Corps professoral
Le Révérend Père Nérée, Responsable de Discipline
Ingénieur Evens Toussaint, doyen de la Faculté de Génie et d’Architecture, Père David César, Chef de l’Orchestre Philarmonique Sainte-Trinité et Dr Daphney Benoît, vice-doyenne de la Faculté d’Odontologie
Sabrina Chéry, étudiante en Odontologie, gravit le podium afin de recevoir son cadeau
Mme Yakelen Almora Alongo, professeure d’Espagnol à l’UNIFA, capturant un moment de la cérémonie
L’Orchestre Philarmonique Sainte-Trinité
Gâteaux aux couleurs du bicolore de l’UNIFA
Photo de groupe des gradués.es de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
Photo de groupe des deux promotions sortantes en Médecine sous les couleurs du ciel, de l’UNIFA et de la joie

☞ page suivante