Home » Actualités de l'UNIFA » Réflexion autour des vœux du Président de l’UNIFA

Réflexion autour des vœux du Président de l’UNIFA

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que l’équipe pédagogique et les étudiants se sont réunis, ce jeudi 5 janvier, à l’auditorium du campus pour échanger autour des vœux du Président de l’Université de la Fondation Dr Aristide (UNIFA). En effet, le 2 janvier 2023, le Président Aristide a formulé des souhaits de début d’année à la communauté universitaire. « Sculptant ces lettres d’or HAITI au temple de l’éducation, l’Université de la Fondation Dr Aristide te présente ses meilleurs vœux. Sécurité ! Sécurité ! Des cerveaux, nous en avons. Chanjman Ayiti nan sèvo Ayisyen », a-t-il écrit.

« Je vous souhaite la bienvenue à cette première rencontre. […] A la lumière des vœux du Président de l’UNIFA, trois grands points ont été retenus dans le cadre de cette séance aujourd’hui : 1- Comment sculpter ces lettres d’or HAITI au temple de l’éducation ? 2- Comment promouvoir la paix, la cohésion sociale et la sécurité alimentaire ? L’eau potable est disponible sur le campus. Comment faire une gestion rationnelle de cette ressource », a déclaré Marinie Ducas, Chargée de mission au Rectorat, à l’ouverture de ce premier jeudi de l’UNIFA.

Une fois les différents points mis en discussion, des étudiants ont tour à tour exprimé leurs points de vue. C’est le cas de Julie F. Dimanche, étudiante en deuxième année de médecine pour qui « sculpter HAITI au temple de l’éducation » revient à mettre en œuvre quatre éléments de solution. Premièrement, il faut, selon elle, instaurer un climat sécuritaire adéquat en Haïti. Deuxièmement, on doit former des professionnels compétents capables de transmettre leur savoir à de jeunes étudiants. Troisièmement, il convient de favoriser une vie économique équilibrée dans le pays, condition nécessaire à l’achat de matériels scolaires. Quatrièmement, il s’avère indispensable de mettre en place des matériels pédagogiques favorables à l’apprentissage.

Intervenant sur la deuxième question (comment promouvoir la sécurité alimentaire), Monica Lindor, étudiante en troisième année de médecine, a mis l’accent sur l’importance d’investir dans l’agriculture. « Vaut mieux investir aujourd’hui dans l’agriculture pour que, dans cinq ou dix ans, on atteigne le seuil d’indépendance alimentaire. Si les aliments qu’on consomme sont produits dans le pays, on aura cette sécurité alimentaire tant souhaitée », a-t-elle dit. D’autres étudiants ont, par contre, mis l’accent sur la qualité des denrées alimentaires importées. Selon eux, les autorités haïtiennes doivent exercer un contrôle strict sur ces produits.

La troisième question (comment faire une bonne gestion de l’eau potable…) a débouché sur un échange fructueux. Pour certains étudiants, la distribution de l’eau doit être faite par bouteille de vingt onces à un prix plus bas que celui pratiqué à l’extérieur du campus. Pour d’autres, elle peut être effectuée par bidon de cinq gallons et par salle de classe. Un troisième groupe insiste sur le fait d’organiser la distribution suivant le récipient dont dispose chaque étudiant en fixant un prix pour les petits bidons et un autre pour les gros.

Pour ce premier jeudi de l’UNIFA de l’an 2023, les discussions ont été enrichissantes. Rendez-vous très prochainement pour discuter plus amplement de la distribution de l’eau potable au campus.